Quand on n’a que l’humour – Amélie Antoine

Dès les premières phrases, j’ai su. Dès les premier mots, j’ai compris. Ce livre allait me parler, me toucher, résonner en moi. C’est un peu magique que de ressentir les prémisses de telles émotions rien qu’en ne lisant que quelques mots.

Empathie

Un terme résume le style d’Amélie Antoine : empathie. Ils se comptent sur les doigts d’une main les romans que j’ai lus avec autant d’empathie au cm². On a l’impression que l’auteure a déjà vécu mille vies pour ainsi décrire avec autant de justesse les émotions, pour ainsi façonner des personnages qui sonnent aussi vrai. Et pourtant, elle n’est que trentenaire…

Quand on n’a que l’humour est un roman rare, à la fois lumineux et empreint de mélancolie. Admirablement construite, la trame se met au service de personnages inoubliables. Formidablement bien trouvée, l’histoire est prenante de bout en bout, sur la base d’une belle idée de départ.

Quête de soi, quête de l’autre

Une histoire d’un père et de son fils. Un récit d’une quête de soi, d’une quête de l’autre. En tant que lecteur attentif aux autres, comment ne pas s’identifier à ce duo, comment ne pas être profondément touché par la compassion et la sollicitude qui se dégage des mots de l’auteure…

C’est l’histoire d’un humoriste à qui tout réussit, et qui sait mieux que personne s’amuser des petits travers du quotidien (J’ai plusieurs fois pensé à des hommes comme Gad Elmaleh ou Robin Williams en lisant les passages concernant cet amuseur public). C’est le récit de son fils aussi, loin des paillettes.

Rien d’artificiel

Ce roman poignant, émouvant et saisissant aura su toucher mon âme. Par le charme de l’écriture d’Amélie Antoine, particulièrement expressive et joliment travaillée. Par le fait que tout sonne simple, juste, authentique. Des émotions en pagaille sans que jamais l’auteure ne tombe dans le piège de l’artificiellement larmoyant. Elle sait doser l’émotion à la perfection, avec une bienveillance de tous les instants, pour que le récit reste crédible et l’attachement aux personnages sincère.

Je n’imaginais pas être autant bouleversé en commençant ce roman. Je ne pensais pas entrer moi-même en telle empathie avec l’empathie d’Amélie Antoine. Il faut croire qu’elle est contagieuse. Quand on n’a que l’humour est une expérience de lecture singulière, grand public dans le sens le plus noble du terme. Du genre qui réconcilie ce qu’il y a de meilleur en nous, même si le prix à payer peut être douloureux.

Lien vers l’interview d’Amélie Antoine

Sortie : 04 mai 2017

Éditeur : Michel Lafon

Genre : Roman

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’idée et sa mise en application

Les émotions et l’empathie pour les personnages

L’écriture si touchante de l’auteure

Voici la couverture prévue initialement et qui a été changée avant la sortie. Je dois dire que j’ai une préférence pour cette couverture initiale, bien en rapport avec une partie du récit et qui est plus sombre (on va dire que c’est lié à mes lectures habituelles…). Mais la couverture définitive est également tout à fait en phase avec le roman.

4° de couverture

C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter.
Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment.
Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage.
C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent.
Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension.
Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer.
C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

18 réponses

  1. Très très envie de le découvrir ❤️

  2. Je vois bien dans cette si belle chronique, que tu as beaucoup aimé. En revanche, c’est étrange mais ça ne me tente pas 😦
    Pas le moment peut être. Je le note quand même pour plus tard 🙂

  3. Je me le note, la découverte peut être sympa

  4. Tu sais que tu m’énerves toi !
    Non, non, je refuse de te suivre sur ce coup là !
    Sauf peut-être si l’on m’annonce que je dois mourir demain.
    T’es le pire des tentateur, mais je ne céderai point.
    Et puis comme Nath, je ne crois pas que ce soit le moment pour moi !
    Mais à l’occasion, rappelle le moi !!!


  5. https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsJ’ai beaucoup aimé ce roman. Et c’est que, même si j’aime bien la couverture définitive, je trouve la première encore plus belle, dommage qu’elle ne soit pas restée 🙂

Rétroliens

  1. Interview littéraire 2017 : Amélie Antoine – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :