Entre deux mondes – Olivier Norek

Olivier Norek écrit un nouveau chapitre à sa success-story. Il met de coté le capitaine Victor Coste, héros récurrent de ses trois précédents romans, et vient accoster du coté de Calais.

Thrillnoir

Entre deux mondes a le rythme d’un thriller, mais des thématiques typiques du roman noir. Un « thrillnoir » ? Voilà un livre qui porte en tout cas bien son nom, entre ces deux mondes qui ont de plus en plus d’atomes crochus.

Oui, ce roman, d’une puissance inimaginable, est totalement ancré dans la réalité. Il propose une fiction si crédible et si intense qu’il laisse le lecteur pantelant. C’est mon cas, avec ce récit gravé au fer rouge dans ma mémoire.

Appelons un chat un chat : cette histoire parle de migrants et se déroule pour partie dans la jungle de Calais juste avant son démantèlement (autant le préciser puisque le résumé n’en fait aucunement état). Une zone de non droit, quel que soit le camp, migrants, ONG ou forces de l’ordre (mais y a-t-il encore une notion de camp dans un tel espace de promiscuité ?)

Arrivée du flic qui découvre la jungle : « Rien ne correspondait aux références habituelles de Bastien. Nouveaux sons, nouvelles odeurs, nouveaux types de visages. Il fut saisi d’une légère sensation de déséquilibre interne ».

Par les émotions

Voilà bien le genre de sujet sensible, difficile à traiter dans le cadre d’une fiction. Difficile de trouver le bon équilibre sans stigmatiser personne à travers une réalité effroyablement complexe à gérer au quotidien. Olivier Norek réalise cet exploit avec un talent doublé d’une conviction qui ne peuvent que laisser admiratif.

A mon sens, l’auteur a choisi la meilleure voie pour traiter son histoire : celle de l’humain. A ma gauche, des flics qui sont tout sauf des cowboys ou des gros durs sans cervelle. A ma droite, des déracinés qui sont avant tout des femmes et des hommes.

« Ce job se fait en apnée », dit l’un des flics. Ce roman se lit de la même manière. Le flot d’émotions contradictoires et exacerbées aura pris le lecteur que je suis à la gorge du premier chapitre (insoutenable) à la dernière page (inoubliable). Un parti pris de faire parler les émotions, sans jamais tomber dans le pré-fabriqué, qui rend cette intrigue particulièrement poignante. Déchirant.

Dur

Avec un style fluide, maîtrisé et ultra-visuel, Olivier Norek décrit l’impensable et développe une intrigue aussi passionnante qu’ahurissante, aussi prenante qu’effrayante. Comme il l’a toujours fait avec ses romans, rien n’est raconté à la légère, tout vient du terrain et de ce qu’il a pu voir ou entendre par lui-même. Une vraie fiction qui possède tous les ingrédients pour qu’on ne lâche pas le livre, tout en faisant réfléchir sur le traumatisme que vivent des milliers d’hommes de nos jours (flics compris, ils sont juste moins nombreux).

Norek n’y va pas avec le dos de la cuillère. C’est plutôt un récit qui inflige des coups de bâtons à répétition. Direct, dur, sans concession, sans moralisation déplacée. Personne n’est épargné. Certaines scènes sont terribles, et l’ambiance souvent irrespirable. Pourquoi ? Parce que l’auteur réussi l’exploit de nous faire nous attacher à tous les personnages sans aucun manichéisme. Beaucoup ont leur part d’ombre, c’est ce qui les rend si humains. Parce que l’homme est capable du pire comme du meilleur (et vis versa). Et puis, il y a ces moments de grâce aussi, qui par moments déchirent la pénombre.

Entre deux mondes est sans aucun doute l’un des romans qui m’aura fait vivre le plus d’émotions fortes et contradictoires depuis des lustres. Autant de lumière dans ces ténèbres, autant de frissons, autant de larmes qui montent, c’est très rare. Une boule dans la gorge qui n’est pas prête de disparaître.

Entre deux mondes est un roman inoubliable qui place définitivement Olivier Norek dans la liste restreinte des auteurs incontournables.

Sortie : 05 octobre 2017

Éditeur : Michel Lafon

Genre : Thriller / Roman noir

Ce que j’ai particulièrement aimé :

Le propos

Les personnages, terriblement humains

La dureté réaliste avec laquelle l’intrigue et les personnages sont traités

 

4° de couverture

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

38 réponses

  1. Ta chronique donne terriblement envie de le lire ! J’aime cet auteur (qui est d’ailleurs très sympathique dans la vraie vie) et je dois encore finir la série Coste qui m’attend sagement. Mais je lirai le petit nouveau un de ces quatre, c’est certain ! Le sujet m’intéresse beaucoup. Merci à toi.

  2. tu en parles très bien 😉 tu avais encore de la voix toi ?? 😉

  3. à peine entre les mains, le visuel de la couverture est très accrocheur, je dévore 30 pages. Rare dans mon cas ! Je suis plus lézard que léopard 😉 . Je dis 30 comme ça, mais je n’ai pas eu le temps de voir, ma mâchoire inférieure s’est décrochée …. J’ai dû dire m….., Olivier fait fort ! Un peu trop fort ! Et c’est alors qu’un gros ours m’a attaquée et arrachée le livre rougebleu des mains. Faut dire que l’ours fort aimable habituellement a de nouvelles oreilles et a entendu ma remarque. Bref ! Je finis OUi-OUi et son auto et je récupère les restes du festin de Monsieur l’ours qui s’est pris pour un ogre. (Il m’énerve, mais je l’aimeuu)

  4. Je le veux trop!!!!! Quelle magnifique chronique! Je suis certaine d’être aussi submergée d’émotions, il est tellement talentueux cet auteur….Allez, je vais courir en librairie, parce que là, ce n’est plus possible il me le faut de toute urgence!!!!!

  5. J’ai en stock et je compte bien le découvrir très vite. Saura-t-il nous faire oublier (temporairement) le groupe Coste ?

  6. Impossible de passer à côté avec tout ça!
    Je prévois de l’acheter la semaine prochaine

  7. Ohhh trop hâte de le lire 😊😊😊😊

Rétroliens

  1. 3- LAUSAN’NOIR – LES AUTEURS- Me-Z – Sangpages
  2. Interview vidéo de Olivier Norek pour Entre deux mondes – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Le Festival Sans Nom 2017, salon du polar de Mulhouse – Compte-rendu – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Concours, Devinez le livre mystère – novembre 2017 : le résultat du tirage au sort – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  5. Olivier Norek à l’honneur ! – Mes Lectures du Dimanche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :