Replay – Ken Grimwood

chronique littéraire

Ceci est une chronique un peu particulière, pour un livre qui est très particulier pour moi.

J’ai d’ailleurs lancé l’idée d’une lecture commune, qui a pris des proportions étonnantes.

Pour lire la compilation des avis suite à cette lecture commune suivez ce lien

L’objet :

Je possède trois éditions du livre : l’originale en grand format qui date de 1988, celle en livre en poche datant de 1998, et la version poche collector sortie en 2009. Trois versions, pour trois décennies.

La version collector est une magnifique version de luxe, avec couverture brillante, tranches argentées et double couverture. Un vrai plaisir des yeux. C’est cette édition qui m’a permis de me replonger dans ma nouvelle lecture de Replay.

          Replay Ken Grimwood Ken Grimwood replay poche Replay Ken grimwood collector

   Version originale – version poche – version poche collector

Le contexte et l’ambiance particuliers de ma lecture :

Cette lecture est très particulière pour moi.

Il y a les livres qui distraient, qui font réfléchir, qui émeuvent. Me concernant, Replay n’est pas seulement ça, il est LE livre d’une vie, la mienne.

Il me suit depuis sa sortie en 1988. J’avais vingt ans, toute la vie devant moi, tout à apprendre d’elle, plein de choses encore à construire. Sa lecture a été une révélation telle qu’elle a changé ma perception du monde à l’époque, ma perception des relations humaines également.

C’est le seul livre que j’ai relu plus de deux fois. Avec cette nouvelle lecture, je dois en être à six en tout maintenant, ma mémoire défaille je ne sais plus trop… Ce dont je suis certain, c’est que ces lectures successives m’ont, à chaque fois, procuré le même genre de sensations intenses. L’âge avançant, mes impressions se sont modifiées du fait de mon passé, de mes expériences, de mes échecs, de mes réussites.

Ce livre m’a guidé durant ma vie (j’ai d’ailleurs parfois perdu le guide, d’où l’envie de le relire). Il a été à la fois révélation, boussole, copilote, catharsis…

La lecture de ce roman reste en tout cas à chaque fois un moment unique, flot d’émotions qui me submerge, et une vision du monde et des autres qui s’éclaire sous un autre jour. Le lire à 47 ans n’a pas le même effet que de le lire à 20 ou 30 ans.

Cela doit faire quinze ans que je ne l’avais pas lu, c’est toujours étonnant de constater à quel point la mémoire est sélective. Certaines scènes du livre étaient présentes dans mon esprit comme si je les avais lues la veille, d’autres avaient complètement disparu de mes souvenirs. Certains passages ont pris d’ailleurs une toute autre importance en quinze ans…

Ma chronique :

Replay n’est pas un livre. C’est une expérience émotionnelle et humaine. Ken Grimwood n’est pas un simple auteur, c’est un magicien qui, à travers son seul roman publié en français, a créé une alchimie inédite et toujours inégalée depuis sa sortie.

S’il ne devait en rester qu’un…

Comme pour beaucoup de lecteurs, ce roman fait partie de ce cercle très restreint des livres inoubliables. Pour ma part, j’irai même plus loin : s’il ne devait en rester qu’un, ce serait ce livre là.

Ce n’est pas une simple histoire. Replay est une invitation au voyage (dans le temps, l’espace et l’âme) et une expédition à la recherche du sens de la vie. Une quête de sens qui s’apparente même à un pèlerinage me concernant, puisque j’écris cette chronique à la suite de ce qui doit être ma cinquième relecture. Six lectures en 27 ans, une expérience à chaque fois différente selon mon propre vécu.

Jeff, le personnage principal, va donc se voir « proposer » l’occasion de revivre sa vie plusieurs fois, à partir de son adolescence. Une trame qui semble connue, mais qui est traitée de manière totalement originale (et puis le roman date de 1986, à l’époque il faisait figure de précurseur. il a été maintes fois copié depuis, mais jamais égalé).

Espoir, risques et douleurs

Tant de questionnements vont apparaître durant ces vies revécues. Cet espoir de pouvoir améliorer les choses en se basant sur l’expérience du (des) passé(s), cette recherche de ce qui est réellement important dans une existence, ces douleurs quand on ne sait que faire quand on a tout eu et tout perdu, ces risques qui peuvent tout faire basculer…

La trame SF n’est clairement que le prétexte à un vrai questionnement sur le sens de l’existence. Sur la vie, la mort, l’amour. Sur ce qui compte vraiment. Aucune longueur dans ces vies revécues, tant Ken Grimwood sait se renouveler et proposer une histoire riche, profonde, originale et surprenante.

Universel

C’est le roman universel par excellence, qui parlera différemment à chaque lecteur selon ses propres apprentissages de la vie. Tout à l’image du personnage principal qui va tant évoluer au fur et à mesure, passant du sybaritisme à l’ascétisme. Et cet espoir qu’il faut nourrir sans cesse.

Un récit touchant souvent (lecture au bord des larmes, mais jamais larmoyante), révoltant parfois, questionnant toujours, ludique continuellement.

L’écriture de Ken Grimwood est parfaite, à la fois simple, intelligente et pénétrante. La prescience de l’auteur concernant certains chemins que peut prendre le monde est parfois troublante (ou comment sentir dès 1986, date d’écriture du livre, ce qu’est devenu notre présent). Et puis, ce qui ne gâche rien, l’auteur américain semblait être un vrai amoureux de la France, preuves à foison tout au long du roman.

Si tu ne l’as pas lu…

J’aimerais vous dire tant de choses, vous crier encore plus fort mon amour pour les mots de Ken Grimwood, mais mes propos me semblent tous bien fades face à la puissance des émotions que peut procurer cette lecture. Ce livre a changé la vie de pas mal de monde, il n’est rien besoin de rajouter.

Je l’ai lu la première fois quand j’avais vingt ans et il a complètement modifié ma perception du monde et de mon futur. Je l’ai relu à trente ans et il m’a empli de questionnements. Je viens de le relire (largement) passé quarante ans et il m’a fait jeter un regard lucide sur mon passé. Si à cinquante ans tu n’as pas lu Replay, c’est que tu as raté ta vie ;-).

Page 393, la citation d’un vers de Blake est une parfaite illustration du roman :

« Voir un monde dans un grain de sable et un paradis dans une fleur sauvage

Tenir l’infini dans la paume de sa main et l’éternité en une heure ».

Troublants liens avec la réalité :

C’est le seul roman de Ken Grimwood publié en français.

L’auteur est mort d’une crise cardiaque… comme le personnage principal de Replay qui meurt dès la première page du roman. Troublant lorsque l’on rajoute que ce personnage est Directeur de l’information d’une radio, comme l’auteur.

Le hasard est d’autant plus ironique que Ken Grimwood est mort alors qu’il était en pleine écriture d’une suite de Replay, 15 ans après, lui qui avait repoussé l’idée jusque là…

Sortie : 1988

Éditeur Seuil (Points pour la version poche)

Genre : Inclassable

Notes :

Profondeur : 10/10

Dimension de l’histoire : 10/10

Psychologie : 10/10

Qualité de l’écriture : 9/10

Émotions : 10/10

Note générale : 10/10

10

4° de couverture

En ce 18 octobre 1988, Jeff Winston se trouve dans son bureau new-yorkais, et écoute sa femme lui répéter au téléphone : « Il nous faut, il nous faut… » Il leur faudrait, bien sûr, un enfant, une maison plus confortable. Mais surtout parler. A coeur ouvert. Sur ce, Jeff meurt d’une crise cardiaque.

Il se réveille en 1963, à l’âge de dix-huit ans, dans son ancienne chambre d’université. Va-t-il connaître le même avenir ? Non, car ses souvenirs sont intacts. Il sait qui va gagner le prochain Derby, et ce qu’il en sera d’IBM et d’Apple…

De quoi devenir l’homme le plus puissant du monde, jusqu’à… sa deuxième mort, et qu’une troisième, puis une quatrième vie commencent…

Advertisements


Catégories :Littérature, Livre : les incontournables

Tags:, , ,

54 réponses

  1. Et bien, si, avec ce grand cri d’amour tu ne fais pas des émules, c’est que je ne comprends définitivement plus rien au genre humain.
    Savoir que ce livre compte énormément pour toi m’en apprend encore un peu plus sur l’homme que tu es aujourd’hui.
    C’est fou, tu compares ce livre à la bible ou à tous autres livres religieux qui guideraient les Hommes et leur montreraient le chemin à suivre. Quand on pense à tous les conflits que ces livres ont engendré, ça peut foutre la trouille de se lancer dans cette lecture.
    Mais que les futurs lecteurs se rassurent…Replay est plus philosophique que théologique. D’ailleurs tu parles de sybaritisme et non de luxure ;). Une preuve de plus que à travers ce titre, l’auteur ne porte pas de jugement. Non il donne juste à réfléchir sa vie mais souvent avec le coeur. Et comme je me plait à le dire souvent : l’intelligence de coeur est la plus belle et c’est elle qui mène à l’intellect.
    Alors merci mon ami pour ce partage d’expérience. Et merci aussi de m’avoir choisi pour la partager avec d’autre. 🙂

  2. Chronique magnifique – j’allais écrire « évidemment », mais non. Il n’y a rien de plus difficile que de parler des livres que l’on aime par-dessus tout. Rien de plus difficile que de trouver les mots justes pour donner envie de les partager avec le plus grand nombre. Tu t’en es parfaitement sorti, alors juste bravo et merci, il n’y a rien de plus à dire 🙂

    Je regrette juste une chose : avoir déjà lu « Replay ». Parce que là, si ça n’avait pas été le cas, je me serais précipité dessus illico !!!
    (Bon, je sais, je pourrais le relire, et je le ferais avec plaisir si j’avais le temps, mais ce n’est pas du tout le cas en ce moment, débordé que je suis par la rentrée littéraire… Hélas !)

  3. Je ne peux pas rajouter grand chose à tout ce qui a été dit. ..
    Te connaissant, il est rare que tu te livres et je sais à quel point ces moments peuvent être précieux.
    Tu m’as émue mon ami 🙂

  4. Très belle chronique, mon ami Yvan… Comment aurait-il pu en être autrement quand on sait l’amour, que dis-je, la vénération que tu portes à ces mots de Ken Grimwood.
    Je ne saurais trop te remercier de m’avoir fait découvrir ce roman et cet auteur, et par la même occasion, d’avoir élargi le champ de mes perceptions littéraires.
    Encore une fois, chapeau l’artiste… 🙂

  5. Une chronique pleine d’émotions, tout en retenue, nous laissant entrevoir un monde à rechercher…
    Bon cela dit, passé 50 ans, si tu ne l’as pas lu, t’as raté ta vie…. 😀 Je m’en doutais un peu .. Maintenant, tu m’as sonnée là…. Passé 50 ans et toujours pas lu… 😦
    J’espère que l’on a droit à une seconde chance puisqu’apparemment, c’est le sujet du livre….
    😉 Donc je vais m’y coller pour ne pas avoir tout rater….. 🙂
    Merci Yvan pour ce magnifique moment de lecture qu’a été ta chronique….

  6. Et bien quelle émotion!!!!!C’est fou de savoir que ce livre t’a autant bouleversé! Merci en tout cas de le partager avec nous! Moi aussi j’ai un livre fétiche (et s’il n’en resté qu’un…ce serait celui là !!!!;) lol) , et je crois que j’utiliserai les mêmes mots pour le décrire. Donc autant te dire que je partage cet élan d’amour pour Un livre et je suis bien contente de m’être joint à cette lecture commune. Merci de tous tes conseils de lecture, merci de partager avec autant de passion, tes meilleures lectures.

  7. « Si à cinquante ans tu n’as pas lu Replay, c’est que tu as raté ta vie » MSPD ! Excellente, celle-là… je connais un nain de jardin agressif qui a loupé la sienne, même s’il voudrait vous faire un replay aux prochaines élections 😛

    Djézus, tu en parles bien ! On sent que tu aimes ce roman, qu’il compte pour toi, que ce partage comptait aussi énormément pour toi. Même si on ne trouve pas toujours les mots pour dire tout le bien qu’on a pensé d’une lecture, je pense que les autres auront compris combien cet ouvrage a compté pour toi et que tel un marteau, il a forgé l’homme que tu es aujourd’hui… Bon dieu, faut la retenir, celle-la !! 😆

    Merci Yvan de m’avoir fait découvrir ce roman plus tôt que prévu 😉 à la prochaine LC avec un autre de tes livres marquants !

  8. Je l’ai lu grâce à toi et à lire ta chronique j’ai envie de le relire ;)…en tout cas merci pour cette découverte et se partage.

  9. Je n’aurai pas dit mieux !!! vivement qu’on se le relise dans10 ans Yvan !!! 😉

  10. Ah mais quel bonheur, quel plaisir de lire et de s’imprégner de ton histoire avec ce livre. Pour l’avoir relu récemment grâce à ton impulsion, je comprends mieux tout ce qu’il a provoqué en toi et je trouve que ce livre est un merveilleux guide pour remettre sa vie en perspective.
    Je te remercie de nous faire partager ce magnifique moment d’humanité et de nous avoir donné à tous tant d’émotions 🙂
    Des bises d’amitiés

  11. Oserais-je te dire que je ne l’ai jamais lu 😉 ? Allez ce soir j’ose !
    J’ai la chance qu’il me reste encore à le découvrir 🙂
    Son jour viendra…LE livre d’une vie, quand c’est celle d’un ami, est à découvrir absolument.
    Je lui trouverai sa place, de choix et ce jour-là, on en reparle !

  12. J ai vu, un peu tard, que tu avais lance une lecture commune de Replay. J ai decide de rejoindre le clan de « ceux qui l ont lu » en l attaquant ce soir! Je t en dirai des nouvelles!

Rétroliens

  1. Replay de Ken Grimwood – Retour des avis suite à la lecture commune | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Salon Saint-Maur en poche 2016 : Compte-rendu | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Les 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre : le choix d’Yvan – Collectif polar : chronique de nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :