La Porte des Ténèbres (La Terre des damnés – tome 1) – Glenn Cooper

chronique littéraire

Glenn Cooper - La porte des ténèbres

Je ne connais pas personnellement Glenn Cooper, mais j’imagine fort bien son expression quand il a eu l’idée de ce nouveau roman. Son visage a dû s’illuminer, de plus en plus, à force de percevoir cette idée s’insinuer dans son esprit et de sentir sa force exceptionnelle. Le genre de concept dont le potentiel est si infini qu’il a dû en avoir le tournis.

Manipule l’intangible, déforme le réel

S’il n’invente fondamentalement rien avec ce premier tome de sa trilogie La terre des damnés, l’auteur est tel un talentueux artisan qui utilise des matériaux de qualité et qui se retrouve à avoir fabriqué de l’or en barre !

Il serait criminel de vous dévoiler ce qui vous attend tout au long de ces pages (sauf que vous allez côtoyer les pires criminels imaginables, justement). Glenn Cooper manipule l’intangible et déforme le réel pour proposer un divertissement d’une rare qualité.

La porte des ténèbres, malgré son mauvais titre français de série B (le titre original est Down: Pinhole), est un roman à grand spectacle, un feu d’artifice combinant imagination et intelligence comme on en lit peu. C’est bien simple, c’est l’un des divertissements les plus jouissifs que j’ai lu ces dernières années !

Mélange fascinant

Un mélange fascinant, à la fois un thriller scientifique ET historique ET d’aventure ET de science-fiction ET fantastique. Une sorte de dystopie décalée et totalement réinventée, comme je n’en ai pas souvent eue entre les mains.

Rappelons le pedigree de Glenn Cooper pour illustrer ce qui attend le lecteur : diplômé en archéologie d’Harvard et chercheur en biotechnologie. Un mélange détonnant qui donne le ton de ce métissage improbable de genres, et qui me fait un peu penser au formidable roman qu’est Prisonniers du temps de Michael Crichton. Oui c’est un divertissement, mais il est particulièrement soigné et rigoureux dans les références historiques citées.

Mais qu’on est loin d’un roman qui se prend au sérieux ! L’auteur s’amuse comme jamais à dévoyer les règles établies (au point qu’il se lance parfois dans certains traits d’humour irrésistibles).

Perte de repères

Ce récit incroyable fait voyager les lecteurs à travers toute l’Europe, débutant en Angleterre, pour passer longuement par la France et de nombreux autres pays du vieux continent. Sauf qu’on y perd tous nos repères habituels.

Ce roman est une pluie d’images, de bruits, de rencontres, de violence et de créativité assez inédite. Une histoire très cinématographique, écrite avec soin et vitalité. Sauf que, si on devait l’adapter à l’écran, il en coûterait une somme astronomique (c’est tout l’avantage de l’écriture, où l’imagination ne se confronte à aucune limite). Un récit rempli à ras bord de sentiments (bons et très mauvais).

Une intrigue au souffle épique, une aventure héroïque qui confronte le lecteur à des surprises en pagaille, soutenue par un rythme appuyé tout au long de 560 pages aux chapitres longs et denses. Pour vous dire, j’y ai même croisé un étonnant compatriote alsacien ;-).

Plaisir ludique, instructif et stimulant

La porte des ténèbres est le premier tome d’une trilogie qui va marquer les esprits. Sans aucun doute, pour moi, la plus grande réussite de Glenn Cooper. J’ai rarement pris un tel plaisir ludique, instructif et stimulant, et la fin de ce tome 1 me fait trépigner à l’idée de lire la suite à venir (j’ai même traité l’auteur de noms d’oiseau en découvrant les derniers paragraphes).

Je pense que j’ai été suffisamment clair et enthousiaste : très hautement recommandé !

Lien vers l’interview réalisée avec Glenn Cooper au sujet de ce roman !

Sortie : 26 mai 2016

Éditeur : Cherche Midi

Genre : Thriller historique, d’aventure, scientifique, fantastique

Traduction : Diniz Galhoz

Mon ressenti de lecture :

Profondeur : 9/10

Dimension de l’histoire : 10/10

Psychologie : 8/10

Qualité de l’écriture : 8/10

Émotions : 8/10

Note générale : 9/10

4° de couverture

2015. John Camp, ancien militaire, est responsable de la sécurité de l’accélérateur de particules anglo-américain situé sous l’autoroute M25 de Londres. Il vient d’entamer une liaison avec Emily Loughty, la brillante scientifique écossaise qui dirige les recherches. Mais, lors d’un essai dans le laboratoire, les choses tournent mal et Emily disparaît, laissant sa place à un homme mystérieux. Bien vite identifié, il se révèle être un tueur en série anglais condamné et exécuté… en 1949.

Pour savoir ce qui est arrivé à Emily, John décide de renouveler l’expérience en s’offrant lui-même comme cobaye. Mauvaise surprise ! Le voici tombé dans un monde jumeau du nôtre mais… uniquement peuplé de criminels, de tous les morts ayant commis les pires atrocités au cours de leur vie sur Terre ! Dès lors, ce qu’il va découvrir dépasse tout ce qu’on peut imaginer.

Advertisements


Catégories :Littérature, Livre : les incontournables

Tags:, , ,

33 réponses

  1. Je me suis arrêté à sa trilogie WIll Piper qui m’avait bien plu. Il va falloir que je trouve un moment pour m’y remettre, trois bouquins en stock et celui-ci à me procurer.

  2. Il devrait être interdit de faire une chronique aussi enthousiaste ! !!! Mon banquier et pal vont le haïr. Merci Yvan pour démontrer un tel enthousiasme me confirmant dans mon adoration pour cet écrivain si peu connu..

  3. Je veux! Que veux tu, c’est tellement enthousiaste qu’on y croit à fond!;) Par contre, ça m’embête un peu le coté trilogie/ attente……:(

    • La fin est frustrante mais pas trop, franchement tu ne devrais pas attendre. Bon en VO, les trois tomes sont sortis en même temps… pas sur que ça se passe comme ça en France

  4. Je le veux ! Je le veux ! Je le veeeeeeux !!!!

  5. Je le veux aussi ! J’ai adoré les livres des morts et suis super impatient de relire cet auteur. Elle est énorme ta chronique, j’ai immédiatement envie d’acheter ce bouquin ….ma carte bleue te remercie 🙂

  6. Non content d’interviewer brillamment les auteurs, notre Yvan lis maintenant dans leurs pensées ! T’es un ket, toi ! Un castard ! 😀 Bon, puisque nous savons tout de l’esquisse bouille que fit l’auteur lorsque l’idée lui chatouilla l’esprit, nous n’avons plus qu’à l’acheter…

    Mon banquier te haïssait, mais vu les taux d’intérêts, vaut mieux dépenser son fric ! Par contre, ma PAL, elle, elle te garde un chien de sa chienne ! Ou un roman de sa pile… 😆

    • Il fait Quelle tête ton banquier au juste ? 😉

      • Sa gueule change tout le temps, inconvénient des banques où ils switche leur personnel pour pas qu’on s’attache à eux ! Grosse katastrophe quand tu arrives au guichet, sans carte d’identité, de banque, que tu veux faire un dépôt et que la pouffiasse devant toi te connait pas et que, lorsque tu regarde dans l’agence, horreur, tous des nouvelles têtes !
        — Heu, m’dame, l’ancienne directrice, elle connaissait mon chien !

  7. Il est pour moi celui là ! Il est pour moi ! na na !

  8. Ben zut alors….j’avais détesté « Les prisonniers du temps »… Mais il se passe quoi entre nous là? Giebel et maintenant Chrichton ?? 😉
    Bon, ceci dit, tu me donnes envie avec celui là 🙂

Rétroliens

  1. Interview – 1 book in 5 questions : Down, Pinhole – Glenn Cooper | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Interview – 1 livre en 5 questions : La Porte des Ténèbres (La Terre des damnés – tome 1) – Glenn Cooper | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2016 – De la 10ème à la 6ème place – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Le feu des âmes – Glenn Cooper – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :