Toxique – Niko Tackian

chronique-litteraire

niko-tackian-toxiqueNous avons tous à côtoyer des êtres toxiques dans notre vie. Ces personnes manipulatrices qui se construisent dans la démolition, qui (sur)vivent à travers l’emprise néfaste qu’elles ont sur autrui. Si vous ne voyez pas de telles personnes dans votre entourage, demandez-vous si ce n’est pas vous le toxique de l’histoire…

Domestique

Niko Tackian, pour ce roman paru chez son nouvel éditeur Calmann-Lévy, a décidé de s’attaquer au sujet. On est loin des récits de tueurs en série, Toxique est un polar « domestique ». Une enquête policière qui plonge dans le quotidien des gens, là où rien n’est aussi clair qu’il n’y paraît, rien aussi banal qu’on peut l’imaginer.

Le Toxique (sé)vit dans notre environnement proche, son influence malsaine se joue souvent en sous-marin, appuyant sur les points de vulnérabilité de ses victimes sans qu’ils ne s’en rendent immédiatement compte.

Le Mal, l’auteur l’a construit au quotidien puisque tout débute dans une école maternelle. Le Mal s’insinue à travers les pages sans qu’on ne comprenne de suite son origine. Voilà qui rend l’intrigue piquante.

Noirceur du quotidien

Parce que l’être toxique ne se reconnaît pas toujours aussi facilement. Encore faut-il arriver à comprendre son cheminement de pensées et le sens de ses actions.

Alors, quand on est flic, on reste d’abord dans sa zone de confort (ou d’inconfort). On coexiste dans la noirceur au quotidien, au point que la frontière entre les bonnes et les moins bonnes actions devient poreuse. Toxique n’est pas qu’une enquête. Autant thriller que polar, le roman met en scène des flics de la Crim avec leurs parts d’ombre. Ils font partie de l’histoire, ils sont aussi une histoire à part entière. C’est ce qui les rend attachants.

Niko Tackian use de tous les codes des romans du genre pour construire son intrigue et ses personnages. Il en abuse même parfois, à mon sens. Une chose est sûre, certains de ses protagonistes ont un vrai potentiel pour survivre à ce roman-là, tant leurs histoires personnelles sont de celles qui forgent et détruisent à la fois.

Grand public

Notre société rend malade. La toxicité se répand comme un virus et s’insinue dans les pores de nos vies ordinaires. Elle peut parfois prendre une forme étonnante, ce roman en est la preuve.

Toxique de Niko Tackian est donc un polar efficace à travers son intrigue qui parlera au plus grand nombre. Son traitement y est classique, mais l’originalité du personnage toxique, ainsi que la manière de construire le récit, font de ce roman un bon page-turner grand public.

Et vous ? Que faites-vous pour éloigner les toxiques avant qu’ils ne vous empoisonnent irrémédiablement ?

Lien vers l’interview de Niko Tackian au sujet de ce roman

Sortie : 05 janvier 2017

Éditeur : Calmann-Lévy

Genre : Thriller

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’approche  du personnage toxique

L’originalité de ce personnage

L’intrigue bien menée

Ce que j’ai moins aimé :

Le coté un peu classique, parfois

4° de couverture

ELLE AIME SABOTER LA VIE DES AUTRES, ELLE N’ÉPROUVE AUCUNE EMPATHIE, ELLE POURSUIT UN BUT.
ELLE EST TOXIQUE.

Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas. Nous sommes en janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau.
Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes.
À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 heures », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

28 réponses

  1. je suis encore en phase avec toi et du coup, je me demande bien ce que je vais pouvoir écrire d’original après ta chronique! Un bon bouquin, distrayant et très vite lu

  2. Je l’ai dans ma PAL! Il me tente beaucoup mais tu m’as un peu refroidi en insistant sur le côté classique du livre!

  3. Celui-là je veux le lire !!! Bon je crois que tu t’en doutais déjà un peu pour en avoir parlé :p Mais ton avis me donne encore plus envie !!! Et dire que j’étais à deux doigts de l’avoir hein 😉 Il faut que je fasse un p’tit tour en librairie !

  4. Toxique, voilà le bouquin qu’il me faut! 🙂 merci

  5. Très impatiente de lire, de me faire intoxiquer par cet auteur que j’adore…

  6. Je l’avais un peu zappé, mais ton ressenti me fait hésiter, là…. Les personnes toxiques, j’en ai dans mon entourage, et pour m’en débarrasser, à part montrer les dents et les envoyer péter, je ne vois pas quoi faire d’autre.

  7. Bon il va vraiment falloir qu’on le lise celui-là ! C’était prévu mais je l’ai oublié pour les vacances ! C’est ballot. :/

  8. belle chronique 🙂 cependant moi j’ai apprécié le côté classique, ça m’a réconforté de retomber dans quelque chose que je « connaissais » après plusieurs lectures complètement décalées

    • Le fait que ce soit classique n’est pas une critique ! Tout dépend e ce qu’on recherche dans ses lectures.
      C’est vrai que j’aime être surpris dans mes lectures 😉

  9. Oh oui que je côtoie quelques toxiques. Mais du coup j’ai peur de lire ce livre ! 😉

    • Je te comprends, j’en connais quelques uns aussi… C’est peut être une manière d’en comprendre une partie du mécanisme (même si le personnage du livre est très malade)

  10. Jolie chronique qui donne envie de découvrir ce roman et son personnage toxique, sujet intéressant car assez peu présent dans les autres romans du genre.

  11. Je le finis à l’instant, ton ressenti est le mien !

  12. Pour une fois, je ne suis pas du tout de ton avis.
    Rien de surprenant et rien d’original.
    Un chef flic ayant subi des violences pendant son enfance, un papa alcoolique, un milieu défavorisé. Un manque de repère sentimental à l’age adulte, le besoin de protéger sa maman et son frère…. L’impression d’avoir déjà lu et relu ça un paquet de fois.
    Quant à l’histoire, une banalité. Et c’est plutôt dommage parce que le rythme est sympa, les chapitres sont courts et efficace.
    J’hésite à lire Fantazmë.

    • je n’ai pas dit qu’il était parfait, loin de là ;-). Ce que je peux te dire, c’est que j’ai trouvé Fantasmë bien meilleur que le premier, et que les personnages prennent du corps (il faut dire que ça parle aussi des racines du personnage principal)

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Toxique – Niko Tackian – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Catalogue 2018 de Calmann-Lévy Noir – Le programme des 6 premiers mois – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Festival Sans Nom 2018, salon du polar de Mulhouse – Info 2 – Visuel et premiers auteurs – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :