Un prisonnier modèle – Paul Cleave

chronique littéraire

Paul Cleave - Un prisonnier modèle

Joe Middleton, le Boucher de Christchurch, ça vous dit quelque-chose ? Si vous avez lu Un employé modèle de Paul Cleave, vous n’avez pas pu oublier ce personnage. A l’époque, on ne pouvait pas véritablement s’attendre à une suite. C’est pourtant ce que propose l’auteur néo-zélandais avec Un prisonnier modèle, 11 ans après l’impressionnant succès de son premier roman.

Une suite, vraiment ?

Y avait-il matière à prolonger l’histoire de ce monstre au travers d’un dense nouveau roman (575 pages) ? Même le fan absolu de Cleave que je suis s’est interrogé avant de débuter la lecture. Réponse : oui, oh oui, mille fois oui !

Ceux qui imaginent l’écrivain tomber dans la facilité, et reproduire le même schéma que dans le premier roman, se trompent lourdement. Au point que ce deuxième chapitre de la vie du boucher peut tout aussi bien se lire individuellement.

Mais les amateurs des romans de Paul Cleave vont une fois de plus jubiler à lire cette histoire qui est une nouvelle pièce du puzzle immense qui décrit toute la noirceur de la ville de Christchurch. Une fois de plus, les chroniques s’entremêlent et on retrouve nombre de personnages de ses autres romans qui croisent plus ou moins rapidement la vie de Joe le boucher.

Décortiquer le monstre

Comme Melissa, son ex-complice et celle qui est responsable d’une des scènes les plus marquantes du thriller moderne (celle du parc, vers le milieu d’Un employé modèle, ceux qui l’ont lue ne peuvent que s’en souvenir). Comme le méchant du précédent roman de Cleave, La collection, qui se retrouve en prison aux cotés de Joe.

Un prisonnier modèle n’est pas vraiment un thriller. C’est un vrai roman noir, aux multiples facettes, qui prend le temps de littéralement nous plonger dans la tête de Joe le boucher, avant de nous couper le souffle à travers 150 dernières pages asphyxiantes.

Joe est en prison depuis un an, et les interactions avec le milieu carcéral et judiciaire nous permettent de baigner littéralement dans son esprit malade. Alternant les narrations, entre première personne (pour Joe) et troisième personne pour le reste de l’intrigue, Paul Cleave réussit l’exploit de nous faire ressentir des sentiments ambivalents envers le pervers qu’est Joe Middleton (le titre original est d’ailleurs bien plus adapté : Joe Victim). Un personnage complexe, qui se fait passer pour un simple d’esprit et qui se croit bien plus intelligent qu’il n’est. Décortication d’un esprit malade.

Humour noir, très noir

Mais ce fabuleux roman est bien davantage qu’un roman sur un tueur en série. Les histoires permettent de développer des thématiques profondes, entre notions du bien et du mal, processus de deuil, loi du talion ou encore questionnement sur la peine de mort.

Et tout ça, tout au long d’une intrigue particulièrement jouissive, écrite de main de maître par un Cleave qui s’en donne à cœur joie avec son humour très noir qui est sa marque de fabrique. Dans son intrigue, toute en nuances de gris, on ne sait jamais sur quel pied danser, entre scènes particulièrement sombres et passages décalés (les coups de téléphone entre Joe et sa mère sont de véritables morceaux d’anthologie). Il n’y a qu’à vous dire que l’auteur a fait naître le monstre le jour même de la journée internationale des droits de l’homme, pour vous donner un exemple du genre d’humour noir à la Cleave.

Ah, la scène du milieu !

Un dernier argument pour vous convaincre ? Ce roman-ci a également sa scène d’anthologie, proprement épouvantable, vers le milieu de l’histoire. Clin d’œil ultime.

Je le dis depuis son premier roman, Paul Cleave est un génie dans son genre, son univers est unique. Et ce n’est pas ce joyau qu’est Un prisonnier modèle qui va changer la donne. Indispensable.

Lien vers l’interview réalisée avec Paul Cleave au sujet de ce roman

Sortie : 11 février 2016

Éditeur : Sonatine

Genre : roman noir / thriller

Traduction : Fabrice Pointeau

Notes :

Profondeur : 9/10

Dimension de l’histoire : 9/10

Psychologie : 9/10

Qualité de l’écriture : 9/10

Émotions : 9/10

Note générale : 9/10

4° de couverture

Joe Middleton s’est tiré une balle dans la tête. Par malheur, il s’est raté et a atterri à l’hôpital, escorté par une horde de policiers qui se demandent déjà s’ils n’auraient pas mieux fait de l’achever discrètement. Peut-être en effet auraient-ils dû.

Un an plus tard, Joe est toujours derrière les barreaux d’un quartier de très haute sécurité, accusé d’une série de meurtres plus horribles les uns que les autres. En attendant son procès, qui doit s’ouvrir quelques jours plus tard, il s’apitoie sur les vicissitudes de sa vie de détenu et tente encore de se faire passer pour un simple d’esprit auprès des différents experts en psychiatrie.

Mais pour ceux qui connaissent mieux Joe sous le nom du Boucher de Christchurch, seule une mort rapide est souhaitable. À commencer par son ex-complice qui compte bien le faire abattre avant son entrée au tribunal ; Raphael, le père d’une de ses victimes, qui veut plus que tout au monde voir Joe payer ses crimes ; ou encore Carl Schroder, l’ancien policier qui a arrêté le tueur en série…

Publicités


Catégories :Littérature, Livre : les incontournables

Tags:, , , ,

45 réponses

  1. ahahaha, très impatiente!!!!!!!!!!Ta chronique donne fortement envie, je le commence demain (j’espere!!!). Ah Paul Cleave, cet auteur est tout simplement génial!!!!!

  2. Oh oui je me souviens de la scène du milieu comme tu dis ! Je prends note de cette suite !

  3. Rhoooo elle est impressionnante ta chronique ! Vite vite je me le note !!!

  4. Merci pour ta chronique, j’en prend bonne note….HiHi

  5. Chut…je n’ai encore jamais lu cet auteur ! Je sens que c’est à rattraper vite fait !!! Merci pour ta chronique en tout cas qui comme souvent donne envie.

  6. Y m’énerve, l’Yvan !! J’avais peur de la suite, mais tu me rassures, et j’aurais aimé que tu me dises que c’était une daube absolue, ça m’aurait fait des économies ! Mon anniversaire, c’est loin et papa nowel aussi !!

    Bon, ça nous fera une LC de plus avec Stelphique !

  7. Nom d’un caribou vietnamien, cette fameuse scène restera gravée dans ma mémoire jusqu’à ce qu’Alzheimer me terrasse!

  8. Mon préféré, de cet auteur,est bien un employé modèle. alors tu pense bien qu’après une telle chronique je ne vais pas manqué le suite 😉 🙂

  9. J’avais bien aimé « Un employé modèle ». Voilà qui me tente.

Rétroliens

  1. Ma liste de livres à lire se rallonge | Le temps de la lecture
  2. Interview – 1 livre en 5 questions : Un prisonnier modèle – Paul Cleave | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Quais du Polar 2016 – Compte-rendu – 01, 02 et 03 avril 2016 | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Mon top 10 des écrivains | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  5. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2016 – De la 5ème à la 2ème place – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :