Interview – 1 livre en 5 questions : Ce qui se dit la nuit – Elsa Roch

1 livre en 5 questions

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre.

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger.

elsa-roch-ce-qui-se-dit-la-nuit

Elsa Roch

Titre : Ce qui se dit la nuit

Sortie : 08 février 2017

Éditeur : Calmann-Lévy

Lien vers ma chronique du roman

Pourquoi ce choix de placer votre intrigue policière dans cette région rurale, loin du tumulte de la capitale ?

Le commissaire Marsac devait partir se ressourcer loin de Paris… le choix de ce village perdu s’est alors naturellement imposé, notamment à cause de Manon, que je ne voyais pas évoluer en milieu urbain.

Manon est une femme de terre, la nature fait partie intégrante de son être. Déjà enfermée en elle-même, je ne la visualisais pas, en plus, privée d’espace…

Et puis cela changeait des serials killers urbains ! 

L’ambiance de votre polar est pesante, entre superstitions et secrets…

Effectivement l’ambiance est pesante, et c’est le revers de la médaille d’une vie à la campagne ! Vous jouissez d’espace, certes, voire d’un sentiment de liberté, et en même temps l’anonymat est impossible…

Loin du cliché, une réalité. Ici comme ailleurs les gens croient se connaître et il n’en est rien… L’Autre est un mystère, partout.

C’est votre parcours professionnel qui vous a donné l’envie de mettre en scène certains de vos personnages (comme cette jeune fille « différente » et cette psy qui a le même prénom que vous) ?

J’ignore à quel point ma formation de psy intervient dans mon écriture. C’est sans doute un outil pour appréhender le monde et mettre en valeur des personnages qui me tiennent à cœur, comme Manon, Elsa ou Marianne qui a vécu le pire et finira par se laisser emporter par les ravages de la rumeur… 

En tout cas c’est sûrement elle qui me donne cette envie d’explorer, à chaque fois, une faille. Cette fois-ci, c’était la notion de perte surtout qui m’était chère, de la plus infime (perte d’une illusion par exemple), aux plus douloureuses (perte d’un être cher, perte d’identité…)… Dans ce roman, tout s’ancre autour de la perte.

J’ai senti que vous avez porté un soin tout particulier à la psychologie des personnages et à leurs échanges…

J’espère bien avoir soigné la psychologie de mes personnages et de leurs échanges ! Comment sinon s’attacher à eux, vibrer avec eux ?

Avoir envie de les retrouver ? Parce que j’espère bien que le lecteur aura cette envie là !

Je crois bien que nous retrouverons certains protagonistes dans le futur…

Oui, vous avez raison. J’ai envie de poursuivre avec le commissaire Marsac, d’avoir un héros récurrent.

En tant que lectrice j’adore ça, par exemple chez Lehane ou Vargas. Il va aussi être celui par qui toutes les explorations me seront possibles, un vecteur en quelque sorte !

Lors du prochain opus, nous retrouverons également d’autres personnages déjà présents dans Ce qui se dit la nuit, mais chut, dans une ambiance totalement différente, avec une nouvelle faille de l’être humain à mettre en lumière… et, je le souhaite, à nouveau du plaisir à la clé pour le lecteur !

elsa-roch

Photo : Pascale Lourmand

Advertisements


Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

12 réponses

  1. Encore plus envie de le lire!!!!;)

  2. bein bein encore plus envie de le lire 🙂

  3. j’ai hâte de la rencontrer à Lyon ! Et de lui prendre son livre 😉

  4. Voilà qui est pour moi !
    Mais je le lirai après avoir lu le livre ! 😉

Rétroliens

  1. Ce qui se dit la nuit – Elsa Roch – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :