Nous allons mourir ce soir – Gillian Flynn

chronique-litteraire

gillian-flynn-nous-allons-mourrir-ce-soirAprès le colossal succès du roman Les apparences, les lecteurs assidus de Gillian Flynn étaient à la diète depuis 2012. L’auteure était bien occupée à transposer son histoire en scénario pour l’adaptation cinématographique (Gone girl de David Fincher).

Les Éditions Sonatine ont pensé aux lecteurs sevrés, donc je fais clairement partie, en nous proposant une nouvelle inédite de Gillian Flynn : Nous allons mourir ce soir. Loin d’un simple pis-aller, cette courte histoire de 60 pages est du Flynn tout craché. Un plaisir bref mais intense, qui a valu à ce texte le prestigieux prix Edgar-Allan-Poe de la meilleure nouvelle 2015 (c’est Stephen King qui lui a succédé en 2016, preuve que ce prix n’est pas donné au premier venu).

On pouvait s’inquiéter de retrouver une auteure affadie et édulcorée après un tel succès mondial. La première phrase du récit rassure immédiatement et donne le ton : « Si j’ai cessé de branler des mecs, ce n’est pas parce que je n’étais pas douée pour ça ».

Corrosive, immersive, sombre, étrange, subversive, drôle, effrayante. Tant d’adjectifs qui semblent antinomiques mais qui résument ce court mais épatant récit. Un vrai plaisir de lecture, par la grâce de l’écriture acérée de l’auteur et de sa formidable histoire à retournements de situations.

Il n’est pas aisé d’embarquer ainsi le lecteur en si peu de pages. Le défi est ici relevé haut la main (sans mauvais jeu de mots en lien avec la première phrase du texte).

Un shot de Gillian Flynn, ça n’a pas de prix (ou plus exactement 7 euros). Reste à faire preuve d’une infinie patience pour enfin la retrouver dans un vrai roman.

A noter le travail des Éditions Sonatine, qui proposent ce texte sous forme d’un magnifique livret au format poche avec une couverture cartonnée et brillante (qui rappellera au bon souvenir de l’édition du roman Les apparences). Un si bel objet et un si bon texte pour si peu d’euros, c’est cadeau.

Sortie : 10 novembre 2016

Éditeur : Sonatine

Traduction : Héloïse Esquié

Genre : Thriller – Nouvelle

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’écriture

L’intrigue

Impression générale : ++ (sur une échelle allant de à +++)

4° de couverture

Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d’expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il de donner des conseils à des âmes en peine.

Lorsqu’elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle lui propose de l’aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans.

Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l’habite désormais ?

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

29 réponses

  1. seulement 60 pages ? Mais que fait-on après ces 45′ de lecture ? On attend de nouveau 4 ans ?
    Hâte de l’acheter la semaine prochaine.

  2. seulement 60 pages ? Mais que fait-on après ces 45′ de lecture ? On attend de nouveau 4 ans ?
    Hâte de l’acheter la semaine prochaine.

  3. Il fait désormais partie de ma wish list ! Merci pour ce bel article 🙂

  4. J’ai terminé « Sur ma peau » y a pas si longtemps, et j’avais justement cherché sur le net des infos sur l’actualité de Gillian Flynn et nada! Alors Merci Yvan pour ton blog ☺ j’aime tout particulièrement cette auteure et ses histoires cinématographiques.
    Bonnes prochaines lectures.

  5. Hi hi tu n’es pas encore désintoxiqué hein ? Tu n’a pas pu t’empêcher de mettre des ++ !!! 😆 Un beau billet qui donne envie, j’avais adoré Les apparences mais j’ai encore Les lieux sombres à lire… 😀

  6. Moi qui n’ai toujours pas découvert l’auteure, ça serait l’occasion !

  7. Ben quelle mouche te pique toi avec tes allusions salaces ? ? Toi aussi tu fréquentes trop Belette ? 😉😉😉
    trêve de plaisanterie, c’est vrai que la dame procure un effet de manque certain. C’est une mise en bouche cette nouvelle. …
    Ok je sors. ..

  8. Non, je ne veux pas mourir ce soir, j’ai encore des tas de trucs à faire ! Déjà, noter le titre, finir mon garçon que j’ai entamé ce matin (vive les vendredis à la maison) et encore des tas de trucs à faire.

    Sinon, j’aime moins le système avec des ++ parce que, comment faire si ça vaut un ++ et demi ?? Les cotations, c’était plus simple pour mon esprit un peu cartésien et mon QI de moins de 100 😀

  9. On retrouve bien l’écrirure de l’auteur dans cette novella. Mais comme toi, j’attends un pur roman. Cependant ce titre est un bien bel apéritif pour nous faire patienter.

  10. Oui un apéro dinatoire. Mais vivement le soupé effectivement ! 😉

Rétroliens

  1. Nous allons mourir ce soir – Gillian Flynn | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :