Canicule – Jane Harper

chronique littéraire

jane-harper-caniculeCanicule est le premier roman d’une auteure australienne qu’il va falloir suivre de près.

Maîtrise

Alors que premier roman est parfois synonyme de tâtonnement, la maîtrise affichée par Jane Harper est bluffante. Elle domine son sujet et contrôle les éléments, soufflant sur les braises quand il le faut.

La construction du récit est irréprochable, le style est prenant, les personnages sont criants de réalisme, les dialogues bien sentis, les surprises bien dosées. A l’image de la scène d’introduction, admirable.

L’intrigue se déroule au sein d’une petite communauté rurale australienne où le soleil de plomb a asséché autant les sols que les âmes, et où une horrible tuerie familiale fait ressurgir les démons du passé.

Pas en carton pâte

Aucun excès dans la manière de décrire cet environnement aride et acide, on sent que l’auteure connaît cette partie de son pays, loin de toute description en carton pâte. C’est une des premières qualités du roman.

Ne vous attendez pas à un thriller échevelé, Jane Harper construit son intrigue en contenant la combustion jusqu’au bord de l’embrasement, avant un final tout aussi surprenant que touchant.

Plonger dans Canicule est un dépaysement garanti, côtoyant l’habitant et découvrant ce qui fait les racines (du mal) de cette collectivité.

Comment ne pas se sentir touché par ces événements et les protagonistes qui y (sur)vivent ? Canicule m’a pris aux tripes, m’a passionné de bout en bout.

Sonne juste

La manière dont l’auteure a insinué le passé dans un présent douloureux, instillant le doute de manière fort intelligente, est un modèle du genre.

Rien de bien novateur sans doute, mais Jane Harper prouve qu’on peut faire du thriller avec sensibilité, en créant des personnages qui sonnent juste. Mon enthousiasme n’est pas près de s’éteindre pour cette Canicule qui est vraiment une belle réussite.

En résumé, une histoire prenante et une belle immersion dans la chaleur torride australienne. A suivre, vous dis-je !

Sortie : 11 janvier 2017

Éditeur : Kero

Genre : Thriller

Traduction : Renaud Bombard

Ce que j’ai particulièrement aimé :

La maîtrise de l’intrigue comme des personnages

L’immersion en Australie

 

4° de couverture

Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l’Australie. Écrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Sa poussière. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés. Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l’arme contre soi-même ? C’est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d’enfance, n’a aucune raison d’en douter. S’il n’y avait pas ces quelques mots arrivés par la poste : Luke a menti.
Tu as menti. Sois présent aux funérailles. Revenir à Kiewarra est la dernière chose dont Aaron a envie. Trop vives sont encore les blessures de son départ précipité des années auparavant. Trop dangereux le secret qu’il a gardé pendant tout ce temps. Mais Aaron a une dette, et quelqu’un a décidé que le moment est venu de la payer…

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

29 réponses

  1. ouiii! je suis raccord à 100% ! Il me reste quelques pages à lire, je ne suis pas loin du dénouement mais d’ores et déjà, je plussoie ton avis mon ami 🙂

  2. Je finis Un cri søus la glace et je le commence aujourd’hui. Ça m’a l’air plutôt bien tout ça 😊

  3. Je note!!!!!;) Franchement le thriller en Australie, ca me branche bien (depuis Douglas Kennedy, je trouve que c’est un bon mélange)…..J’ai hâte de découvrir cela 😉

  4. Dans cet hiver qui n’en fini pas, un bon thriller qui se déroule en Australie et qui s’appelle Canicule de surcroît, ne peut être que bon pour le moral ! 😉

  5. Je suis ravie de lire ton ressenti 🙂 j’ai eu un vrai coup de coeur pour ce livre 🙂

  6. Une sacrée belle découverte.
    Un coup de coeur premier roman c’est certain.
    Je vois que toi aussi tu as aimé cette plume moite et glaçante à la fois

  7. Zut, pas encore lu ! Je cherche du temps, mais je n’en trouve pas 😆 Canicule, il y a moyen de jouer avec le mot… 😆 En tout cas je vois que tu as osé retourner en Australie après Cotton’s Warwick ! 😀

  8. Ton avis avait éveillé mon intérêt, celui de Nathalie M. m’avait convaincue ! Après l’avoir lu, je ne peux que vous rejoindre … Jane Harper est un talent à suivre ! 🙂


  9. https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsÇa a l’air très intéressant, je l’ajoute sur ma liste c’est certain! 🙂

Rétroliens

  1. Quais du Polar 2017 – Compte-rendu – 31 mars, 01 et 02 avril 2017 – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :