Il faut tuer Peter Pan – John Verdon

chronique littéraire

John Verdon - Il faut tuer Peter PanAvec son premier roman, 658, John Verdon m’avait estomaqué. Avec le second, N’ouvre pas les yeux, il m’avait épaté. Avec son troisième, Ne réveillez pas le diable qui dort, j’avais été subjugué. Autant dire que j’attendais beaucoup de ce quatrième opus.

Maître du thriller à énigmes

Sous cet étrange titre, se cache une fois de plus un thriller complexe, l’auteur étant sans conteste un des maîtres du puzzle littéraire. Oui, en matière d’enquête à énigmes et à tiroirs, matinée de psychologie, John Verdon n’a pas son pareil.

Il faut tuer Peter Pan est donc un nouveau casse-tête improbable, quoi qu’un peu plus classique que les précédents, que l’auteur dompte avec toujours autant d’adresse. Histoires de pouvoir et de famille, malversations, tueur professionnel… Des ingrédients explosifs pour une nouvelle lecture addictive.

A son propre rythme

Le rythme général est lent, représentatif de ce que fait l’auteur, jusqu’à l’arrivée d’un final survitaminé et explosif qui vous prend à la gorge (mais comment va t-il faire dans le futur pour tenir ce rythme et en faire encore davantage ?). Les dialogues sont toujours aussi vifs et certains assez jubilatoires.

C’est la quatrième histoire qui met en scène Dave Gurney (l’un des plus brillants inspecteurs du NYPD, à la retraite) et un certain nombre des personnages qui gravitent autour de lui. Autant les précédents pouvaient se lire plus ou moins indépendamment, autant celui-ci demande de connaître le passé des protagonistes pour savourer à sa juste valeur cette histoire.

Bavard et pourtant prenant

Addictif, donc. Pourtant, pour la première fois, mon sens, ce roman n’est pas exempt du petit défaut. car Verdon est parfois inutilement bavard lors de la première partie, un peu trop diluée à mon goût. C’est la première fois que je ressens cette impression avec lui.

Mais clairement, cette intrigue pleine de faux-semblants est une fois de plus bluffante et John Verdon écrase toujours une bonne partie de la concurrence par son habileté et sa maestria. A travers les questionnements psychologiques de ses personnages et un savoir-faire hors-pair en matière de problèmes insolubles, l’écrivain tient en haleine au point, qu’une fois de plus, il est totalement impossible de deviner le fin mot de l’histoire.

Malgré son coté un brin verbeux, l’auteur reste convainquant quand il dit qu’Il faut tuer Peter Pan. John Verdon ne souffre décidément pas du syndrome Peter pan et continue à grandir pour trouver une place de choix dans le monde du thriller.

Le livre en un mot : casse-tête.

Sortie : 11 février 2015

Éditeur Grasset

Genre : Thriller

Notes :

Profondeur : 8/10

Dimension de l’histoire : 8/10

Psychologie : 8/10

Qualité de l’écriture : 7/10

Émotions : 7/10

Note générale : 7,5/10

7.5

4° de couverture

Décidément, ce n’est pas encore cette fois que la pauvre Madeleine parviendra à convaincre son mari, Dave Gurney, l’un des plus brillants inspecteurs du NYPD, de profiter de sa retraite et de s’adonner aux plaisirs du jardinage.
Lorsque son ancien collègue Jack Hardwick, renvoyé de la police pour l’avoir renseigné dans une affaire, vient lui demander de l’aider à prouver l’innocence de sa cliente, ses vieux démons le reprennent et Gurney se lance à corps perdu dans l’enquête. Non content de percer les irrégularités de l’investigation, l’ancien flic va traquer une vérité qui s’avère à la fois délicate et scabreuse.
Accusée d’avoir tiré sur son mari, Carl, un homme politique charismatique en lutte contre la mafia, Kate Spalter fait une coupable idéale. Pourtant, la famille ne tarde pas à se déchirer dans des querelles d’héritage, et bientôt apparaît un homme dont l’allure d’enfant lui a valu l’étrange surnom de Peter Pan…

Advertisements


Catégories :Littérature

Tags:, ,

21 réponses

  1. John Verdon encore un auteur qu’il me faudrait découvrir sans tarder! Tant de livres et si peu de temps…..:(
    Merci du partage je me le note!

  2. Je ne connais pas du tout mais maintenant ma curiosité me dit qu’il faut connaître. Merci pour ton article 🙂

  3. J’ai du retard dans cet auteur !!!

  4. Un auteur de plus à découvrir ! Vous êtes décidément sans pitié pour ma PAL qui a déjà bien du mal à descendre…

  5. Je ne connais pas du tout, mais je pense que je pourrais aimer 🙂

  6. 4 titres et aucune fausse note. Il me tarde de retrouver Dave Gurney, le pauvre vieux n’est vra

  7. *vraiment pas fait pour la vie pépère de retraité.

  8. Ça donne envie de découvrir l’auteur 🙂

  9. Jamais lu ! Oui je sais je dois commencer par 658 😉
    Je t économise frérot 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :