En tête à tête avec un personnage de roman – Emily Roy de Johana Gustawsson

Nick Gardel, auteur (entre autre) de Fourbi étourdi (Éditions du Caïman) est un amoureux des personnages. Il a eu la (très bonne) idée de proposer à différents auteurs de laisser leur place à leurs propres personnages, dans le cadre d’une interview. Son prochain roman, Chorale, sort le 15 septembre 2017.

Nick propose, plusieurs fois par semaine, ces interviews décalées, qui permettent de mettre en lumière les romans d’une autre manière. J’ai le plaisir de partager avec vous quelques-uns de ces entretiens (merci d’avoir pensé à moi pour cette enthousiasmante collaboration).

Je vous invite à aller visiter régulièrement sa page Facebook ou la page spécialement dédiée à ces entretiens.

Après (entre autre) Frédéric Soulier, Ian Manook, Marin LedunSébastien Gendron et même Nick Gardel himself, voici les mots de :

Emily Roy, l’étonnante enquêtrice que l’on retrouve dans les deux formidables, magnifiques, éblouissants thrillers (aucun superlatif n’est de trop) de Johana Gustawsson.

Ma chronique de Block 46

Ma chronique de Mör

                                                                                                        

Bonjour, enchanté de pouvoir vous accueillir ici. Les personnages de romans sont rares et d’autant plus les héroïnes. Vous voulez bien vous présenter ?

Emily Roy. Behavioral Investigative Adviser, B.I.A., pour Scotland Yard. Pour ceux qui ont du mal à suivre, cela signifie « profileuse ». Dans le cadre de deux enquêtes, j’ai également travaillé en collaboration avec le commissariat de Falkenberg, sur la côte ouest suédoise, ainsi qu’avec Alexis Castells, écrivaine française spécialisée dans les faits divers.

Vous me parlez essentiellement des autres. Pourtant c’est vous qui êtes ici. Ceux qui vont lire cette interview veulent vous connaître. Par exemple, quels sont vos traits de caractère prépondérants ?

Est-ce que ça vous éclairerait si je vous disais que je n’ai aucune envie de répondre à vos questions ?

Ah… C’est assez inattendu… Et votre créateur, vous accepteriez ? Combien de temps a-t-elle mûri votre existence ?

A peine créée m’a-t-elle couchée sur papier. Je n’aurais pas supporté de tourner en rond pendant des années, cernée par de la matière grise qui n’est, qui plus est, pas la mienne. J’ai besoin de nature, d’air frais, d’exercice, et surtout de mon travail. De décortiquer et sonder l’esprit criminel pour lui barrer la route. Pour mettre fin au chaos qu’il sème. J’ai besoin de chasser, comme dirait Johana.

C’est un échange que si produit entre vous ? Etes-vous interconnectées ? Je suis sûr qu’elle a mis une grande part d’elle-même dans votre caractère.

On ne pourrait pas être plus différentes. Johana ne serait pas capable de faire mon métier. Mariée, maman de bientôt trois garçons, le nez perpétuellement fourré dans les livres ou collé à son ordinateur, elle n’est pas faite pour courir les scènes de crimes et manger du tueur en série au petit déjeuner.

Vous êtes son défouloir, vous pensez ? Elle ne vous ménage pas pourtant… Ça ne doit pas être facile tous les jours. Vous lui en voulez ?

Johana ne m’impose rien du tout. Elle ne fait que raconter l’enquête et suivre ma trace. Elle observe la chasse. Elle n’est ni responsable de mes choix, de mon passé, de mes errances, ni de mes deuils.

Oh… Je ne… Changeons de sujet si vous le voulez bien. Comment occupez-vous votre temps libre entre deux séances d’écriture de Johana ?

Je vais voir mon fils. Je visite la tombe de mon fils, au Canada.

Oui… D’accord… Je… Une question pour votre créateur ?

J’ai plutôt un message à lui faire passer : choisis Alexis la prochaine fois pour ce genre d’exercice.

Bien… Et sinon… Un mot encore…

Vraiment ? Vous en avez encore pour longtemps ?

Retrouvez-moi dans Sång à l’automne 2018. Nous irons cette fois dans les ignobles orphelinats de la peur, dans les années 1940, en Espagne.

Publicités


Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , ,

6 réponses

  1. Héhé, je ne la voyais pas différemment notre Emily Roy.
    Je la retrouve à travers cet entretient plutôt surréaliste.
    Oui, j’aimerai bien Alexis Castells passe elle aussi à la question !
    Mais peut-être devrons nous attendre septembre 2018.
    Et je reconnais bien là l’espièglerie de Johana !

  2. Effectivement pas très coopérative, donc tout à fait elle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :