La prunelle de ses yeux – Ingrid Desjours

chronique-litteraire

ingrid-desjours-la-prunelle-de-ses-yeuxDe plus en plus de lecteurs ont Ingrid Desjours à l’œil, et encore d’avantage depuis son précédent roman, Les fauves. Il faut avoir une poutre dans l’œil pour ne pas remarquer qu’elle est une voix unique dans le domaine du thriller.

Passé un cap

La prunelle de ses yeux ne déroge à la règle, bien au contraire. Je trouve que l’auteure a vraiment passé un cap depuis son précédent livre, avec des histoires davantage connectées à notre société d’aujourd’hui. Ça crève les yeux.

Une fois de plus, elle propose un récit qui en met plein la vue en matière de sentiments.

Une fois encore, elle pose un regard aiguisé sur notre société malade.

Cette fois-ci, elle nous fait regarder dans le blanc des yeux cette élite et ces castes à courte vue.

Sentiments exacerbés et point de vue acerbe sur notre société, Ingrid Desjours nous met le nez en plein dedans. Avec une intrigue et des personnages à ne pas fermer l’œil de la nuit, elle ne fait pas dans la demi-mesure quand elle tisse des relations interpersonnelles.

Sujet et traitement originaux

Une intrigue psychologiquement et physiquement violente ; œil pour œil, dent pour dent. Récit fort, tension extrême qui monte crescendo. Pas de la poudre aux yeux, mais un sujet original et un traitement qui l’est tout autant. On est loin des sempiternelles histoires qu’on retrouve dans le monde du thriller. De quoi faire les yeux ronds parfois, tant l’histoire prend des directions inattendues. Il ne faut pas toujours se fier aux apparences.

Des personnages d’une grande puissance émotionnelle, qui n’ont pas froid aux yeux. Ambivalents, comme souvent dans les romans de l’auteure, au point qu’on ne les comprend vraiment qu’en ayant une vue d’ensemble.

Et puis ce supplément d’âme au travers d’un sujet qui laisse des traces, du genre à s’imprimer sur nos rétines. Ingrid Desjours nous ouvre les yeux sur ces boites à élites qui forment les puissants de demain. Elle n’a pas ses yeux dans la poche lorsqu’elle donne vie à des personnages de « bien-pensants ». J’y ai même cru reconnaître un petit Zemmour (pléonasme ?).

Tiré les larmes

Tout juste aurais-je aimé une fin un peu moins abrupte, mais elle est cohérente et ça prouve bien que je ne voulais vraiment pas perdre de vue cette galerie de personnages et d’émotions extrêmes (la patte Desjours). Ce n’est pas une simple vue de l’esprit, croyez-moi, la scène qui est la pierre angulaire du récit m’a littéralement tiré les larmes.

La prunelle de ses yeux est un thriller à part, il serait dommage de fermer les yeux et de passer à coté. Ingrid Desjours a du nez pour concocter des histoires qui ne laissent pas indifférent, le bouche-à-oreille devrait faire le reste. Avec cette nouvelle réussite, je la garde à vue jusqu’à la prochaine fois.

Lien vers l’interview d’Ingrid Desjours au sujet de ce roman

Sortie : 13 octobre 2016

Éditeur : Robert Laffont 

Collection : La bête noire

Genre : Thriller / roman noir

Mon ressenti de lecture :

Profondeur : 8/10

Psychologie : 8/10

Qualité de l’écriture : 8/10

Émotions : 8/10

Note générale : 8/10

4° de couverture

Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l’entraîner dans ses ténèbres.

Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie… Les années ont passé et l’aveugle n’a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant.
Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c’est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions…

La cécité de conversion est une pathologie aussi méconnue qu’effrayante : suite à un profond traumatisme psychologique, vous êtes aveugle. C’est ce qui est arrivé au personnage principal de ce roman.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

13 réponses

  1. Surprise un peu que tu l’ai lu , ) vu ton côté très sensible ( JE ne me moque pas …)

  2. Intéressante chronique, mon ami, tant sur le fond que sur la forme… Je ne sais pas si ce genre de roman me conviendrait… J’ai quelques doutes à ce sujet…
    Amitiés.

  3. Je pense que je vais l’ajouter, il me tente bien ! 😉

  4. Il me tente aussi beaucoup. C’est dommage, j’ai raté Les fauves, son précédent roman et avec tout ce que j’ai à lire, j’ai peur de ne pas y revenir … 😦

  5. Quel bel éloge, je le mets dans ma liste 😉

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : La prunelle de ses yeux – Ingrid Desjours | EmOtionS – Blog littéraire et musical – Chroniques, avis, comptes-rendus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :