La jeune fille et la nuit – Guillaume Musso

Je me dois d’avouer n’avoir jamais lu Guillaume Musso avant ce roman-ci (si ce n’est sa nouvelle dans le recueil 13 à table 2015). Aucunement par snobisme ou dédain mal placé, mais simplement parce que nos chemins ne se sont pas croisés jusqu’alors.

Il était temps. La rencontre fut prenante et émouvante, stimulante et divertissante.

Soigné

A la différence de nombre de ses romans, La jeune fille et la nuit se déroule en France, du coté d’Antibes, lieux où l’écrivain a passé son enfance. Autant dire que les descriptions de l’environnement sonnent juste et contribuent fortement à l’imprégnation de l’histoire.

Une intrigue qui semble construite de manière classique, avec l’alternance entre deux époques, mais qui se révèle d’une grande richesse, petit à petit.

Des rebondissements totalement inattendus (et pourtant j’ai lu pléthore de romans à suspense et il n’est plus si facile de me surprendre). Ces coups de théâtre sont amenés avec subtilité, sans trop forcer le trait.

Des personnages forts, complexes, avec leurs parts d’ombre, où l’inhumanité côtoie l’humanité la plus poignante. Des êtres de papier et de mots qui prennent vite vie et qu’on apprécie suivre.

Une écriture soignée, expressive qui a terminé de me convaincre.

Nostalgique et universel

Le récit aurait pu se dérouler sur un campus universitaire américain, il en a les ingrédients. Pourtant, le fait de l’avoir situé dans le sud de la France contribue à l’attachement qu’on peut ressentir, si tant est qu’on aime ce genre de roman à suspense mené avec finesse et une sorte de généreuse douceur (malgré les événements très sombres).

Je suis de la génération pour laquelle ce livre a de quoi me parler tout particulièrement, avec une ambiance un brin nostalgique lors des passages se déroulant dans les années 90 (même si le personnage principal est plutôt du genre asocial et n’aime pas regarder en arrière).

L’amour, l’amitié. Des thématiques universelles et inépuisables que Guillaume Musso arrive à mener avec brio au sein de cette intrigue assez épatante et profondément touchante.

Une âme

Ce livre a une âme, c’est en tout cas ce que j’ai ressenti tout au long de ces 420 pages qui se lisent sans relâche. Même si c’est une fiction, j’ai cru ressentir que l’écrivain y avait mis beaucoup de lui. Et puis, ce thème sous-jacent de la malédiction des gentils me parle. Si je conclus en disant que la littérature est omniprésente tout au long du récit, j’achève de vous détailler les arguments qui ont fait que cette lecture fut belle et qu’elle n’est que le début d’un chemin commun.

La jeune fille et le nuit a touché une corde sensible en moi, en m’offrant un formidable divertissement, bourré de surprises et de passion. Guillaume Musso a l’art de manier les émotions vraies et de construire une intrigue surprenante et crédible. Pour un premier contact, j’ai été assez bluffé à la fois par ce mélange de simplicité, d’ambition et de sincérité à travers cette histoire à mettre entre toutes les mains.

Sortie : 24 avril 2018

Éditeur : Calmann-Lévy

Genre : Suspense

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’atmosphère

Les surprises de l’intrigue

Le soin apporté à la narration

4° de couverture

Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit

Côte d’Azur – Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur – Printemps 2017
Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du
lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité.
Dérangeante
Douloureuse
Démoniaque…

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

20 réponses

  1. Sur mon chevet depuis quelques semaines (un cadeau d’une amie)… Comme toi, je n’ai jamais lu Guillaume Musso et après cette superbe chronique qui a suscité ma curiosité, je sens que de belles heures m’attendent… Merci Yvan et bon dimanche ! 😉

  2. Bonjour
    Il est là pret à etre lu ..
    J’aime bien la plume de Monsieur Musso ..
    Bonne journée

  3. Je n’en ai lu qu’un mais qui globalement reprend les mêmes ingrédients et ça peut faire du bien entre deux lectures très sombres…

  4. Hehe la chronique tant attendue! Eh ben je me laisserais tenter! Et cette malédiction des gentils m’intéresse particulièrement! Bises cher Yvan

  5. J’attendais cette chronique Yvan! Et je peux écrire qu’elle est top! 😉

  6. Fichtre diantre, mon poto a lu un Musso ! Et en plus il a aimé ça 🙂

  7. Bon, il se pourrait bien que tu me convaincs de m’y remettre tiens! J’ai délaissé un peu cet auteur ces derniers temps, mais pourquoi pas , tenter la lecture de celui ci….;)

  8. Faudrait que je m’y mette !!!

  9. J’étais curieuse de connaitre ton premier avis sur ta première lecture de cet auteur !

  10. J’ai adoré ce roman! Quelle belle critique!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :