La mort nomade – Ian manook

chronique littéraire

Ian Manook - La mort nomadeIan Manook aura créé une saga mongole inoubliable, en seulement trois romans. Grain de sable après grain de sable, steppe by steppe. La mort nomade est une conclusion digne des deux précédentes enquêtes Yeruldelgger.

Yeruldelgger et paix

Un troisième opus à nouveau centré sur ce commissaire atypique, qui pensait naïvement pouvoir prendre sa retraite. Une histoire à l’image du personnage, insufflant parfois son calme ou crachant sa colère. Un homme qui n’aspirait qu’à une retraite paisible et qui se retrouve embringué dans de sombres affaires. Yeruldelgger et paix.

La mort nomade est un thriller différent, par son ton, par son histoire. Une explosion de (bons) mots, de moments inattendus aux côtés d’un Yerul qui parcourt l’immensité mongole. Le commissaire qui se retrouve accompagné d’une vraie caravane hétéroclite de personnages secondaires étonnants, qui ne le lâchent pas d’une semelle, à pied ou à cheval. Un vrai stepper.

Et là où cet homme passe, rien n’est plus jamais pareil, à son corps défendant. Au point que la steppe en devient parfois un vrai bordel en technicolor. Une preuve ? Un des nouveaux personnages déclare : « Tu n’es pas un mauvais homme Yeruldelgger, bien au contraire, mais tu es le plus productif, le plus créatif, le plus prolifique fouteur de bordel que je connaisse ! ».

Rire ou vomir

Ce troisième tome marque une mutation dans les aventures du commissaire et de ses acolytes. Nouvelle intrigue, mais avec des thématiques récurrentes. Une écriture qui a évolué également.

Durant cette lecture, j’ai ri, j’ai ouvert de grands yeux étonnés, j’ai eu envie de vomir aussi face à cette intrigue comme une confirmation que le monde ne tourne plus rond.

Oui j’ai ri. Il faut dire que Ian Manook a avalé un clown durant certains passages de ce roman, des morceaux de franche rigolade bien senties. L’auteur fait montre d’une verve irrésistible avec des dialogues particulièrement savoureux.

Une ambiance tragi-comique comme pour mieux faire passer la pilule. Parce que le sujet de fond du roman est juste intolérable. Une thématique qui ne fait pas que toucher la lointaine Mongolie, bien au contraire.

Viol écologique

Un vrai viol écologique, selon les propres mots de l’auteur (décidément, le viol revient souvent tout au long de cette trilogie). Un problème qui met en lumière une situation géopolitique révoltante et le changement de paradigme de nos sociétés contemporaines.

Un troisième roman comme une petite mort, jouissif et exténuant, tant il prend parfois aux tripes. A l’image de ce titre très bien trouvé et du passage qui explique comment le rituel mongol autour de la mort est en train de se perdre.

A la fois différent et un prolongement logique des deux premières aventures de Yeruldelgger, La mort nomade clôt avec brio une trilogie mémorable.

J’en sors triste de devoir quitter cette Mongolie si attachante et ces personnages qui le sont tout autant. J’en sors également rempli d’émotions et raccordé différemment au monde qui m’entoure. Ian Manook est décidément un auteur unique en son genre.

Lien vers l’interview réalisée avec Ian Manook au sujet de La mort nomade

Sortie française : 28 septembre 2016

Éditeur : Albin Michel

Genre : Thriller / Roman noir

Mon ressenti de lecture :

Profondeur : 9/10

Dimension de l’intrigue : 8/10

Psychologie : 8/10

Qualité de l’écriture : 9/10

Émotions : 9/10

Note générale : 9/10

4° de couverture

Usé par des années de lutte stérile contre le crime, l’incorruptible commissaire Yeruldelgger a quitté la police d’Oulan-Bator.

Plantant sa yourte dans les immensités du désert de Gobi, il a décidé de renouer avec les traditions de ses ancêtres. Mais sa retraite sera de courte durée. Deux étranges cavalières vont le plonger bien malgré lui dans une aventure sanglante qui les dépasse tous.

Eventrée par les pelleteuses des multinationales, spoliée par les affairistes, ruinée par la corruption, la Mongolie des nomades et des chamanes semble avoir vendu son âme au diable !

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

25 réponses

  1. Oh ne sois pas triste, tu auras toujours l’occasion de les relire!!!;)

  2. Rhoooo avec une chronique comme celle la je VEUX le lire !!!!

  3. Bon, je voulais déjà le lire, tu ne fais que confirmer mon envie, tu m’as donné ♪ l’envie d’avoir envie ♫ (non, pars pas, j’arrête la chansonnette pour cette fois).

    Là où j’ai pété de rire, c’est avec tes jeux de mots tels que « steppe by steppe » qui m’a fait penser à un tube de New Kids On The Block (on a la culture qu’on a) et le « Yeruldelgger et paix ». Je suis 😆

    Allez, j’ai plus qu’à me le faire offrir, mais mon anniversaire est encore loin…

  4. PS : j’ai été sage, je vais me l’offrir moi-même, tiens !

  5. j’ai tellement hâte de lire la suite de ces aventures! Mais avec un peu de tristesse aussi quand même…

  6. La trilogie s’essouffle à mon humble avis….. Le premier était génial, le deuxième beaucoup moins bon mais le troisième est intéressant .

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : La mort nomade – Ian Manook | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2016 – De la 10ème à la 6ème place – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Quais du Polar 2017 – Compte-rendu – 31 mars, 01 et 02 avril 2017 – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. En tête à tête avec un personnage de roman – Yeruldelgger de Ian Manook – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :