Les fantômes d’Eden – Patrick Bauwen

chronique littéraire

Patrick Bauwen - Les fantomes d'EdenCe roman est tel la mangrove, sombre et tortueux. Il prend ses racines dans le passé de ses personnages ; des racines voraces qui s’enchevêtrent avec leur présent. Une histoire, comme cet écosystème, au socle instable et qui asphyxie le lecteur pris dans cette vase qui l’aspire petit à petit.

Bien davantage qu’un thriller

Le roman de Patrick Bauwen cache bien son jeu. Il débute comme un thriller tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Mais il n’est pas juste un thriller ordinaire… Cette histoire prend assez vite d’autres directions – racines qui s’entortillent – pour prendre autant des allures de récit initiatique que de sombre vengeance.

Les fantômes d’Eden est un pavé (630 pages) qui fourmille d’idées, de frissons et d’émotions. Le tout agencé dans une intrigue palpitante et qui ne tombe jamais dans les excès.

2014 vs 1979

L’histoire qui nous est contée n’est pas uniquement contemporaine. Sa souche se situe dans les années 80, des années que l’auteur semble se remémorer avec une certaine nostalgie. Un passé où les protagonistes, encore jeunes ados, découvrent la vie, la mort, l’amour et l’amitié. Une amitié profonde, à la vie et à la mort justement, de celle qu’on pense indestructible. La partie de l’histoire contemporaine nous montrera ce qu’il en retourne.

Une histoire pleine de tendresse, riche en émotions (belles ou plus laides). Un récit parfaitement imbriqué dans un thriller qui, s’il démarre doucement, explose dans le cadre de 200 dernières pages ahurissantes.

Une intrigue complexe mais qui reste accessible et qui garde toujours son coté profondément humain (l’écriture d’une partie du roman à la première personne n’y est pas étrangère).

Atmosphère étouffante

Il y a aussi cette atmosphère si particulière du sud des États-Unis, étouffante, dangereuse. Une ambiance qui est aussi l’occasion pour l’auteur de joliment mettre en avant son amour pour les romans de Stephen King. A l’image de ces scènes de camaraderie qui font penser à Stand by me, ou ces scènes un peu horrifiques qui sentent bon le King des années 80 justement. Et puis, à force d’en parler dans le livre, je rêve de goûter les fameuses boulettes de crabe au piment !

L’auteur a mis sans doute beaucoup de lui dans cette histoire et son personnage de Paul Becker, médecin de son état (tout comme lui). Ça se sent, et donne une toute autre dimension à ces fantômes. Des fantômes qui décidément sont bien davantage qu’un récit à suspense et un Eden qui ressemble parfois à un enfer. Heureusement, derrière la pénombre de cette mangrove, on voit poindre aussi un peu de lumière.

L’écrivain Parick Bauwen trace sa route. Avec ce roman, il s’extirpe, à coups de machette, de la forêt des auteurs et s’enracine avec brio dans la Guilde des conteurs modernes.

Le livre en un mot : Etouffant

Sortie : 29 octobre 2014

Éditeur : Albin Michel

Genre : Roman noir / thriller

Notes :

Profondeur : 8/10

Dimension de l’histoire : 8/10

Psychologie : 8/10

Qualité de l’écriture : 8/10

Émotions : 8/10

Note générale : 8/10

8

Besoin d’autres arguments encore ? Allez donc lire la superbe chronique de David sur C’est contagieux !

Citation :

La fameuse citation de Nietzsche « Ce qui ne vous tue pas vous rend plu fort » me faisait bien rigoler. Cette citation, voyez-vous, c’était de la pure propagande. La vérité est que chaque coup vous rend plus faible, et plante un clou de plus dans votre cercueil.

4° de couverture

Paul Becker (le héros de Monster) est au fond du gouffre. Obèse, divorcé, dépressif, ruiné… Il échappe miraculeusement à une tentative de meurtre alors qu’il s est réfugié dans le parc de Yellowstone pour tenter de se refaire une santé. Mais il laisse croire à sa mort et se lance dans une enquête méticuleuse qu’il oblige à exhumer ses souvenirs d’enfance et les énigmes de son passé en Floride dans les années 70 pour découvrir qui a commandité son meurtre et pourquoi.
Alternant le récit de l’adolescence de son héros, des frasques de sa petite bande d’amis en mal d aventures, et celui de la traque de son « meurtrier », Bauwen nous embarque dans une aventure pleine de rebondissements.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

27 réponses

  1. j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman !!! Il y a dedans tout ce que j’aime. Le côté humain, l’intrigue, une cadence souple et une autre rythmée. Un dépaysement. et un brin de nostalgie …Je suis heureuse que tu en fasses l’éloge !!

  2. En un mot : whooaaaa !!!
    Cette chronique est sublime, immense, magnifique. Je suis dans les mangrove avec toi mon pote ! Des frissons et les poils de bras qui se lèvent !!!
    Et s’extirper à coups de machette de la forêt des auteurs pour s’enraciner dans la guilde des conteurs modernes est une phrase de ouffff !!!
    Si je ne l’avais pas déjà, je courrai pieds nus et en caleçon des ce matin pour faire le pied de grue devant mon libraire !
    Je te kiffe mon pote et je suis trop content que ce roman t’ait touché aussi !

  3. Superbe chronique (comme d’hab’) pour un excellent roman. 4 livres et Patrick Bauwen fait (à mon goût) un sans faute avec les fantômes d’Eden sur la première marche du podium.

  4. Je veux le lire celui ci!!!!Il me tente énormément, et ta chronique est juste parfaite pour qu’on fonce courir l’acheter!!!!!;)

  5. Mon gros coup de coeur de la fin de l’année dernière. Et une sacrée surprise, parce que les trois premiers romans de Patrick Bauwen ne laissaient pas imaginer qu’il serait capable de proposer une histoire aussi belle, aussi forte, aussi touchante.
    Ton escapade dans ces mangroves littéraires me rappelle cet excellent souvenir de lecture et me donne envie d’y retourner aussi sec. Merci Yvan ! 🙂

  6. Merci Yvan, pour ce retour à l’écriture Patrick Bauwen nous propose une belle aventure visiblement. Comme toujours tu nous donnes très envie de le lire !

  7. Toi dans la mangrove, moi dans le bayou, on était dans les ambiances humides, étouffantes, moites, nous n’aurions pas pu nous rejoindre pour se boire une bonne bière bien fraiche !

    Bigre, qu’il est volumineux, ce roman !! Je pense que je vais le lire aussi, il est d’ailleurs dans mes impératifs, mais vu que j’ai 80 impératifs (et le reste, la « rawette » comme on dit dans le Sud de mon pays pas si plat que ça), ça va mettre du temps !! 😉

    Merci pour cette belle chronique ! 😀

  8. tout à fait ok avec ton commentaire. C’st un de mes coups de coeur pour cette année..

  9. Toi qui étais curieux de découvrir ce roman , tu viens de réveiller la mienne de curiosité! J’ai un très vague souvenir de Monster et de mémoire c’est le seul de l’auteur que j’ai dû lire.

  10. Ouah quelle superbe critique. Je suis un peu tombé au hasard sur celle-ci (il y en a tellement sur ton site ^^) mais elle donne méchamment envie.

Rétroliens

  1. « Les Fantômes d’Eden  de Patrick Bauwen | «Cest Contagieux!
  2. Le jour du chien – Patrick Bauwen – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :