Interview – 1 livre en 5 questions : Un prisonnier modèle – Paul Cleave

1 livre en 5 questions

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre. 5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger.

Paul Cleave - Un prisonnier modèle

Paul Cleave

Titre : Un prisonnier Modèle

Sortie : 11 février 2016

Éditeur : Sonatine

Lien vers ma chronique du roman

Merci à Julie pour la traduction !

Avais-tu depuis longtemps l’idée de faire une suite de Un employé modèle ?

En fait non. Lorsque j’ai écrit Un employé modèle, je n’avais pas l’intention d’écrire une suite – même si je savais qu’un jour cela pourrait être une possibilité.

Lorsque Un employé Modèle a été édité en Nouvelle-Zélande en 2005 (oui, ce livre est déjà si vieux…), mes éditeurs voulaient vraiment que je tue Joe. Mais je l’aimais trop, et j’ai toujours été ouvert à l’idée qu’un jour il pourrait revenir.

Les gens m’envoyaient tout le temps des emails pour me demander « où est Joe ? ». Donc, c’est à cause des lecteurs que Joe a eu droit à un deuxième livre. J’ai écrit Un Employé Modèle en 1999, et j’ai écrit Un prisonnier modèle en 2012, c’était donc un peu difficile de me replonger dans l’esprit de Joe. En plus, j’étais jaloux aussi – Joe ne vieillit que d’un an entre les livres, et je suis passé de 25 ans à presque 40.

C’était un peu un piège de se lancer dans une telle suite. Avais-tu tout de suite trouvé une approche qui différait sensiblement du premier roman ?

Ca a été le problème. Je me mettais en situation d’échec – je savais que beaucoup de gens diraient “nous avons adoré le premier et celui-ci est trop différent”, ou diraient “celui-ci n’est pas assez différent”. Vous ne pouvez jamais satisfaire tout le monde, et ceux à qui vous ne plaisez pas aiment aller sur les réseaux sociaux pour le dire.

Donc, j’ai repris toutes les choses qui fonctionnaient vraiment bien dans Un employé Modèle et les ai réutilisées dans Un prisonnier modèle. Je devais arriver avec une nouvelle histoire pour Joe, avec la même atmosphère que dans l’ancien livre. C’est également la raison pour laquelle il m’a fallu de nombreuses années pour l’écrire, parce que je devais y parvenir.

Enfin, la chose la plus importante était de capturer l’humour de Joe – si j’y arrivais, les fans du livre original ne pouvaient qu’adorer. Et ça a marché. Les gens qui ont apprécié Un employé modèle profitent tout autant de Un prisonnier modèle et, à mon avis, cette suite est un bien meilleur livre parce que j’ai treize ans d’expérience d’écriture en plus à y mettre.

La scène du milieu d’Un employé modèle, celle du parc, a marqué tous les lecteurs. Ils en parlent encore, autant d’année après. Sans rien dévoiler, dans ce nouveau roman on peut dire que tu as fait tout aussi fort. C’est une sorte de clin d’œil ? 😉

Absolument. Je voulais une scène aussi énorme que cette scène du parc, mais je voulais quelque chose de drôle.

Bien sûr, c’est brut, et c’est dégoûtant, mais vous rirez aussi pendant la scène – et la chose importante à propos de ces deux scènes c’est que dans ces moments là vous sympathisez avec Joe. Vous êtes de son côté.

Alors oui, c’est délibéré, comme un clin d’œil au premier livre. Ça me rfait plaisir que vous ayez remarqué ça.

C’est incroyable la manière dont tu arrives à mélanger les scènes particulièrement dures avec d’autres où l’humour est très présent (et très noir… Les dialogues entre Joe et sa mère sont inoubliables !). Comment travailles-tu cet équilibre lors de l’écriture ?

J’ai juste téléphoné à ma mère et je l’ai laissée me frustrer, puis j’ai tout écrit… non, je plaisante.

J’ai l’habitude de dire que j’ai créé la maman de Joe en prenant modèle sur ma mère, ce qui est un peu vrai – j’ai repris quelques-unes des petites choses que Maman avait l’habitude de faire, je les ai rendues encore plus infernales et les ai offerts à la maman de Joe.

J’ai utilisé ces scènes pour rendre le lecteur encore plus proche de Joe, c’est pour ça que la mère de Joe est vraiment importante. J’étais un peu inquiet de la reaction de ma mère quand elle lisait Un employé Modèle, parce qu’elle allait comprendre ce que j’avais fait, mais elle a vraiment adoré. Elle est morte quelques années avant la sortie de Un prisonnier modèle, ce qui signifie que j’ai pu rendre la maman de Joe encore plus cinglée et que ma mère ne peut pas m’en vouloir.

Mais toutes les autres choses – les choses qui ne concernent pas la mère de Joe – ouais, j’ai juste essayé d’y mettre autant d’humour que je pouvais. J’aime quand mes livres font rire les gens – et je pense que ça aide à les démarquer des autres romans. En outre, sans humour, ce serait beaucoup trop sombre. C’est un équilibre que vous devez atteindre. C’est facile d’aller au sommet, la clé c’est de rester subtil.

Ta capacité à nous faire éprouver de l’empathie pour un tueur tel que Joe est assez incroyable. Tu as beau leur faire vivre les pires misères au sein de ton intrigue à rebondissement, on sent que tu prêtes beaucoup d’attention à développer les caractères de tes personnages. Ce sont eux l’essence de tes romans ?

Les personnages sont tout. L’une des raisons pour lesquelles nous aimons Joe c’est à cause de la façon dont nous le voyons à travers les yeux des autres personnages.

Je veux que tous les méchants dans mes livres soient sympathiques. Joe est un peu différent des autres personnages dans mes autres romans, mais surtout j’aime créer des méchants que nous pouvons relier à quelque chose, j’aime poser cette question au lecteur : que feriez-vous la même chose dans cette situation ?

Pour Un Employé Modèle, vous repensez probablement au livre et vous ne vous souvenez pas vraiment de ce qui est arrivé dans l’histoire, mais vous vous souvenez de Joe. Ce sera la même chose pour Un prisonnier modèle. Dans cinq ans ou dix ans, vous pourriez ne pas vous rappeler de l’intrigue, mais vous vous souviendrez du personnage.

Mes livres préférés sont comme ça. Ce sont toujours les personnages qui restent avec vous.

Paul Cleave

Advertisements


Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , , ,

26 réponses

  1. Toujours au top pour les interviews, tous les Yvan assure un max ;-)me dispute pas mais ‘ un employé modèle ‘ est toujours dans ma Pal ….
    Bizzz

  2. J’avais beaucoup aimé un employé modèle. Il ne fait aucun doute que je vais me pencher sur ce « Prisonnier modèle ». mais laisse moi un peu de temps, veux-tu? 😉

  3. Ça me donne encore plus envie de lire ces deux livres😉

  4. Ah tu as interrogé Paul Cleave, la chance!!!!!^^ Trop la classe!!!!!!^^
    Super interview, et quand tu as lu le livre c’est juste excellentissime! J’adore….
    Bon moi j’aurai aimé lui poser une question (on ne sait jamais si tu peux lui demander: est ce que Schroder et Tate vont travailler ensemble???!!!)
    Qu’il nous fasse rire encore longtemps cet auteur surtout!!!!!!

  5. C’est dingue de voir comme les auteurs aiment leurs personnages ! Jusqu’à refuser de les tuer. .
    Sinon il t’a filé son 06 ? Lol

  6. Le 06 ?? C’est sexuel ??

    Ce que j’ai aimé dans cette suite, c’est qu’elle soit différente du premier, tout en étant dans la même veine, mais différente… et dans la même veine. Dans le même style, proche du premier, différente, mais la même. Tu lui expliqueras ça ? Merci.

    Non, la suite est géniale, folle, moins drôle que la première, quand on avait Joe-Le-Lent qui jouait aux crétins débiles mais ici, il lui reste de l’imbécilité, surtout quand il reprend l’autre et lui dit qu’on dit « mettre en branque » et pas « mettre en branle » et là tu te dis « mais il serait pas vraiment con des fois ?? ».

    LA scène du premier et LA scène du second resteront gravée dans ma mémoire.

Rétroliens

  1. Un prisonnier modèle – Paul Cleave | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :