Extinction – Matthew Mather

chronique littéraire

extinction-de-matthew-matherEn matière de récits post-apocalyptiques, surtout lors du passage de la normalité à la catastrophe, il y a souvent deux manières de présenter l’affaire.

Certains auteurs se placent du point de vue des conséquences et des explications scientifiques, d’autres du coté des répercutions sur les personnages. Il faut bien admettre que, souvent, l’auteur qui choisit la seconde solution le fait car il ne maîtrise pas complètement l’aspect scientifique…

Du coté de l’humain

Extinction se situe du coté de l’humain, dès le départ. Mais Matthew Mather est l’exception qui confirme la règle. Spécialiste de la cyber-sécurité et des prévisions météorologiques, il aurait pu nous assommer avec ses nombreuses connaissances. Il a, au contraire, fait le choix, de l’homme (le roman est écrit à la première personne).

Bonne pioche, excellente pioche. Son roman dépeint, avec un réalisme qui fait froid dans le dos, la chute d’un système. Le notre, notre société.

Tempêtes

Cyberstorm (titre original) décrit comment notre vie quotidienne peut s’effondrer d’un coup, du fait de cyber-attaques bien ciblées, conjuguées à un phénomène climatique hors-normes (une longue et puissante tempête de neige qui s’abat sur New-York).

On suit, halluciné, la vie quotidienne d’un groupe de personnes, en plein Manhattan, qui ne comprend rien à ce qui se déroule (les communications sont coupées) et qui tente de survivre alors que tout approvisionnement est coupé. La loi de la jungle, en pleine ville.

Loi de la jungle

Entre hypothèses sur les raisons de cet effondrement et tentative de survie, Matthew Mather utilise son bagage et ses connaissances technologiques, pour décrire la vie au jour le jour de ces new-yorkais. Il n’en fait jamais des tonnes, n’en ajoute pas dans la surenchère gratuite et surtout fait passer les émotions avant tout.

Cela nous donne un récit immersif, frissonnant et vraiment intelligent. On ressort changé de cette lecture, touché par les personnages, questionné par ce qu’il décrit de ce cataclysme en forme d’effet boule de neige.

Divertissement et Sonnette d’alarme

L’auteur, avec son style fluide, expressif et travaillé, raconte une histoire qui pourrait être la notre demain. Sans sensationnalisme, mais avec un réalisme glaçant, il propose un vrai page-turner qui est également une sonnette d’alarme sur l’inconscience des gouvernements et des citoyens (nous) à ne pas se protéger suffisamment. Il le fait sans jamais oublier le coté divertissant du récit.

La technologique est un paradis qui peut devenir très vite un enfer. Attention à l’Extinction des feux.

Sortie : 12 novembre 2015

Éditeur : Fleuve éditions

Genre : Thriller / Post-apocalyptique

Traduction : Christine Barbaste

Notes :

Profondeur : 8/10

Dimension de l’histoire : 8/10

Psychologie : 7/10

Qualité de l’écriture : 7/10

Émotions : 7/10

Note générale : 7,5/10

7.5

4° de couverture

Alors qu’une gigantesque tempête de neige s’abat sur Manhattan, Internet s’effondre, entraînant dans sa chute les infrastructures municipales : l’électricité, l’eau courante… Le black-out est total, les vivres viennent à manquer. Dehors, c’est la loi de la jungle, entre pillages et épidémies.

On accuse les Chinois, les cyberpirates. La faim, le froid, la soif guettent à chaque corner – mais l’ennemi le plus redoutable partage sans doute votre palier… Dans la résidence de Chelsea où, hier encore, les voisins se pressaient joyeusement autour d’un barbecue, confiance et solidarité s’érodent peu à peu.

Mike Mitchell, jeune père et ingénieur aisé, sait que la menace peut surgir de partout. Aucune barricade ne peut garantir contre la trahison, l’égoïsme, la paranoïa… Sa vie, celle de sa femme et de son fils ne dépendent que de son jugement. À mesure que la communauté se disloque, l’extinction opère son effroyable sélection naturelle…

Advertisements


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

32 réponses

  1. Déjà ce serait la cata qu’internet s’effondre … alors si en plus y a une méga tempête de neige!!!

  2. Alors celui là je le veux, je sais pas pourquoi mais JE LE VEUX! Peut être ton excellente chronique, et le thème général….;)
    Ca me fait penser au film(le titre m’échappe par contre) non? Serait-ce dans la même veine?

  3. Bonjour,

    J’ai découvert votre blog en cherchant des chroniques sur le dernier livre de Donato Carrisi, et je voulais juste vous dire que je trouve que vous faites du très bon boulot ici ! Vos chroniques sont bien écrites, exhaustives, donnent une bonne idée du contenu du livre, et vous pensez toujours à mentionner le traducteur 🙂
    Et puis, quand en naviguant sur votre site j’ai découvert que vous aimiez Anathema, m’informant du même coup d’un nouveau live, ça a été la cerise sur le gâteau 😉
    Alors bonne continuation, je continuerai à vous suivre avec plaisir !

    PS : votre visage m’est familier, je suis presque sure de vous avoir déjà croisé quelque part… Aux Utopiales, c’est possible ?

    • merci beaucoup pour ce message ! ça fait plaisir à lire 😉
      Oui, j’essaye de penser à mentionner le traducteur. J’ai une immense estime pour ce boulot de l’ombre.
      Au plaisir !
      (non pas aux Utopiales, je n’étais jamais là-bas)

  4. Il est tente bien celui-là. Je n’en avais pas entendu parler. Je t’en remercie 🙂

  5. J’aime beaucoup les thrillers post-apocalyptiques et celui là a l’air particulièrement réussi.
    C’est bien écrit pour un bobo parisien 😉
    ok je sors…

  6. Et hop un de plus dans la PàL… c’est horrible le numérique pour la PàL, deux trois clics et hop inzepocket !

  7. Je vais y jeter un oeil et plus si affinité 😉

  8. Je viens de le finir. Et je suis moins emballée que toi. Je remets pas en cause ses connaissances techniques aux niveaux du web. Niveau approche de l’effondrement du système tel qu’on le connait et qui a eu une véritable résonance chez moi BlackOut de Marc Elsberg que je te conseille si tu ne l’as pas lu.
    Il existe par contre des lacunes techniques de bases dans son récit 😉 Mais je développerais dans ma chronique si je dis tout ici je n’aurais plus rien à dire dedans.

    • Je viendrai te lire avec grand intérêt ;-). Moi j’ai préféré Extinction, sans doute parce que l’auteur maîtrise davantage les principes narratifs et possède une écriture plus dynamique. Mais je confirme que BlackOut fait bien + flipper parce que malheureusement encore plus crédible… Deux lectures marquantes, à différents niveaux

Rétroliens

  1. [BOUQUINS] Matthew Mather – Extinction | Les Chroniques Acides De Lord Arsenik
  2. Extinction : Matthew Mather [LC avec Stelphique] | The Cannibal Lecteur
  3. Extinction, Matthew Mather | *****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :