Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – 1ère place

classement

L’année 2015 est terminée, il est temps de vous proposer le classement de mes lectures de l’année. Par choix, ce classement ne concerne que les livres inédits parus en 2015.

Mais plutôt que de me paraphraser, comme l’an dernier j’ai souhaité donner la parole à d’autres lecteurs ou blogueurs. Quelques phrases pour un roman que je leur ai attribué, après avoir lu leur avis durant l’année. En droite ligne de ce que j’essaye de mettre en avant sur ce blog tout au long de l’année : le partage !

30 romans qui m’ont particulièrement marqué cette année, sur les 86 livres lus. Le choix et l’ordre des titres est donc le mien, les ressentis et les émotions sont ceux des autres ! Je n’ai joué que le rôle de Gentil Organisateur 😉. Un immense merci à tous les participants.

Voici le premier de mon classement. The number one, il numero uno, nummer eins.

J’ai voulu terminer en apothéose en demandant un avis à plusieurs des participants à ce classement. C’est parti pour le feu d’artifice avec ces douze ressentis !

Première place :

Henri Loevenbruck nous revions juste de liberté

Nous Rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck (Flammarion)

Lien vers ma chronique

Les cibles d'une lectrice à visée

STEF du blog Les cibles d’une lectrice à visée

Un roman qui ne laisse pas indifférent ! J’ai tourné la dernière page avec tristesse et une certaine colère tant j’étais prise par l’histoire. La liberté tout le monde court après, mais le personnage principal fait un road-movie avec elle. Et je vous garantie qu’on a envie d’être derrière lui.

Ce roman, tout en n’étant pas du tout moralisateur, va vous faire réfléchir dans bien des domaines. C’est la force de l’auteur. Et puis sa plume mes amis… pfiouuu, j’en ai encore le souffle coupé.

Cannibales lecteurs

DIDIER du blog Cannibales lecteurs

Très surpris au début par l’atmosphère de ce roman et son style volontairement naïf, je suis tombé peu à peu amoureux de ces personnages écorchés vifs, de cette quête furieuse de liberté, de cette ode flamboyante (et parfois cruelle) à l’amitié, et de la manière dont Loevenbruck raconte la route, l’Amérique, et bien sûr la moto, au cœur de ce périple.

Si ce n’était pas suffisant, le final, poignant, est venu me fracasser d’émotion, faisant de ce livre une superbe réussite, d’autant plus précieuse qu’elle est fragile et inattendue. Gros coup de cœur pour ce coup au cœur.

The Cannibal lecteur

BELETTE du blog The cannibal lecteur

Le road-trip m’a jamais pris aux tripes,
Le road-movie m’a jamais donné envie,
Ce genre de bécanes, c’était pas ma came…

Et pourtant, pourtant quel coup de cœur ce fut ! Quel voyage, quel pied, quelle descente aux Enfers j’ai vécu à un moment donné, lorsque je vis tant de souffrance endurées par certains personnages que j’appréciais…

Et quelles émotions j’ai eues durant tout le récit avec l’apothéose à la fin. Un monstrueux moment de lecture, un kiff total, des émotions comme s’il en pleuvait.

Oui, ce road-trip m’a pris aux tripes,
Oui, ce road-movie c’est comme de l’eau-de-vie,
Il te donnera chaud au cœur, à l’estomac,
Aux viscères te fera un Hiroshima
Et dans tes yeux, un Niagara…
Un roman que t’oublieras pas !

banniere-delph-la-bibliovore

DELPHINE du blog Delph la bibliovore

J’ai lu avec enthousiasme Nous rêvions juste de liberté car j’ai été happée par le dénouement de cette histoire et Hugo m’a touchée au plus profond de mon être. L’auteur a su écrire avec beaucoup de vitalité et de fragilité. Certes l’esprit rebelle est omniprésent mais une touche d’amitié se fait sentir.

Ces aventuriers sont non stop sur leurs bécanes, roulent à vive allure pour ainsi savourer une certaine liberté mais au final est-t-elle aussi savoureuse qu’elle en a l’air ?

Un road-movie à découvrir de toute urgence, c’est juste efficace et sublime.

Au pouvoir des mots

LAETITIA du blog Au pouvoir des mots

L’amitié, la liberté comme les leitmotivs d’une vie cabossée. Un récit rude, un récit brutal. C’est rêche, ça te laisse des bleus sur la poitrine. Mais quand même, ça déborde de poésie et d’espoir.

Un texte bouleversant et jusqu’au bout j’ai tenu la main d’Hugo, un jeune homme écorché. Une lecture qui fait gonfler le cœur au fil des pages jusqu’à débordement par les yeux quand on referme le livre. Du bel œuvre, Mr Loevenbruck.

Lehane-Fan

LEHANE-FAN lecteur avisé sur Babelio

LI-BER-TÉÉÉÉÉ !!!!!

Voilà ce que ce bouquin devrait vous donner l’envie de hurler d’une voix gutturale teintée de très légers trémolos :
1 – l’on vous prendra certainement pour un fou, et alors…
2 – option je la joue fine en invoquant l’imitation à s’y méprendre de Mel Gibson incarnant William Wallace dans Braveheart et je sauve ainsi la face tout en passant pour un cinéphile averti.

Bohem voulait vivre sans compromis, c’est ce qu’il fit en bouffant de l’asphalte au guidon de sa bécane, entouré de ses potes.

Nous Rêvions Juste de Liberté est un road-movie initiatique d’une puissance peu commune que l’on quitte le cœur débordant d’allégresse et les yeux emplis de larmes… 

cropped-david_banner_home-41

DAVID du blog C’est contagieux !

Roman d’excès, de brûlure de vivre, de soif de jouir, de rage au ventre et de cœurs meurtris, ce bouquin fait bouillonner notre sang.

Ce roman donne l’envie de se lever, de monter sur la table, de porter un toast et de hurler à s’en vider ses poumons à l’amitié indéfectible et éternelle et à cette soif inextinguible de liberté !

Sous les pavés... la page

NATH du blog Sous les pavés… la page

Rarement un titre aura frappé si juste et si profondément. Cinq petits mots, une simple phrase qui sont bien plus que le résumé d’un roman. Car ce roman là est unique. Peu de textes auront, à mon sens, aussi bien synthétisé le mot « liberté ».

Henri Loevenbruck a réussi là où d’autres ont échoué : sa quête initiatique vers un affranchissement total est un des plus beaux récits que j’ai pu lire jusqu’à présent. L’empathie est telle entre l’auteur et son personnage qu’elle transpire à travers les pores de ces pages et qu’à bien y regarder, Henri se fond dans le papier quand Hugo se fait chair.

Nous rêvions juste de liberté est un cri primitif, une longue complainte déchirante teintée d’amour. Et de liberté.

Collectif Polar

GENEVIEVE du blog Collectif Polar

J’ai lu le dernier Loevenbruck en lousdé. Je l’ai acheté pour l’offrir à un ami très cher, mais avant de le lui donner, j’y ai jeté un coup d’œil. Alors je l’ai lu rapidement, en biais. Trop rapidement sans doute…

Oui j’ai bien aimé le personnage de Hugo même si je l’ai trouvais plus caricatural que touchant. Oui j’ai aimé cet attachement aux livres et à la lecture comme moyen de rédemption.

Pour autant, je suis sans doute passée à côté de l’essentiel. Car ces amitiés viriles m’ont laissée de marbre. Je ne saurai expliquer pourquoi. Un livre trop « mecs » pour moi… Mais peut-être devrais-je le relire. Et le relire tranquillement.

Leeloo s'enlivre

LEILA du blog Leeloo s’enlivre

« Foutre dieu, ce livre m’a donné les foies ! » Si c’était Hugo alias Bohem qui avait à rédiger cette chronique, je suis sure qu’il l’aurait commencée ainsi ! Étant donné que c’est moi qui la rédige, je dirais que sur des centaines de livres lus, Nous rêvions juste de liberté est le deuxième à m’avoir arraché des larmes. Et je ne suis pas la seule…

Henri Loevenbruck sait mettre tout plein de mots qui coupent dans le ventre, et alors, ça fait du bien de saigner un peu. Et pour le citer « Dans la vie, je crois qu’il vaut mieux connaître ses vrais défauts que ses fausses qualités, vaut mieux surprendre que décevoir » Allez savoir pourquoi tout le long de la lecture, je faisais un parallèle entre Bohem et Chris Chambers (l’écorché vif de Stand By Me de Stephen King) (ceux qui me connaissent ne seront pas étonnés c’est mon film culte).

Pas besoin d’aimer la moto, mais si comme tout un chacun vous aimez la liberté, ce livre est pour vous. Une leçon de vie et un coup de cœur… au cœur, une claque que vous n’êtes pas prêt d’oublier ! Telles les 3 lettres gravées sur Lipstick, la moto de Bohem, LH&R, pour Loyauté, Honneur et Respect, je dis LH&R : pour le L : Lisez ce livre pour le H : c’est une HERESIE que d’être un lecteur et de passer à côté et enfin pour le R : Respect Monsieur Loevenbruck !!!

Des mots sur des pages

SOPHIE du blog Des mots sur des pages

Avec Nous rêvions juste de liberté, moi je rêvais juste que ma lecture ne s’arrête pas. La plume de Loevenbruck a une fois de plus su toucher d’une façon ou d’une autre avec ce road movie au personnage aussi particulier qu’attachant.

Suivre cette bande de bras cassés fut un grand moment d’émotions et de passion avec la sensation de sentir le vent fouetter mon visage tandis que nous roulions sur les routes traversées au cours du périple.

Lire ce bouquin, c’est accepter de garder ses personnages avec soi un petit temps, c’est accepter de se laisser marquer par l’histoire, c’est se dire que l’on n’en ressortira pas indemnes. Vivement le prochain …

Lord Arsenik

LORD ARSENIK du blog Les chroniques acides de Lord Arsenik

J’annonce la couleur d’office : si en 2015 vous ne deviez lire qu’un livre alors ce serait celui-ci !

Henri Loevenbruck fait partie de ses auteurs qui forcent l’admiration, le gars parvient à donner corps et vie à ses récits, quel que soit le genre abordé (fantasy, thriller, roman historique…). Je n’ai aucune hésitation à affirmer que ce mec à une plume en or. Et ce n’est pas ce roman qui me fera mentir, au contraire il ne fait que renforcer mon admiration pour ce formidable talent de conteur.

Cette fois l’auteur se met dans la peau de Hugo pour nous conter son parcours, avec ses mots à lui ; rassurez-vous même si c’est plus parlé que littéraire ce n’est pas non plus du charabia à la sauce djeun’s qui veut se la jouer racaille. On a vraiment l’impression d’être en face du narrateur, de l’écouter sans oser l’interrompre. Bravo et merci Monsieur Loevenbruck !

Merci pour ce road trip exceptionnel en compagnie de Hugo et ses potes. Un long périple à moto à travers les USA, avec des rencontres (bonnes et mauvaises) et des choix (bons et mauvais) mais surtout riche en émotions en tout genre.

Merci pour cette ode à l’amitié et à la liberté. Merci aussi pour cette belle réflexion sur la Liberté ; qu’est-ce être libre ? Faire tout et n’importe quoi au mépris de tout et de tous ? Pour moi on est davantage dans le registre de l’anarchie là, le concept est sympa aussi mais il a ses limites. Croquer la vie à pleines dents en essayant de faire le moins de tort possible aux autres ? Ca me semble pas mal comme définition, on a jamais dit que c’était facile d’être libre…

Il est temps pour moi de répondre à la question que tout le monde (personne serait sans doute plus réaliste) se pose : est-ce que j’ai versé une larmiche en lisant ce bouquin ? J’aurai pu répondre non car j’ai tenu bon mais l’épilogue m’a tuer !

Les motos et les bikers te laissent de marbre ? Tu kiffes pas les bandes de jeunes ? Moi non plus, mais ça ne m’a nullement empêché d’adorer ce bouquin. 

Et pour les liens du reste du classement :

Lien vers le classement de la 5ème à la 2ème place

Lien vers le classement de la 10ème à la 6ème place

Lien vers le classement de la 15ème à la 11ème place

Lien vers le classement de la 20ème à la 16ème place

Lien vers le classement de la 25ème à la 21ème place

Lien vers le classement de la 30ème à la 26ème place

Publicités


Catégories :Classements livres

Tags:

41 réponses

  1. Merci à toi de mettre à l’honneur ce roman.
    Bel hommage et quelle belle idée tu as eu

  2. Voilà, j’en étais certaine, oui certaine que ce titre allait être ton coup de coeur de 2015.
    Mais pourquoi, je suis passée au travers, moi ?
    Il va vraiment falloir que je le relise.
    Mais comme je suis heureuse d’avoir eu la patience de faire la queue à Saint Maur en poche devant cet auteur pour récupérer ce livre. L’avoir fait dédicacé afin de l’offrir à un couple d’amis qui m’avaient fait passer un super week-end lors de ce salon.
    Un seul regret, l’échange à Loevenbruck a été trop sommaire. J’ai eu l’impression d’être devant un auteur anglo-saxon. une petit signature et puis au suivant.
    Quand j’y repense, je crois aussi que cela à jouer lors de ma rapide lecture de ce titre. :/

  3. Il aurait pu y avoir mon billet aussi, tellement j’ai aimé ce roman d’un auteur que j’apprécie à chaque livre un peu plus. http://la-clef-des-mots.e-monsite.com/blog/lecture/lecture-en-cours-nous-revions-juste-de-liberte-d-henri-loevenbruck.html#

  4. absolument d’accord ! C’est LE livre de l’année 2015 pour moi aussi 😍

  5. Une évidence, ce bouquin ! 😉

  6. Hé ben !!! Si avec tout ça, il n’y a pas foule devant les librairies dans les jours à venir pour demander ce livre, c’est à n’y rien comprendre 😉
    Pour un peu, ça me donnerait envie de le relire !
    En tout cas, je te le redis ici, bravo et merci Yvan pour tout ce travail épatant 🙂

  7. J’en étais sure, quelle merveille de livre, je ne m’en suis pas encore remise.

  8. Wahou. Que de beaux avis sur ce livre. Min banquier ne vous remercie par le blogueurs!! Mais mois oui…

  9. Il ne pouvait en être autrement, s’il n’y avait qu’un roman à retenir de 2015, c’est bien celui-ci.
    Un grand merci à toi mon Yvan de nous avoir fait participer à cette merveilleuse épopée autour de tes 30 livres préférés.
    Ça fait plaisir de faire partie du pack, du MC 😍

  10. Et moi, je ne suis pas du feu d’artifice????! Snif
    Tous mes potes y sont!!!!Et j’adore leurs ressentis bravo à vous tous, vous donner bien envie!!!!!;)
    Bon sans rire c’est LE roman de l’année celui qui nous aura bouleversé et donné le temps d’une lecture des ailes….Bravo pour ce classement, tous ses souvenirs de lectures…..Merci Yvan pour tous ses partages, c’est une idée généreuse!!!!Belle année à toi, riche en découvertes et que 2016 nous réunisse encore en cœur devant un roman aussi éblouissant que l’a été Nous rêvions juste de liberté…….;)

  11. Bon visiblement, on ne peut pas passer à côté de celui-ci… Mais ça tombe bien, je l’avais déjà noté !! Reste plus qu’à en choisir 4 autres…

  12. Bon, première impression : Lehane-Fan est fidèle à lui-même, il n’a pas essayé de se polir le poil pour tes chroniques, comme je l’ai fait, ne plaçant pas de fines allusions au sexe dedans… Lord Arsenik est plus bavard que moi, moi qui ai aussi fait en sorte de ne pas dépasser les quotas imposés par le Tyran Yvan… PTDR

    « l’épilogue m’a tuer » c’est ce que j’écrirais aussi en lettre de sang si je me faisais assassiner… avé la fote faite exprès ! Bon, j’ai pô de jardinier non plus.

    Allez, rendez-vous au prochain bilan en 2017 !

  13. Quel roman. … je savais que ce serait lui le premier de ta liste 🙂

  14. Bonjour, je viens de m’inscrire

Rétroliens

  1. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 10ème à la 6ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 5ème à la 2ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 15ème à la 11ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 20ème à la 16ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  5. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 25ème à la 21ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  6. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 30ème à la 26ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  7. Nous rêvions juste de liberté – Henri Loevenbruck – Collectif polar : chronique de nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :