Interview – 1 livre en 5 questions : Tout un été sans Facebook – Romain Puértolas

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre.

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger.

Romain Puértolas

Titre : Tout un été sans Facebook

Sortie : 04 mai 2017

Éditeur : Le dilettante

Lien vers ma chronique du roman

Après Ikea, les contrôleurs aériens, Napoléon, voilà que tu t’attaques au polar. Tu ne respectes donc rien ? 😉

Aha, non, rien du tout ! Je pense que c’est ça, le message, on peut rire de tout, ou presque tout, et qu’est-ce que ça fait du bien de rigoler et de s’évader ! Qu’est-ce que je m’amuse quand j’écris ! Et j’espère que mes lecteurs éprouvent le même sentiment.

Ton lieutenant de police a des méthodes d’enquête toutes particulières (tout comme le sont ses méthodes de lecture)…

Oui, 100% inventées bien sûr ! Tu imagines si on laissait l’aboutissement d’une enquête à la seule écriture automatique ? Ou association d’idées ? J’ai voulu explorer des champs que la police traditionnelle ne met pas en pratique (et heureusement !), tout cela pour le plus grand plaisir du lecteur.

Tu profites de ce récit pour rendre un vibrant hommage à la littérature (même si c’est parfois avec une certaine irrévérence)…

Oui, c’est un des discours d’Agatha, l’héroïne de cette histoire. On commence à dire qu’il y a des sous-livres, de la sous-littérature, et après, on dit qu’il y a des sous-hommes. Je suis pour l’égalité. Tout le monde a le droit de lire ce qu’il veut, ce qu’il le fait plus vibrer dans cette vie.

La lecture est un plaisir intime, personnel, comme la masturbation ! Ahaha. Voilà pourquoi aucun livre ne rencontre l’unanimité. C’est ça la démocratie.

Ton histoire est aussi une peinture décalée de l’Amérique profonde…

Oui, j’ai pris énormément de plaisir à fabriquer ce petit village perdu dans la forêt, avec ses habitants atypiques et son absence de couverture téléphonique et Internet. C’est merveilleux de pouvoir passer un moment totalement déconnecté du monde et ne s’adonner qu’à la lecture, sous un arbre, ou à un incroyable enquête policière.

Peut-on vraiment encore vivre sans réseaux sociaux ?

Bien sûr ! Moi, je ne me sers de Facebook que pour faire la promotion de mes livres, donner mes actualités, etc. Rien de personnel. Car je pense que ma vie privée n’intéresse personne. Ma vie publique, un peu plus, puisque j’ai des lecteurs qui lisent mes livres et veulent savoir quand ils sortent ! Aha. Cela ne m’empêche pas, de temps en temps, de mettre un selfie de moi en train de dévorer un donut au chocolat…

Publicités


Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , , ,

4 réponses

  1. Je peux rester un mois sans ouvrir Fesse Bouc, alors un été, même pas mal ! 😀

  2. Ce mec respire la joie de vivre. Je veux la recette ! 🙂

  3. Celui là aussi il faut que je le lise ! 😉

Rétroliens

  1. Tout un été sans Facebook – Romain Puértolas – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :