Interview – 1 livre en 5 questions : Rêver -Franck Thilliez

1 livre en 5 questions

 1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre. 5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger.

rever_thilliez

Franck Thilliez

Titre : Rêver

Sortie : 26 mai 2016

Éditeur : Fleuve Editions

Lien vers ma chronique du roman

La narcolepsie, et tout ce qui tourne autour, est une maladie effrayante…

C’est peu de le dire ! Les gens ont l’image de la narcolepsie, comme celle d’une personne qui peut s’endormir n’importe quand, et n’importe où, en quelques secondes seulement.

L’un des autres symptômes impressionnants et visibles est la cataplexie (ou dit alors narcolepsie-cataplexie, tous les narcoleptiques ne sont pas forcément cataplexiques), c’est le fait que, d’un coup, tous les muscles du malade se mettent au repos, comme s’il était en plein sommeil. En général, la personne se retrouve au sol, incapable de bouger pendant plusieurs minutes, mais est parfaitement consciente. Si elle nage, elle coule. Si elle conduit… Je vous laisse deviner…

Ces deux symptômes sont les plus « visibles » de la maladie, le dessus de l’iceberg, pour ainsi dire. Pour les autres… Lisez la réponse suivante !

C’est aussi un sacré terrain de jeu pour un auteur qui aime les puzzles comme toi !

Evidemment ! J’en viens aux deux symptômes de la narcolepsie qui m’ont le plus intéressé et impressionné. D’abord, les visions hypnagogiques, qui sont des espèces d’incursions d’images de rêves dans la réalité. Vous roulez, vous voyez quelqu’un traverser, vous freinez, mais en fait, il n’y a personne, c’est juste un personnage qui commençait à prendre forme dans un rêve. Attention, c’est très différent de la schizophrénie, où le malade n’a pas conscience de ses hallucinations qu’il prend pour réelles. Le narcoleptique sait, après avoir freiné si on en revient au conducteur, qu’il a eu affaire à une hallucination.

Et ensuite, c’est parfois cette incapacité à différencier, pour le malade, le rêve du souvenir. Vous êtes professeur de français narcoleptique, vous rêvez que vous corrigez des copies de français, et le lendemain, vous distribuez ces copies à vos élèves, en étant persuadé qu’elles sont corrigées alors que ce n’est pas le cas… On imagine, pour un personnage de roman, toutes les possibilités : « ce qui se passe autour de moi est-il vrai ou faux ? Ai-je bien vécu ce que je raconte ? Suis-je crédible ? »

Tu sembles décidément fasciné par les thèmes en lien avec les fractures psychologiques et de la mémoire…

Oui, à titre personnel, cela m’intéresse évidemment. Comment fonctionne notre cerveau, notre mémoire ? Comment se stockent nos souvenirs, comment se reconstituent-ils ? Une personne qui n’a pas de mémoire a-t-elle encore une existence ?

Ce sont des thèmes porteurs de science, d’éthique, d’un peu de philosophie, qui nous concernent tous au plus haut point. Et je sais que ces sujets parlent au gens, bien sûr. Nous dormons tous (plus ou moins bien), nous rêvons tous, et nous avons tous oublié, un jour, où se trouvaient nos clés de voiture ! Et quand les gens se sentent concernés par le sujet de l’auteur, ils entrent beaucoup plus facilement dans son histoire. Ils s’identifient…

C’est sans aucun doute l’une de tes intrigues les plus tortueuses. Je te sais très méthodique, mais n’as-tu pas eu peur de te perdre quand tu t’es enfoncé très profond dans cette épatante et démente histoire ?

Si, en permanence ! Je ne peux rien révéler (Argh !!), mais plus j’écrivais, plus je me demandais si je réussirais à relier tous les fils, ils sont nombreux et tordus comme un anaconda enfermé dans un cercueil.

Or, pour ce genre littéraire (le thriller), il faut surtout réussir les fins ! Vous pouvez avoir écrit 590 pages parfaites, et raté les 10 dernières, parce que votre tueur sort par exemple du chapeau du magicien, et c’est tout le roman qui part malheureusement en vrille. Je prends souvent l’image du puzzle : s’il manque la dernière pièce, et même si on a passé des semaines à le reconstituer, on ne peut pas l’accrocher dans son salon tant qu’on n’a pas retrouvé cette pièce !!!

Tu aimes décidément beaucoup les personnages de femmes fragilisées mais qui trouvent des ressources insoupçonnées pour s’en sortir…

C’est ma part de féminité qui s’exprime ! Blague à part, je prends plaisir à les confronter à des métiers à dominante masculine (gendarmes, policiers…), cela permet de créer des situations dramatiques intéressantes.

J’aime également le rapport que les femmes entretiennent avec la famille, les enfants, cet instinct maternel de protéger au maximum sa progéniture. Cela les transforme en guerrière et leur offre des capacités incroyables.

D’un autre côté, cela les rend très humaines, très proches de nous, et même si l’on est un lecteur homme, on s’identifie assez facilement à l’héroïne !

406254_3029141456387_938458295_n

Publicités


Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

26 réponses

  1. Excellente interview, j’ai d’autant plus envie de me jeter demain sur le livre!!!Pari réussi en 5 questions!!!!Tu as quand même une de ses chances de pouvoir faire toutes ses interviews d’auteurs!!!!!!;)

  2. bonjour,
    j avais deja hate de decouvrir le nouveau roman de Mr Thilliez maintenant je me demande comment je vais faire pour attendre jusque demain!!!
    les heures vont s égrener tres lentement je pense aujourd hui………..
    merci pour cette belle interview

  3. Intrigante cette interview ! Elle donne envie de se précipiter sur ce nouveau roman 😃

  4. Excellent ! ça ne fait que rajouter à mon envie de lire son dernier 😉

  5. Mince un certain Smadj a dit exactement ce que je voulais dire 😛 J’adooooooore le sujet, rahhhhh j’ai pas prévu de l’acheter de suite…. super article, merci Yvan 😀

  6. En effet, c’est très intéressant comme entrevue. Je n’ai pas encore lu ce Mr Thilliez, mais j’entend parler de lui de plus en plus souvent. Je vais regarder bientôt lequel de ses livres est disponibles au Canada. 🙂

  7. Superbe interview . Mais de grâce essayez de ne pas faire de faute d orthographe pour ce genre d’interview sur la littérature ! En lisant rapidement pourtant une faute saute aux yeux :
    « Hors, pour ce genre littéraire (le thriller), il faut surtout réussir les fins !  » Je pense que c’est « OR » et pas hors .
    Merci de soutenir la langue française si belle et si riche qui permet d’exprimer beaucoup .

    • Merci d’avoir signalé la faute dans la réponse de Franck Thilliez. J’ai fait la correction.
      Par contre, je pense que la remarque aurait pu être faite de manière moins agressive et moins condescendante. L’auteur est un vrai défenseur de la langue. il a eu la gentillesse de répondre à mon interview alors qu’il est surchargé de demandes. Vu son planning et tout simplement parce qu’il est humain, il lui arrive de faire des fautes comme tout le monde. Comme moi (même si je fais très attention à la langue justement et même si je suis passé à coté de cette faute en relisant, mon dieu quelle horreur), comme vous surement aussi parfois.

  8. Ouiii ouiiiii ouiiiiii…ce mec est juste fabuleux!!!!!! Il est en OR (hihihih)

  9. je lui prendrai sûrement à St Maur . ( ça va j’ai pas fait de fautes ?? ) hahaha !

Rétroliens

  1. Rêver – Franck Thilliez | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :