Ceux qui te mentent – Nuala Ellwood

Avec un titre de roman pareil, vous ne pouvez que penser à un énième thriller à la Harlan Coben. Mais parfois les titres mentent, ou du moins déforment la réalité (le roman s’appelle My sister’s bones, dans sa version originale).

Souffle

Ceux qui te mentent est bien un thriller psychologique, et même un très bon ! Pour son premier roman, Nuala Ellwood utilise avec habileté les ingrédients qui font le succès de ce genre littéraire. A la lecture, vous aurez droit à des (gros) retournements de situation aussi surprenants que déroutants. Le genre de changements dans l’intrigue qui coupent littéralement le souffle.

Mais on y trouve aussi le souffle des bombes, et c’est bien ce qui permet à ce roman de sortir du lot.

Le personnage principal est une journaliste spécialisée dans les reportages de guerre. Elle revient juste d’Alep, en Syrie, et rentre au bercail dans sa petite ville anglaise de naissance, là où vient de mourir sa mère et où vit encore sa sœur. Une dichotomie d’ambiances qui donne sa singularité à ce récit.

La partie anglaise est typique de ces thrillers qui font entrer le lecteur au cœur des sombres histoires familiales. Il y est question, par exemple, de perte d’un enfant, de violence et d’alcoolisme. Une histoire compliquée entre deux sœurs déchirées depuis leur plus « tendre » enfance.

Stress post-traumatique

Le fragment en lien avec la journaliste revenant du front est, quant à lui, percutant. Il faut dire que le personnage souffre du trouble de stress post-traumatique. Les passages concernés sonnent d’autant plus juste que Nuala Ellwood est la fille d’un reporter de guerre primé pour ses documentaires. On sent qu’elle s’est fortement inspirée de cette expérience. C’est l’un des gros points forts de ce récit. Quand le thriller tient intelligemment compte de la réalité.

L’écriture, english touch, se met joliment au service de l’intrigue et dépeint avec force les protagonistes, ce qui rajoute au coté addictif de ce roman.

Ceux qui te mentent a les qualités pour en faire un thriller captivant, avec son ambiance saisissante et ses rebondissements ahurissants. Mais ce qui fait réellement la différence, c’est ce supplément d’humanité insufflé par un personnage meurtrit par ce qu’il a vécu en temps de guerre. Un conflit actuel qu’on ne peut ignorer, et que même un divertissement nous aide à ressentir à sa manière.

Sortie : 08 février 2018

Éditeur : Michel Lafon

Genre : Thriller

Traduction : Claire Desserrey

Ce que j’ai particulièrement aimé :

La toile de fond en lien avec le métier de reporter de guerre

Les rebondissements

Les personnages

4° de couverture

Kate est reporter de guerre et souffre de stress posttraumatique. À cause, entre autres, d’un enfant qu’elle n’a pas pu sauver à Alep.
Quand elle rentre à Herne Bay pour les obsèques de sa mère, Kate se souvient de cet endroit où tout allait bien jusqu’à la mort de David, son petit frère. Un accident, dira-t-on. Ensuite plus rien n’a jamais été pareil. Leur père est devenu violent. Leur mère a perdu la raison. Puis sa sœur, Sally, a sombré elle aussi, malgré l’aide de son mari, Paul. Dès son retour dans la maison de sa mère, Kate se sent oppressée et abuse des somnifères. Elle entend un petit garçon crier la nuit chez les voisins et ne sait plus ce qui est réel ou le fruit de son imagination torturée. Alors elle prévient Paul et Sally qui ne la croient pas, la police non plus, il n’y a pas d’enfant chez la voisine qui vit seule. Pourtant elle l’a vu. Dans le jardin d’à côté. Elle sait qu’il existe…
Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

11 réponses

  1. Encore une très belle chronique qui donne vraiment envie de découvrir cette auteure et son premier ouvrage… Merci Yvan 😉🙂

  2. Encore un qui me fait de l’œil et ton avis aggrave la situation !

  3. Oh non je n’en peux plus… ^^ tous ces livres et encore des livres, ça va me tuer 😉
    D’ailleurs, je dois monter ma bibliothèque, pas une nouvelle car je n’ai pas la place d’en mettre une de plus. Il ne reste qu’une solution : déménager !!

  4. On dirait un titre de journal quand ils vont te parler des politiciens, des banquiers, des pharmaceutiques, des assureurs,…. 😆

    Noté, parce que tu m’énerves.

  5. celui là je viens de le terminer pour mon comité de lecture polar des bibliothèque parisiennes.
    Et j’avoue ces une sacrée belle découverte que cette plume.
    Je ne pratique pas l’anglais mais je tire mon chapeau à la traductrice qui restitue parfaitement les atmosphères.
    Il faut que je trouve le temps de la chroniquer maintenant !

Rétroliens

  1. « Ceux qui te mentent » – Nuala Ellwood – Mes Lectures du Dimanche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :