Les affinités – Robert-Charles Wilson

chronique littéraire

Robert-Charles Wilson - Les affinités

Robert-Charles Wilson est un auteur humaniste, avant d’être un écrivain de SF. Ce nouveau roman en est sans doute la preuve la plus évidente.

Il faut dire que l’idée même de cette histoire lui permet de mettre en avant cette qualité comme rarement jusqu’à présent. Car le roman parle surtout de relations interpersonnelles, au point de me faire même penser que ce livre n’a pas grand-chose à voir avec de la science-fiction.

Anticipation crédible

Ce récit est une anticipation, dans un avenir très proche (on compte en années, en peu d’années) et nous présente ce que pourraient devenir les réseaux sociaux de demain. Pas seulement les réseaux virtuels, mais bien ceux qui mettent en relations les personnes en réel.

Wilson a imaginé ce futur relationnel par l’entremise d’une société ayant développé des algorithmes sociaux qui classent les gens selon leurs Affinités. Les affinités ainsi mises en lumière font que les personnes qui se ressemblent ne se quittent plus lorsqu’ils s’assemblent. Comme s’ils se comprenaient, sans avoir besoin de beaucoup communiquer.

Une thématique parfaite pour parler d’humanité. Une idée forte qui permettrait de rendre le monde meilleur. L’inter-compatibilité comme solution aux maux de notre société. Du moins sur le papier.

Pose les questions, ne juge pas

La taxonomie (science des lois de la classification, vous aurez appris un mot comme moi) au service d’un monde qui est en train de se détruire, entre haines qui conduisent à la guerre (même loin du Canada où se déroule l’action) et lente destruction de la nature. Si on se regroupe pour mieux se comprendre, peut-on régler le problème sans tomber dans des dérives sectaires ? Quel sujet passionnant !

Comme à son habitude, Robert-Charles Wilson nous fait réfléchir sur notre monde, pose des questions, nous aide à examiner la société avec un autre regard. Comme toujours, il le fait sans jamais porter de jugement, sans se positionner en donneur de leçon. Et surtout, oui surtout il raconte une histoire et met en scènes des personnages dans le cadre d’un vrai divertissement. Un récit avec une vraie tension sur la fin, digne d’un thriller.

Les personnages avant tout

Car chez Wilson, les personnages sont plus importants que tout. Chacun, à son petit niveau, apporte une pierre à l’édifice qui permettra à notre société de se construire (ou de s’écrouler). Une sodalité des temps modernes racontée à travers les yeux de personnages touchants et profondément humains. C’est en ça que ce livre est si attachant et si intensément prenant.

Le parti pris de l’auteur d’en faire un roman assez court (325 pages) est à la fois étonnant, mais loin d’être décevant. Paradoxalement, j’aurai bien vu Wilson développer davantage son idée maîtresse, et pourtant le roman est parfaitement cohérent tel qu’il est. Il aurait pu développer davantage l’aspect géopolitique, mais a volontairement axé son histoire sur les relations humaines. C’est bien le sens de ces affinités, non ?

Les affinités est un roman magnifique, une belle réussite d’un Robert-Charles Wilson qui va à l’essentiel et qui a surtout trouvé ici un parfait terrain de jeu pour mettre en lumière ses profondes valeurs humanistes. Amateurs de SF ou non, allez-y les yeux grands ouverts.

Citation :

Nous sommes l’espèce la plus coopérative de la planète… Possédez-vous un seul objet que vous avez entièrement fabriqué de vos mains avec des matériaux extraits par vos soins de la nature ? Et sans ce réseau de coopération, nous sommes aussi vulnérables que des antilopes à trois pattes au milieu du territoire des lions.

Mais en même temps, quel talent nous avons pour la cupidité, pour l’indifférence morale, pour des guerres de conquête à tous niveaux, du jardin d’enfants jusqu’aux Nations Unies.

Sortie : 25 février 2016

Éditeur : Denoël / Lunes d’encre

Genre : Anticipation

Traduction : Gilles Goullet

Mon ressenti de lecture :

Profondeur : 8/10

Dimension de l’histoire : 8/10

Psychologie : 8/10

Qualité de l’écriture : 9/10

Émotions : 9/10

Note générale : 8,5/10

4° de couverture

Adam Fisk s’est installé à Toronto pour suivre des études de graphisme que lui finance sa grand-mère. Là, il s’est inscrit à un programme payant pour déterminer à laquelle des vingt-deux Affinités il appartient. Adam est un Tau, une des cinq plus importantes de ces nouvelles familles sociales théorisées par le chercheur Meir Klein.

Quand la grand-mère d’Adam, diminuée par une attaque, est placée dans une maison de retraite, le jeune homme n’a plus les moyens de suivre ses études. Mais être un Tau confère des avantages qu’il va vite découvrir : travail rémunérateur, opportunités sexuelles, vie sociale pleine et satisfaisante.

Tout est trop beau, trop facile. Tout va très vite pour Adam… et il en est de même pour le reste du monde, car le modèle social des Affinités est en train de s’imposer. Malheureusement, dans l’histoire de l’Humanité, aucun changement radical ne s’est fait sans violence.

Advertisements


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

33 réponses

  1. Voilà, le deuxième livre que je me dis qu’il ne faut pas que je passe à coté cette année!!!!!JE LE VEUX!
    Merci de nous faire une chronique aussi excellente….Résultat, déjà que je le voulais trop, là, ça en devient maladif!!!!!mdr

  2. C’est noté !
    Des bisous et belle semaine 🙂

  3. C’est le genre d’histoire qui plait, ça!

  4. qui Me plait, ( j’ai oublié le me 😀 )

  5. Yes, je partage complètement ton avis !

  6. Ah enfin ! On a failli attendre 🙂
    Ce fut pour moi une première incursion dans l’univers littéraire de RC Wilson, j’ai été bluffé par son talent.

  7. Bon, pour une fois, j’ai un livre dont tu nous parles en primeur, la faute à Arsenik, le vilain gamin ! 😛 Maintenant, j’ai plus qu’à le lire…

    « taxonomie », je pensais que c’était l’action de taxer à mort, sorte de rage taxatoire comme nous avons eu à subir il y a des années, en Belgique… Ah, on me chuchote dans l’oreillette que ce serait toujours d’actualité… 😀

  8. « Robert-Charles Wilson est un auteur humaniste, avant d’être un écrivain de SF ! »
    Tu as tout dis là mon ami. J’adore cet auteur qui n’est pas si simple d’accès.
    Mais c’est toujours un plaisir de la retrouver.
    Et là tu m’as bien tenté.
    Rhaaaaaaaaaaa, j’en ai déjà trop à lire !

  9. Magnifique chronique Yvan ! Moi qui aime la SF mais pas que…Cela me fait penser un peu à la Trilogie « Divergente » et à ses factions auxquelles l’on doit absolument appartenir sous pine de mort !
    Ce bouquin sur les affinités m’attire comme un aimant ! 😉

    • Oui ça m’a fait penser un peu à Divergente aussi, mais ça n’a pas grand chose à voir. Ici c’est un livre adulte, basé sur des concepts très vraisemblables. Allez hop, faut le lire 😉

  10. Désolé pour la faute d’orthographe…J’aurai dû me relire !

  11. Ca me donne très très envie ! Tu crois que ça me plairait ?

  12. Après 4 romans déjà lus, j’ai envie d’absolument TOUS les découvrir, alors autant dire que ta super chronique tombe à pic et ajoute une immense impatience à l’envie !!! Merci 🙂

Rétroliens

  1. Interview – 1 book in 5 questions : The Affinities – Robert-Charles Wilson | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Interview – 1 livre en 5 questions : Les affinités – Robert-Charles Wilson | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Mon top 10 des écrivains | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2016 – De la 20ème à la 16ème place – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :