Jenny – Fabrice Colin

chronique-litteraire

fabrice-colin-jennyJenny est le troisième volet du triptyque américain de Fabrice Colin, après Blue Jay Way et Ta mort sera la mienne. Trois histoires indépendantes (ou pas). Trois chaînons qui donnent une vision bien particulière et bien sombre de l’Amérique.

Fissures

Jenny débute comme le roman ordinaire d’un couple en perdition. Des bases claires, tangibles, faussement banales, qui vont brusquement s’effriter lorsque la femme disparaît.

Tout change ensuite. Le personnage principal perd peu à peu pied, et le lecteur avec lui.

La réalité, ou ce que l’on croit d’elle, se fissure,

                                                                          se craquelle.

Le récit en devient perturbant,

                                               disruptant,

                                                               désorientant.

Les bases qu’on croyait solides deviennent des sables mouvants. Plus le lecteur s’y débat, plus il s’enfonce dans la folie d’un récit tortillant et pervers. Une intrigue qui plonge toujours plus profond dans les béances d’un personnage qui touche le fond (et creuse encore).

Monstruosité et laideur

Il faut dire que Bradley Hayden (le protagoniste en question) rencontre cette fameuse Jenny au cours de ses recherches pour retrouver sa femme. Une femme de poids, dans tous les sens du terme, le genre de personnage qu’on ne peut oublier. Jamais.

Impossible de décrire en quelques mots cette Jenny, tant sa personnalité, ses actes et ses antécédents sont d’une incroyable complexité. Monstruosité et laideur (et ce n’est pas de son physique dont je parle, il n’est qu’une conséquence).

Je l’ai dit, ce thriller aliénant et hallucinant se lit indépendamment. Cependant les liens avec les deux autres romans sont prégnants. Le récit est, une fois de plus, non linéaire et la thématique de la manipulation mentale omniprésente. Fabrice Colin est un manipulateur de premier ordre.

L’art de la fiction à son paroxysme

« L’imagination n’est que l’étendard de la subjectivité », c’est l’auteur qui le dit lui-même dans son livre. Il y pousse l’art et le pouvoir de la fiction à son paroxysme (vous comprendrez en découvrant l’histoire). Il serait criminel d’en dire davantage (d’ailleurs je vous conseille de survoler la 4ème de couverture qui en dit beaucoup trop, à mon goût).

Jenny est un thriller particulièrement dérangeant, mais bien davantage qu’un simple thriller. Fabrice Colin est capable d’envolée stylistiques de toute beauté tout autant que de descriptions d’une rare cruauté (le passage qui se déroule en forêt restera marqué au fer rouge dans mon esprit).

Complexe, désenchanté, désorientant. Prenant, stressant, fascinant. Émouvant parfois aussi. Jenny est tout ça à la fois. Avec ce volet, le triptyque américain de Fabrice Colin se referme avec violence, et on le prend en pleine tronche. Pour moi, sans aucun doute le meilleur des trois.

Sortie : 10 novembre 2016

Éditeur : Sonatine

Genre : Thriller

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’intrique sombre et labyrinthique

Le personnage de Jenny

L’écriture

4° de couverture

Cayucos, Californie. Dans une villa au bord du Pacifique, un homme désespéré se confie. Dans la baignoire à l’étage, le cadavre d’une femme obèse. Comment est-il arrivé ici ? Le moment est venu pour l’homme de raconter son histoire.

Quelques mois plus tôt… Après la disparition de son épouse, le journaliste Bradley Hayden, détruit, s’étourdit dans des liaisons sans lendemain via un site de rencontres. Un jour se présente une femme qui ne correspond en rien à la description qu’elle a faite d’elle. Jenny, 300 livres, QI redoutable, lui montre une vidéo de son épouse. April est en vie. Elle ne le restera que s’il lui obéit en tout. Dès lors, Bradley est contraint de suivre Jenny dans une épopée meurtrière.

Qui est vraiment Jenny ? A-t-elle choisi April au hasard ? Bradley pourra-t-il retrouver sa femme à temps ?

Advertisements


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

17 réponses

  1. Bon, je vais noter ce titre et les deux premiers aussi, parce que je ne connais pas du tout cet auteur…mais tes avis me donnent envie de le faire!
    Bonne journée Yvan ^_^

  2. Ah je ne savais pas que c’était un tryptique….Du coup, je me dis que j’ai sans doute raté quelque chose….

  3. A offrir à sa belle-mère pour Noël ! Afin qu’elle vous déteste encore plus & qu’elle vous prenne définitivement pour un dingue ! Arf ! :p

  4. Tu me tentes, vil tentateur !! Et tu m’énerves à me tenter de la sorte en plus 😈 Mais puisque c’est sûrement pour la bonne cause, je te pardonne ! 😀

  5. Ça me tente assez. .. ils se lisent indépendamment ?

  6. En lecture !
    A cause de toi ou grace à toi, vas savoir ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :