Adieu demain – Michaël Mention

chronique littéraire

4° de couverture

9782743627256Vingt ans se sont écoulés depuis l’arrestation de l’Eventreur du Yorkshire. Un nouveau tueur sévit dans le Nord de l’Angleterre.

Les victimes sont des femmes transpercées par des carreaux d’arbalète.Pour Mark Burstyn, promu au grade de superintendant, le cauchemar recommence. Il a cependant un atout : l’inspecteur Clarence Cooper, un jeune flic aussi obsessionnel que lui. La police n’a pas droit à l’erreur et, pour stopper le meurtrier, Cooper est prêt à tout. Même à devenir quelqu’un d’autre.

 Mon ressenti

Attention, si vous rencontrez cet homme ! 

1617208_480206282081058_2966117352843746443_o

 Si vous tentez de l’approcher à travers ses livres, prenez vos précautions, c’est une rencontre dont vous ressortirez changé.

Il y a les livres que vous lisez avec intérêt, mais que vous oubliez très vite. Et il y a les autres, ils ne sont pas légion…

Ceux qui s’insinuent dans votre esprit ligne après ligne, page après page. Ceux qui vous obsèdent…

omniprésents

Ceux qui vous chamboulent…

différents.

Adieu demain est de ceux-là. Car ce roman de Michaël Mention mérite une palme dans la production noire actuelle !

Pas facile d’en parler et tant de choses à dire sur ce roman noir assez inclassable. A la croisée des chemins du polar, de la chronique d’actualité et du roman psychologique, il vous bringuebale et vous fait tanguer jusqu’à faire vibrer vos fondations les plus profondes.

Parce que le sujet central de ce roman noir est la :

Peur 

Présente

Dévorante

Envoûtante.

Et la manière de traiter le sujet des névroses devient tellement intime que cette histoire vous prend aux tripes et vous place en position de Mentionnaire. Oui, on se sent ainsi littéralement acteur du bouquin (pourtant écrit à la troisième personne). Une sacrée performance.

Adieu demain est une sorte de suite de Sale temps pour le pays paru en 2012, un récit en parallèle plutôt. Une chronique de l’Angleterre à travers les meurtres de serial killers, mélange de réalité et de fiction. Mais j’insiste fortement : ce roman peut se lire individuellement.

On peut découper le roman en trois grandes parties, débutant comme un voyage dans le temps entre 1969 et le début du 21° siècle, se poursuivant par une enquête « classique » (à la poursuite d’un serial killer) pour s’achever par une plongée psychologique particulièrement douloureuse et vivante.

Un récit d’une intelligence rare, sur un sujet qui pourrait paraître conventionnel (ce qui est loin d’être le cas), sublimé par un traitement haut de gamme. L’écriture, le phrasé, la construction sont d’une vraie modernité, avec des trouvailles stylistiques et de conception à chaque page (ah, ces merveilles d’enchaînements de paragraphes et de chapitres).

Innovant, à l’image de cette volonté de placer la téléchargementmusiquetéléchargement à chaque étape du récit et de sa progression temporelle. Musique des mots qui s’entrechoquent, se mêlent et fusionnent avec les sons (une vraie traversée de l’histoire du Rock).

Un récit viscéral, avec une émotion à fleur de peau, même dans les passages qui traitent de l’actualité. C’est une évolution (naturelle) chez Michaël Mention qui rend ce roman si addictif et si prenant. L’auteur y lâche clairement les chevaux et la cavalcade est, pour le moins, remuante.

Attention donc, c’est le genre de bouquin qui vous rend durablement accro.

 Sortie : 12 mars 2014

Éditeur : Rivages noir

Notes (sur 5) :

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥ 1/2

Psychologie des personnages : ♥♥♥♥ 1/2

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥ 1/2

Émotion : ♥♥♥♥ 1/2

Note générale : ♥♥♥♥ 1/2

Photo tirée du site du Festival sans nom 2014, salon du polar de Mulhouse

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

34 réponses

  1. Aie aie aie….. J’ai toujours pas lu le premier qui m’attends sagement dans ma bibliothèque et voilà que tu me donnes de nouveau envie de découvrir cet auteur….. Va falloir que je m’y plonge mais là, j’en peux plus, je suis en surchauffe…. (ma carte bleue aussi d’ailleurs.. 😉 ) et tout çà par ta faute ; grâce à toi ; là, je sais plus…. je note, je note sur ma liste qui s’allongeeeeeeee …….
    Je sais plus si il faut te dire merci pour toutes tes chroniques qui nous rendent accro…. 😉 mais c’est tellement bon qu’on en redemande….

    • c’est très gentil Muriel 😉 et puis tu sais il n’est pas cher celui-là, tu n’es plus à 8 euros près ;-). Je vais le défendre à fond ce bouquin !

      • Ah, tu joues au tentateur jusqu’au bout hein.. 🙂 Bon, allez, c’est vrai que 8 euros, c’est pas cher surtout si il y a du lourd derrière… Ca y est, je suis de nouveau contaminée.. J’ai craqué… 😉

        • eheh, je vais utiliser tous les arguments concernant ce bouquin 😉

          • Je reviens pour donner mon impression ( et,oufff, c’est énorme) sur ce livre.
            Déjà, quand je l’ai reçu, je l’ai couvert (il faut dire que je suis arachnophobe) et surtout maso je pense ; car j’en ai eu des suées à sa lecture, j’ai bien failli renoncer plusieurs fois, mais l’auteur sait nous prendre aux tripes et rentrer dans notre tête, et puis, je me suis dit que ce serait une bonne thérapie …. là, non cela n’a pas marché,mauvais sommeil, angoisses et je pensais que juste le chapitre 3 serait dur maisnon, il m’a instillé de l’araignée jusqu’au bout…. 😉
            Malgré toutes mes sueurs froides, l’envie de sortir l’aspirateur pour aspirer le bouquin (oui, c’est ma méthode à moi, aspi, puis sac poubelle étanche et direction container dehors,) faut dire que les insectisides, j’peux pas, j’suis asthmatique et ma Vento m’a bien aidé pour la lecture…. tout juste si je ne me suis pas branchée en continu sur l’aérosol…. 😀
            Oui , à ce point, mais ça en valait la peine car j’ai adoré…. bon il aurait pu prendre la peur , j’sais pas moi, des souris, des serpents, ça aurait été plus facile pour moi…
            Mais là, du coup, de l’adrénaline, j’en ai eu pour mon compte…..
            Je comprends pourquoi tu l’as défendu sifort ce bouquin et je te remercie ..ou pas…. de m’avoir donné envie de le lire.. 😉

            • wow… ton message me touche énormément !
              Déjà parce que tu m’as fait confiance malgré ta phobie, ce qui est déjà énorme ! (tout comme le fait d’écrire un tel livre quand on a la même phobie que toi, sacré Michael Mention).
              Ensuite parce que tu as pris le temps de venir nous en parler, faire passer ton ressenti, tes émotions. C’est juste magnifique.
              Pour terminer, parce que malgré ces satanées bestioles tu as adoré ce livre. c’est assez dingue, j’adore ça 😉
              Sincèrement, un immense merci !
              Tu fais un heureux 😉

            • Message complémentaire Muriel. Ton commentaire est tellement fort que je me suis permis de l’envoyer à l’auteur 😉
              Il me demande de te dire merci et que que ton retour le touche énormément ! Il est conforme à ce qu’il essaie de plus en plus de procurer aux lecteurs.
              Moralité, tu as fait deux heureux 😉

  2. A l’inverse de moi tu as l’art de bien choisir tes lectures 😊
    Tu livres encore une superbe chronique. Bon sang mais comment tu fais ??

  3. Magnifique ressenti ! J’approuve fortement ! Il faut dire que je ne suis pas ressorti indemne de ce roman ! Clarence & Peter…vivent encore en moi ! Difficile pourtant d’expliquer le lien qui me relie à ces personnages de fiction ! J’ai sans doute retrouvé en eux…un peu de moi-même ! Le livre de l’année pour moi !

  4. Magnifique ressenti ! J’approuve fortement ! Il faut dire que je ne suis pas ressorti indemne de ce roman ! Clarence & Peter…vivent encore en moi ! Difficile pourtant d’expliquer le lien qui me relie à ces personnages de fiction ! J’ai sans doute retrouvé en eux…un peu de moi-même ! Le livre de l’année sans hésiter !

  5. J’avais déjà beaucoup aimé  » Sale temps pour le pays », un vrai roman noir comme on les apprécie. Et puis je n’avais pas accroché à « Unter Blechkoller » et, est arrivé « le fils de Sam » est là le choc. Alors avec « Adieu demain » j’ai été heureuse de retrouver Mark Burstyn et l’Angleterre que nous raconte monsieur Mention mieux que quiconque, parce qu’il on connait la musique. 😉
    🙂
    Mais tu as raison Yvan, ce titre est beaucoup plus psychologique que le premier opus.

  6. Coucou c’est moi 😉
    Ta chronique donne envie de courir acheter le livre… M’en fiche, j’ai acheté le livre ! Et j’ai une furieuse envie de le lire, par ta faute ! Mais on m’avait conseillé de lire le premier opus avant… alors, quoi je fais ? J’attends ton avis éclairé 😀

  7. Superbe article, mon ami. Je me le réserve pour mai !

  8. Très belle chronique, mon cher… Je n’ai maintenant plus aucune excuse pour ne pas découvrir bientôt cet auteur, dont j’avais déjà entendu dire beaucoup de bien, notamment par un certain ami commun. Il faudra qu’il trouve lui aussi sa place dans ma pal, le livre hein, pas l’ami!!!
    A bientôt pour un prochain article, mais pas trop tôt, hein? 🙂

    • profite-en je suis en vacances, c’est service minimum sur le blog 😉
      Quant au livre, c’est une excellente idée ! Mais ne va pas lâcher tes amis dans ta PAL monstrueuse, elle risque d’être pillée 😉

Rétroliens

  1. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2014 – De la 10ème à la 6ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Interview – 1 livre en 5 questions : Adieu demain de Michaël Mention – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :