Au fond de l’eau – Paula Hawkins

Après le succès ahurissant de La fille du train, Paula Hawkins était attendue au tournant. On la retrouve le long d’un bras de rivière, penchée au bord de la falaise. Métaphoriquement, peut-être a t-elle eu cette impression au moment de négocier ce virage.

Froid qui s’insinue petit à petit

Ceux qui ont encensé son premier roman, tout comme ceux qui aiment les thrillers psychologiques et prennent le train en marche, doivent avoir l’eau à la bouche à l’idée de baigner dans ce dense récit.

Une histoire dans laquelle on ne plonge pas tête la première, mais où on s’immerge pas à pas, en sentant le froid s’insinuer petit à petit. Pas le genre de thriller tourbillonnant, mais une ambiance tout en subtilité qui fait naviguer le lecteur en eau trouble.

Il faut une certaine concentration pour garder le cap, au gré des nombreux personnages qui composent cette intrigue. Une petite communauté où tout le monde se côtoie, entourée de secrets, de non-dits, d’incompréhensions. Au sein du village de Beckford, rien ne coule de source. Chacun sa vérité.

Ambiance

Je vais amener de l’eau au moulin de ceux qui pensent du bien de Paula Hawkins. Elle n’a rien inventé, mais sait modeler des personnages forts, crédibles, complexes et humains. Elle a le don de la patience, la volonté de créer une ambiance avant tout, sans tomber dans les failles de la facilité.

La torpeur de l’atmosphère et une certaine lenteur assumée peuvent ne pas convenir à tous. Les personnages prennent des trombes d’eau sur la tête tout au long du récit, et le lecteur en sort rincé. Il faut apprécier de s’enfoncer lentement dans les eaux glaciales d’une intrigue sobre mais prenante.

Beaux portraits de femmes

Paula Hawkins n’est pas du genre à noyer le poisson. Au travers de ces très beaux portraits de femmes, les sujets abordés sont difficiles. Elle amène les choses en douceur. La subtilité ne l’empêche pas de parler de sujet lourds comme la dépression ou le suicide.

Au fond de l’eau est une lecture prenante par son ambiance pesante (voire déprimante), quoi qu’un peu lente parfois, où il faut se méfier de l’eau qui dort. Poignante aussi, grâce à ses personnages et leurs fêlures. Même s’il ne révolutionne rien, ce deuxième roman de Paula Hawkins est loin d’être un coup d’épée dans l’eau et confirme que c’est une auteure qui sait créer un univers immersif.

Sortie : 08 juin 2017

Éditeur : Sonatine

Genre : Thriller

Traduction : Corinne Daniellot et Pierre Szczeciner 

Ce que j’ai particulièrement aimé :

La caractérisation des personnages

Les beaux portraits féminins

L’ambiance différente de La fille du train

 

4° de couverture

La veille de sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia. Qui n’a pas voulu lui répondre. Alors que le corps de Nel vient d’être retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, leur ville natale, Julia est effrayée à l’idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c’est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

17 réponses

  1. Oh, tiens, le nouveau Paula Hawkins ^^ Coup de cœur chez moi, pour ma part 😉 Sans doute que le lieu parle plus aux fées….;)

  2. Je le lirai certainement ! Je n’étais pas raide dingue du premier, j’avais trouvé l’histoire trop prévisible mais l’angle d’attaque et les personnages m’ont plu, donc ça ne m’étonne pas que ces ingrédients soient de nouveau au rendez-vous pour celui-ci 🙂

  3. Toujours pas lu la meuf du rail mais je sais déjà qu’il faut que je plonge pour ce bouquin !

  4. Le côté lent me retient comme il m’a retenue pour la fille du train d’ailleurs ! Pas sûre que je vais l’attaquer …
    Et puis oh allez j’avoue…j’ai une dent…presque de requin… contre l’auteure…

  5. J’avais bien aimé La Fille du Train et je suis curieux de voir l’évolution de Paula Hawkins sur ce second opus. De plus, j’aime bien les thrillers psychologiques ! Merci Yvan pour ta chronique qui est loin de prendre l’eau et qui est toujours au top ! 🙂

  6. Après La fille du train -que j’ai adoré- j’ai hâte de me plonger dans ce second roman. La lenteur me fait un peu flipper … parfois ça passe et parfois non alors j’espère en tout cas l’apprécier tout autant que toi 😉

  7. Toi aussi, comme ma binômette, tu as plongé au fond d’la piscine avec ton pull bleu marine (je ne me souviens plus trop des paroles).

    Allez, je vais aller faire un tour au fond de l’eau aussi ! 😀

    • va pas boire trop d’eau d’un coup, tu risques de tomber malade 😉

      • Tiens, ça me rappelle une blague… chez nous, on la raconte avec le Wallon qui croise un type qui boit l’eau de la Meuse… et quand on lui disait de ne pas la boire parce qu’elle était polluée, le buveur répondait « Wat zeg je ? » (Que dites-vous ?) bien entendu, c’était un flamand !

        Un bon vieux ch’ti-mi se promène dans sa campagne natale et remarque un jeune s’abreuvant au bord d’un ruisseau.

        Il dit au jeune, en utilisant son patois : « Bô pa ch’liô là, min garchon, ché vaques, y s’on kié d’din !!! »
        (Ne buvez pas cette eau, mon garçon, les vaches ont chié dedans !!!)

        Le jeune lui répond : « Monsieur, parlez-moi en français s’il vous plait, je suis de Paris et je ne comprends pas votre dialecte »

        Alors le brave Nordiste lui réplique : « Bois doucement elle est froide »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :