Pages après pages : Jérôme Camut et Nathalie Hug – W3, volume 3 – Le calice jusqu’à la lie

chronique littéraire

Après avoir réalisé l’expérience avec les deux précédents tomes de la série, je renouvelle l’idée de partager les impressions ressenties durant ma lecture du troisième tome de W3, Le calice jusqu’à la lie, jour après jour.

Ce billet n’est absolument pas une chronique, mais bien un partage de ressentis. Je ne dirai pas un mot sur l’intrigue ou les personnages qui la compose. Vous pouvez donc me lire sans craindre que je ne vous dévoile quoi que ce soit (ce serait criminel !).

Lien vers ma chronique du roman

Jérôme Camut et Nathalie Hug - W3, tome 3, Le calice jusqu'à la lie

Jérôme Camut et Nathalie Hug

W3, Le calice jusqu’à la lie

Editeur : Télémaque

Sortie : 01 avril 2016

Lien vers ma chronique du tome 1 : Le sourire des pendus

Lien vers ma chronique du tome 2 : Le mal par le mal

Jour de lecture n°1 : 180 pages lues

Impression du jour : Fébrile

Comme à mon habitude, je plonge dans ce troisième tome en refusant de savoir ce qui va m’attendre, je ne lis donc pas la 4ème de couverture. Cependant, je ne peux que remercier les deux auteurs d’avoir proposé un résumé des deux premiers romans de la série, pour me remettre les idées bien en ordre (avant de me chambouler à nouveau le cerveau, comme ils savent si bien le faire).

Tous les lecteurs du précédent volume risquent fort de réagir de la même manière : tourner les premières pages dans un état fébrile, tenter de découvrir sur quelles bases les Camhug vont construire cette nouvelle histoire (après la fin ahurissante du tome 2).

Ne comptez pas sur moi pour vous dire quoi que ce soit à ce sujet. En tout cas, le fait de revenir une heure avant le drame fait que la tension est palpable, du genre à donner envie de se cramponner aux pages. Une heure avant le drame, avec des passages hyper chargés en émotions ; des bonheurs simples avant que tout ne change irrémédiablement…

Les Camhug ont toujours fait souffrir leurs personnages (et par ricochet leurs lecteurs). C’est un peu leur marque de fabrique. On peut dire que c’est ici une sorte « d’apothéose » qui se joue devant nos yeux.

La série W3 met en avant ses (nombreux) personnages, comme peu de romans le font. On peut dire que cet émouvant démarrage nous permet de les côtoyer au plus près.

J’attends maintenant de voir vers où l’histoire va nous mener, quel sera (seront) le(s) thème(s) de ce troisième volet. Avancer et voir si je suis capable de résilience.

Moi qui voulait déguster lentement ce nouveau récit, j’en ai déjà avalé 180 pages en une fois… Ça se lit tout seul, avec des chapitres très courts.

Jour de lecture n°2 : 190 pages lues

Impression du jour : émotions fragmentées

Le lecteur doit faire son deuil du tome 2 et de ce qui s’y est passé tout à la fin. Le deuil est d’ailleurs un élément clé de cette nouvelle histoire et des personnages que l’on retrouve ou que l’on découvre.

L’intrigue, tentaculaire, part dans tous les sens, tel des fragments d’une explosion.

De nouvelles vies en somme, marquées au fer rouge par les événements passés. Une fois encore, je suis épaté par la capacité des Camhug à rendre tangibles les êtres de papier qu’ils ont créés, qu’ils soient mis en avant ou qu’ils soient secondaires. Leurs places dans l’histoire ne cessent de changer, tout comme leurs comportements ; nuances de gris foncé où pointent des sentiments forts.

On a l’impression d’entrer dans une sorte d’état de guerre dont on se demande vers où il va nous mener.

Les auteurs vont à l’essentiel, les digressions ne font pas perdre le fil de la lecture, ce qui fait que les pages se dévorent toujours aussi vite.

Mes petites surprises de ces passages de lecture :

– si on m’avait dit un jour que je ferai un lien entre les romans de la suédoise Viveca Sten et ceux des Camhug 😉

– Même les journalistes de BFM peuvent changer, si si je vous assure.

Jour de lecture n°3 : 160 pages lues

Impression du jour : respiration et apnée

Jérôme Camut et Nathalie Hug - W3, Le calice jusqu'à la lieAvec des livres de cette taille, arrive souvent un passage en milieu d’ouvrage, qu’on pourrait qualifier de « ventre mou ». Rien de péjoratif dans ce terme. J’ai eu l’impression, à un moment de la lecture, que la tension retombait un peu, en permettant de reprendre son souffle. Sentiment assez fugace, vu ce qui nous tombe sur la tronche à nouveau par la suite ; souffle coupé.

A la différence des deux premiers tomes, j’ai encore un peu de mal à bien définir la colonne vertébrale de ce troisième opus, je ne sais toujours pas trop où les auteurs veulent nous emmener. On suit des destins si diamétralement opposés. Est-ce-que c’est gênant ? Pas du tout, l’intérêt de lecture est toujours aussi présent après 500 pages.

Il faut dire qu’on ne sait jamais ce qui va arriver aux personnages. Avec les Camhug, impossible d’anticiper les coups (vous constatez que je n’ai toujours pas cité un seul nom de ces personnages, et que je ne dis rien de leurs états. Morts ? Vivants ? Portés disparus ? Je ne parlerai que sous la torture).

Les personnages, encore et toujours, si touchants avec leurs failles. On a l’impression parfois que certains semblent sortis du jeu… et puis non… Retournements de situations comme seuls les esprits malades des Camhug peuvent les imaginer ;-). Le monde est parfois petit.

Cerise sur le gâteau : un roman français qui cite les groupes musicaux que sont Alter Bridge, Papa Roach et Judas Priest. Ça n’a pas de prix ;-).

Jour de lecture n°4 : 100 pages lues

Impression du jour : accro

Ce n’est pas le cas de toutes mes lectures, loin s’en faut, mais il semble bien que je sois accro à la nouvelle fournée cuisinée par les Camhug. Pour preuve, j’y ai pensé plusieurs fois durant ma journée de travail, alors que j’étais bien occupé par ailleurs. C’est un signe qui ne trompe pas.

A défaut de bien visualiser sa colonne vertébrale, ce roman est donc devenu mon pilier le temps de quelques jours.

Le fait que l’on passe d’un personnage à l’autre, durant plusieurs chapitres à la suite, y est sans doute pour quelque chose. En fait, cette galerie de portraits est comme une famille recomposée. Il y a d’ailleurs de quoi s’inquiéter pour les membres de cette famille, tant le ciel risque à tout moment de leur tomber sur la tête.

Jour de lecture n°5 : 100 pages lues

Impression du jour : bouleversé

Je n’ai pas encore insisté sur un sujet concernant les deux auteurs et ce roman en particulier. Leurs habituels lecteurs le savent bien, et pour les autres autant les prévenir de suite : avec les Camhug, la lecture n’est jamais un long fleuve tranquille. Tout au long de ce thriller, il ne faut jamais se laisser endormir ou baisser sa garde.

Sincèrement, je ne connais aucun autre auteur qui ose autant bousculer le lecteur et prendre autant de risques pour l’ébranler. Mon cœur a eu des ratés à plusieurs reprises durant ce tome 3, cardiaques s’abstenir.

Mais les romans de Jérôme Camut et Nathalie Hug ne sont pas que ça, loin de là. Les sentiments sont présents, très exacerbés. Les personnages sont tellement forts à travers leurs failles, qu’on s’y attache fermement. On les suit dans leur quête de rédemption ou de changement, sans savoir s’ils atteindront le but qu’ils se fixent. Un but à géométrie variable, tant les événements peuvent renverser leur perception du monde.

Tous ces sentiments sont particulièrement prégnants à ce stade, après 730 pages lues.

Jour de lecture n°6 : 100 pages lues

Impression du jour : un adieu qui n’en est pas un

Voilà, c’est fini… chantait l’autre. 2 500 pages plus tard, je peux affirmer que cette trilogie fera date.

Par sa taille (trois briques, de quoi construire le début d’un mur), par les émotions suscitées, par les surprises qu’on prend en pleine face (j’ai l’impression de ressortir défiguré de cette lecture), et par les messages véhiculés.

Ce troisième tome ne déroge pas à la règle, il a beau être un thriller et un divertissement, il est vraiment engagé et nous parle de sujets forts.

Il met surtout en scène des personnages totalement liés entre eux, liés par le sang. Et nous lecteurs ne pouvons que nous sentir attachés à eux, durablement.

Je ressens une pointe de tristesse à l’idée de quitter ici ces personnages croisés à travers ces trois volumes (qu’ils soient encore debout ou non, présents dans les trois tomes ou juste un seul). Mais, c’est un peu comme avec de bons amis qui vivent loin ou sont portés disparus, on sait qu’ils sont présents en nous, et vont le rester même si on ne les voit plus.

Durant ma lecture, je me demandais quelle serait la colonne vertébrale de ce dernier tome. La ligne est claire maintenant que la dernière page est tournée.

Je ne saurais trop dire pourquoi, dans les trilogies, je trouve que le troisième épisode est souvent le plus faible (et le second le plus marquant). Le tome 2 avait placé la barre très haut (avec son final d’anthologie), force est de constater que ce tome 3 tient parfaitement bien son rang. Différent, émouvant, violent, déchirant, marquant, il est digne de clore cette série épatante.

Un troisième tome qui aura repoussé les limites du genre et où la violence du monde des hommes aura permis de révéler la profonde humanité de certains. C’est sans doute cela le plus important.

Advertisements


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

49 réponses

  1. Je me garde le volume 2 pour la saison camping-car qui arrive bientôt… et j’attendrai la parution en poche pour le 3… mais c’est dur de résister quand on te lit !

  2. Rhooooolalala !!!! J’adore tes impressions !!! Je le veux !!! Vite !!!

  3. J’aime beaucoup l’idée de cette chronique qui n’en est pas une 🙂 ça donne encore plus envie ! Va falloir que je m’y mette rapidement à cette série

  4. Des impressions qui donnent envie de se plonger dans cette trilogie ! Pour moi, ce sera 2500 pages à lire ! Il va falloir que je me dégage du temps 😉

  5. Alors toi pas taper hein mais j’ai le premier opus depuis plus d’un an dans ma PAL ….Si si j’avoue, je me repentie là sur ta place public ….je m’auto flagelle avec tous les marques pages en ma possession !!!! Voila 🙂 ceci étant comme d’hab, j’adore ton article …ce qui explique cette réaction extrême !!!

  6. C’est drôle, je suis devenue accro au second tome, le premier ne m’ayant pas autant marqué. Ca fait des mois que je bave sur la sortie du troisième comme un bouledogue devant une saucisse scogneugneu!

  7. J’adore cette forme de partage!!!!Je suis trop fan!!!!Tu nous expliques bien ton plaisir de lecture! Faudra que je poursuive cette lecture d’ailleurs, je suis à la traine, avec mon premier tome….

  8. Je lirais les 3 d’un coup devant tant d’enthousiasme 🙂 entre toi et David je suis conquise 😉

  9. J’ai lu les deux premiers tomes, j’ai été accro dès le début. Les personnages, l’intrigue, le style nerveux, tout nous pousse à lire, à tourner les pages ! Vivement le T3. De plus, les auteurs sont super sympas.

  10. J’adore ce concept de review style journal de bord ou tu écris session de lecture après session de lecture c’est hyper intéréssant ! Je dois dire que j’ai vu ce bouquin passer un peu partout et que je suis pas mal intriguée !

  11. Comme la chronique est belle je suis plus que tentée et vais donc rendre visite à mon libraire. Bon retour dans le monde en espérant que les futures lectures seront aussi attachantes.
    Bonne semaine

  12. J’ai découvert avec plaisir et passion ces deux auteurs et cette histoire, que dis je, ces histoires de vies mêlées et entremêlées dans les affres des pulsions de destructions humaine. J’ai adoré le premier tome, dévoré en 3 jours. Je me suis gardé les deux autres tomes pour cet été, les vacances, les lire dans un cadre autre pour être plus vite transportée par cette écriture fine, appuyée, intelligente et palpable! Tes impressions ne me confirment que davantage les talents des auteurs 🙂 j’ai hâte ^^ !!

  13. « Alter Bridge, Papa Roach et Judas Priest »… connais pas ces groupes et je te demande de pas taper !

    Ventre mou ? Bon, je t’explique le truc du mou… faut que ça redevienne un peu mou pour mieux se redresser ensuite…oui, je parle toujours d’un récit !! À quoi vous pensiez ?? 😀

  14. Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa,
    JE LE VEUX !!!

  15. Il est actuellement dans mes mains !! et oh là là, ce pages après pages me donne envie de m’y plonger de suite ! (d’autres engagements littéraires vont quelque peu décaler ma lecture 😉 )
    Et effectivement, je sens que ça va être dur de dire adieu à ces personnages car je les adore vraiment beaucoup !

Rétroliens

  1. W3, volume 3, Le calice jusqu’à la lie – Jérôme Camut et Nathalie Hug | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :