Là où vivent les loups – Laurent Guillaume

Laurent Guillaume sait de quoi il parle, de par son passé de flic en France ou en Afrique. Après l’anticriminalité et les violences urbaines dans Mako, ou encore Black Cocaïne qui se déroulait au Mali, le voilà qui nous emmène au grand air, lui qui a aussi bossé à Annecy.

Autant dire que ses histoires et ses personnages sonnent justes, toujours.

Personnage atypique

L’environnement : un coin perdu de montagne, dans les Alpes françaises, à la frontière italienne. Le contexte : un meurtre de ce qui semble être un migrant. Un enquêteur très particulier, parisien jusqu’au cliché, 150 kg de graisse, au mauvais caractère. Un type qui n’aime rien ni personne (du moins se comporte t-il comme ça), et qui fait (en plus) partie de la police des polices.

Ça peut sembler paradoxal, mais ce personnage atypique est l’atout maître de ce roman. Le type pourrait sembler imbuvable, mais il faut toujours creuser au-delà des apparences. Pour preuve, on s’attache vite à lui, malgré sa nature bourrue. Ce personnage est formidable et change de ces flics super-héros qu’on voit trop souvent dans les polars.

Ingrédients maîtrisés

Laurent Guillaume connaît par cœur les rouages d’une enquête policière et les relations interpersonnelles qui peuvent se construire autour. Là où vivent les loups est donc une plongée fictionnelle prenante criante de réalisme. Le conteur n’est jamais meilleur que quand il sait concocter des histoires avec des ingrédients qu’il maîtrise.

Et puis le dépaysement est garanti, dans ce bled perdu qui ressemble parfois à un Far-West montagnard. On n’enquête pas de la même manière dans cet environnement-là qu’à Paris.

Refermé sur lui-même

Tout le monde se connaît, tout est lié dans ce genre d’endroit refermé sur lui-même. Le passage de migrants qui tentent de traverser la frontière par la montagne (je n’ose imaginer dans quelles conditions…) est un chamboulement dans les habitudes de ce monde clos.

Vous pensez avoir saisi autour de quoi tourne le livre ? Vous risquez d’être surpris alors…

Là où vivent les loups est un polar prenant, à la fois réaliste et « dépaysant » par rapport à la cohorte des sorties de romans noirs. Laurent Guillaume a décidément un vrai talent pour nous raconter des histoires policières différentes. Pour nous parler du monde tel qu’il est, proche ou plus lointain.

Sortie : 07 juin 2018

Éditeur : Denoël

Genre : Polar

Ce que j’ai particulièrement aimé :

Le personnage de flic, atypique

L’ambiance

L’originalité de l’enquête

4° de couverture

Le train arrive dans la petite gare de Thyanne, terminus de la ligne. Priam Monet descend pesamment d’un wagon. Presque deux mètres pour un bon quintal et demi, mal sapé et sentant le tabac froid, Monet est un flic misanthrope sur la pente descendante. Son purgatoire à lui c’est d’être flic à l’IGPN, la police des polices. Sa mission : inspecter ce petit poste de la police aux frontières, situé entre les Alpes françaises et italiennes. Un bled improbable dans une vallée industrieuse où les règles du Far West ont remplacé celles du droit. Monet n’a qu’une idée en tête, accomplir sa mission au plus vite, quitte à la bâcler pour fuir cet endroit paumé.
Quand on découvre dans un bois le cadavre d’un migrant tombé d’une falaise, tout le monde pense à un accident. Pas Monet. Les vieux réflexes ont la peau dure, et le flic déchu redevient ce qu’il n’a cessé d’être : un enquêteur perspicace et pugnace. La victime était-elle un simple migrant ? Qui avait intérêt à la faire disparaître? Quels lourds secrets cache la petite ville de Thyanne ? Monet va rester bien plus longtemps que prévu.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

7 réponses

  1. Un livre qu’il me plairait de lire
    Tout à fait ce que j’aime retrouver dans un « Polar  »
    Merci
    Bonne journée

  2. Très tenté également, j’ai le souvenir d’avoir bien apprécié Mako et là le speech est alléchant.

  3. Une de mes prochaines lectures ! Ta chronique me conforte dans mon envie de le lire 😉

  4. Il vient d’entrer dans mon zoo littéraire et je compte bien m’encanailler avec les loups le plus vite possible, mais après mes anglais du mois de juin 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :