Révolution – Sébastien Gendron

chronique-litteraire

sebastien-gendron-revolutionRévolution ! Combien ont rêvé de révolution, les pieds bien calés dans leurs charentaises, affalés devant leur TV, en se curant le nez avec des doigts trop huileux d’avoir plongé au fond d’un énorme paquet de chips.

Révolution ! Combien ont rêvé de révolution, en faisant le repassage des fringues du petit dernier qui va de toute façon les salir dans la minute, tout en essayant de faire abstraction des hurlements de la plus « grande » qui éructe parce qu’elle n’a pas eu le dernier Iphone 23 (rose bonbon) à Noël.

Hors des sentiers battus

Les deux personnages principaux du roman de Sébastien Gendron font la révolution, eux. Du moins, ils tentent de la faire, en utilisant une méthode pour le moins singulière.

Lui aussi est singulier, le sieur Gendron. Outre le fait que son roman noir sort des sentiers battus (même s’il se déroule sur une autoroute), son écriture est vraiment très personnelle.

Son roman est noir, son roman est drôle. Il est ludique et salutaire, délirant et totalement connecté à notre société. Paradoxal, mais cohérent, croyez-moi.

Non-sens et subversion

Révolution, ou l’art d’utiliser le non-sens pour mieux mettre en avant le caractère subversif de son héroïne. Elle (et certains personnages secondaires) s’en donnent à cœur joie à coup d’apophtegmes si biens sentis que j’ai plus d’une fois eu envie d’applaudir des deux mains (au risque de laisser tomber ce livre révolutionnaire sur le chat couché sur moi).

Le roman est comme une succession de scénettes, certaines proprement mémorables. Des pièces qui donnent une signification au tout, au fur et à mesure de cette aventure aussi fêlée qu’humaine (mais l’homme est fou de toute façon, non ?).

Les élites et les tièdes

A travers cette histoire improbable mais forte, Sébastien Gendron fait montre d’une verve extravagante. Que de bons mots, que des phrases chocs, que de gaillardises ! L’auteur, sous couvert de sa farce bien noire, flingue les élites et les tièdes. Ça fait réfléchir, mais ça ne se veut pas moralisateur. Ses héros, il les imagine chauds bouillants, perdus dans cette société, genre cocotes-minute sur le point d’exploser.

Révolution ne ressemble à rien de connu, c’est la patte Sébastien Gendron. Un roman noir jubilatoire (mais pas que), aussi divertissant que dissolvant (si tant est que les valeurs de notre société aient encore un rapport avec le sens moral).

Sortie : 05 janvier 2017

Éditeur : Albin Michel

Genre : Roman noir (mais pas que)

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’écriture

L’humour et le non-sens

Le « message »

L’originalité de l’approche

4° de couverture

Debout au milieu d’un pont autoroutier, jambes légèrement écartées, corps dressé, bras droit le long de la hanche, bras gauche replié soutenu par une orthèse, Pandora Guaperal a un Glock 23 posé sur la tempe, chien relevé, balle wadcutter dans la chambre, index sur la queue de détente réglée à un kilo de pression, cran de sûreté en position on.

Face à elle, à la sortie du tunnel, un véhicule approche. Derrière lui, des milliers d’autres dont le seul horizon est la route des vacances. Pandora est prête : la révolution n’attend pas. Et elle vaut bien une balle dans la tête.

Advertisements


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

21 réponses

  1. j’avais lu ROAD TRIPES du même auteur. J’aime son côté un peu barré

  2. Oui, oui, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!! Je valide ardemment cette chronique révolutionnaire 🙂

  3. J’adore !!! J’aime quand tu écris comme ça mon ami ☺☺

  4. Merde, je le veux à cause de toi ! Demande des royalties aux auteurs pour tous les livres que tu leurs fais vendre en plus après chacune de tes chroniques 😆

    Et à force de te laisser inspirer par les auteurs, lance-toi dans l’écriture !

  5. Rhooooo, j’ai du retard ! Et pas que dans la lecture de tes chroniques. 😉
    J’adore cet auteur, j’aime son univers barré, son écriture à part, ses héros déjantés.
    Celui-là, l va falloir que je lui fasse une petite place dans mes futurs lectures. Mais bon :/
    Et merci pour cette chronique jubilatoire elle aussi mon ami !

  6. bonjour, merci de cette découverte . Cela va casser les romans noirs qui en période hivernale sont moins réconfortants que celui là à priori.

  7. Un trip énorme
    J’ai adoré son côté barré
    Et puis tellement de vérités
    Pas un coup de coeur mais pas loin

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Révolution – Sébastien Gendron – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :