Rencontre Marcus Malte – Librairie Bisey Mulhouse – 18/11/2016

chronique-litteraire

Marcus Malte était présent à Mulhouse le 18 novembre 2016 à la librairie Bisey, pour une rencontre et une séance de dédicaces.

marcus-malte-bisey-18-11-2016-5

Une rencontre que la librairie a voulue intimiste et qui permettait de découvrir son dernier roman, Le garçon, à travers les propres mots de l’auteur.

marcus-malte-bisey-18-11-2016
marcus-malte-bisey-18-11-2016-3

Émotion dès les premiers instants, lorsque son intervieweur, Luc Widmaier de la librairie Bisey, a affirmé avec conviction que, malgré sa connaissance des grands classiques et de la littérature contemporaine, Le garçon est le plus beau livre qu’il a lu. Pour ma part, je suis également à penser que c’est une de mes plus belles lectures ! Un livre vraiment inoubliable et une rencontre qui me tenait à cœur.

Une entrevue avec Marcus Malte n’est jamais banale. Sa réserve naturelle est touchante et il n’est jamais là pour distiller un discours préétabli. Les questions posées le questionnent vraiment, lui qui n’est pas du genre à avoir des certitudes, comme il l’a bien dit durant l’entretien.

En voici quelques ressentis et souvenirs, sans aucune volonté d’être exhaustif. Juste partager quelques émotions.

Marcus Malte - Le garçonA la question de savoir ce que ça lui fait d’avoir obtenu le prix Femina 2016 pour ce livre, il répond que ça le touche et que ça le fait… marrer. Il se rend bien compte que ce prix lui permettra de sortir de son cantonnement d’auteur de roman noir et de toucher ainsi un plus large public. Il est heureux que ce prix puisse mettre en avant une « petite » maison d’édition comme Zulma et se dit convaincu que si le livre était sorti dans une collection estampillée « noire », jamais il n’aurait obtenu cette distinction.

Il a toujours proposé des univers différents, polars ou romans noirs qu’importe l’étiquette. D’ailleurs, il estime que sa manière de raconter certains passages de l’histoire du garçon a fait appel à certaines « techniques » utilisées dans ses romans noirs.

Il a expliqué combien la musicalité des phrases compte autant pour lui que le sens. Il a toujours été fasciné par le pouvoir de la musique, capable de nous faire verser une larme sans qu’on puisse expliquer pourquoi. Modestement, c’est ce qu’il tend à créer aussi dans ses romans.

La rencontre a été l’occasion de parler longuement de ce garçon mutique qui est le personnage central du livre. Pas un être détaché, mais une page blanche, une éponge qui absorbe tout ce qui l’entoure, lui qui a passé ses 15 premières années loin du contact des autres hommes. Elle a permis également de parler des autres personnages, tous aussi importants dans ce récit. Il a avoué, par exemple, avoir toujours été particulièrement touché par les exclus, ceux qui se retrouvent en dehors des groupes et de la société.

Il a parlé de cette histoire d’absolu qu’est Le garçon, de cet amour absolu qu’il rencontre (son coté romantique), de l’horreur absolue de la guerre aussi (le livre s’étale sur le premier tiers du XXème siècle).

Il a expliqué l’immense travail de recherche documentaire que lui a demandé ce livre, sur des sujets importants ou futiles, mais qui permettaient de le temporaliser.

L’important pour lui à travers cette histoire, était de donner chair à ses personnages. A travers les plaisirs de la chair par exemple, ou lorsque les hommes deviennent de la chair à canon…

La rencontre a été l’occasion d’une lecture par l’auteur du premier chapitre de son roman, qui a permis de se laisser bercer par cette fameuse musicalité de son écriture, autant que par la beauté du texte et que par les émotions qui y transparaissent.

marcus-malte-bisey-18-11-2016-2

(silence « religieux » lors de la lecture par l’auteur, si ce n’est le son des cloches du temple de la place centrale de Mulhouse)

Une magnifique rencontre d’1h15, sincère et touchante, d’un des auteurs les plus doués de sa génération (je ne suis pas le seul à le penser).

Je l’ai déjà dit et je le répèterai à l’envie : s’il n’y a qu’un seul livre que vous devez lire en cette fin d’année, c’est Le garçon.

Lien vers ma chronique du roman

Lien vers l’interview en 5 questions réalisée au sujet de ce roman

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , , ,

27 réponses

  1. Un merveilleux retour 😊
    Comme j’aurais aimé y etre 😊

  2. OHHHHHH j’aurai tant aimé être là!!!!Je pense aussi que ce livre est une merveille…Merci pour ce beau retour!!!!

  3. Ça devait être passionnant. Tu le sais, j’ai eu du mal à me plonger dans ce roman, mais une fois dépassé mes retenues. .. pfffoouuu quel auteur !

  4. Ah enfin, voilà c’est comme si j’y étais aussi avec toi, avec vous !
    Merci mon ami pour ce retour et oui je crois aussi que ce garçon bat à l’unisson avec son auteur. Ils sont tous les deux tellement touchant !

  5. Rien à redire si ce n’est « bravo et merci pour ce roman » (pour l’auteur et celui qui me l’a fait découvrir en me menaçant des pires représailles !! MDR)

  6. Mais j’aurais du me douer que tu allais le voir quand il nous a dit, à Metz, qu’il serait à Mulhouse le lendemain ! Je l’ai rencontré aussi, mais ne l’avais pas lu. Je le lirai surement, quand l’envie m’en prendra 😉
    Quant à cette rencontre, elle a été riche mais… il a manqué d’un peu de proximité. Réservé ? pas certaine…mais laissons lui le bénéfice du doute…et puis l’essentiel est son écriture qui semble talentueuse. Alors…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :