Tout ce qu’on ne s’est jamais dit – Celeste Ng

chronique littéraire

Celeste Ng - Tout ce qu'on ne s'est jamais ditUn roman noir plébiscité par la critique anglo-saxonne et vendu à plus d’un million d’exemplaires, voilà qui avait de quoi titiller ma curiosité. Succès d’estime et succès commercial ne vont pas si souvent de pair.

Noir et lumineux

Lydia est morte. Ce n’est pas un scoop, ce sont les trois premiers mots du roman, qui donnent immédiatement le ton. Mais non ce n’est pas un thriller, non ce n’est pas un polar, c’est bel est bien un roman noir. Noir et pourtant si lumineux. Ce n’est pas donné à tout le monde d’éblouir ainsi le lecteur par le coté sombre de l’existence.

Lydia était une adolescente, fille modèle tiraillée par ses modèles. Car Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est avant tout un drame familial. Un drame, qui se déroule en 1977, qui se noue autour de l’histoire de ses personnages et de la manière dont ils se sont construits (et déconstruits) tout au long de leurs vies.

Intégration

Ce roman, d’une rare subtilité, décrit les réactions de cette famille à l’aune de leurs passés, dans une Amérique qui a tant de mal avec le concept d’intégration. Le père de famille est d’origine chinoise, seul asiatique entouré de blancs, tout comme ses enfants métis plus tard. Celeste Ng a clairement puissé dans son histoire personnelle, elle dont les parents sont chinois et ont débarqué sur le continent américain dans les années 60.

C’est sans doute ce qui fait la grande force de ce roman, tout sonnant tellement juste, rien n’étant surjoué. A travers un récit admirablement bien écrit, l’auteure dépeint tout en finesse les relations interpersonnelles de cette famille et des rares personnes qui arrivent à entrer dans ce cercle restreint.

Cérébral et émouvant

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est une magnifique histoire sur la différence, sur les pressions extérieures et intérieures ; un récit empli de non-dits qui décrit comment un tel drame peut se produire. Un récit sur la notion de perte également.

Oui, j’insiste, ce roman est un bijou noir, subtilement ciselé par Celeste Ng et son écriture délicate. Une manière admirable de raconter cette histoire, à la fois cérébrale et émouvante. Tête et cœur, un antagonisme qui se rejoint pourtant pour créer un livre formidable qui fait autant réfléchir qu’il ne touche. Un roman rare et une auteure à suivre de près, nouvelle étoile qui brille dans la voûte céleste littéraire.

PS : à noter, l’étonnante variation du titre français par rapport au titre original, qui change un peu sa compréhension : Everything I Never Told You.

Sortie : 03 mars 2016

Éditeur : Sonatine

Genre : roman noir

Traduction : Fabrice Pointeau

Notes :

Profondeur : 8/10

Dimension de l’histoire : 8/10

Psychologie : 9/10

Qualité de l’écriture : 8/10

Émotions : 8/10

Note générale : 8/10

4° de couverture

Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore…

Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus.

Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac.

Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés. Des secrets si longtemps enfouis qu’au fil du temps ils ont imperceptiblement éloigné ses membres, creusant des failles qui ne pourront sans doute jamais être comblées.

 

Advertisements


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

25 réponses

  1. Il m’attend bien sagement. Du coup tu as encore augmenté mon envie de le lire. D’autant qu’il se déroule en 77, année de mq naissance, un bon cru 😉 Merci

  2. Le pitch est sympa et tu nous dis que l’écriture est belle. C’est tentant 😊

  3. Comme je te le disais par ailleurs, diablement tentant… Je rajoute un post-it sur mon écran! J’ai bien du mal à y voir quelque chose, à force! 😉
    Amitiés.

  4. J’ai beaucoup aimé cette lecture, un livre à atmosphère, à ambiance, tout en justesse oui ! Je suis contente de voir qu’on en a eu le même sentiment. Bisous Yvan.

  5. Je me le note, merci 😉

  6. Tu deviens poète en en parlant! Comme c’est beau!
    Bon et bien je note (encooooooooooooooooooore)…..

  7. Mon carnet est rempli, j’ai plus de post-it, je fais quoi ?? Sur ma main ?? 😀

    « Tout ce qu’on ne s’est jamais dit »… mais on s’est tout dit, tu as même « lessivé » ton linge sale dans nos machines à laver ! 😆

    Bizarre, dans la V.O, c’est le « je » et dans la V.F c’est le « on » pronom impersonnel. Le je implique que c’est moi qui n’ai pas tout dit. Plus fort que le « on »… enfin, c’est un point de vue, comme lessiver, laver…

  8. Je le note sur ma liste de dealer ? T’en penses quoi ? Ma came ou pas ?

  9. Et hop…un de plus sur mon parchemin hihihi

Rétroliens

  1. Tout ce qu’on ne s’est jamais dit &...
  2. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2016 – De la 30ème à la 26ème place – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :