Re-vive l’empereur – Romain Puértolas

chronique littéraire

Romain Puértolas - Re-vive l'empereur

(Sur l’air de Marlbrough…)

Romain s’en va en guerre,

Marrons-nous, marrons-nous, mais sans haine…

Le « petit » ressuscité

Armé de son imagination et de sa verve légendaire, le voilà qui ressuscite Napoléon et l’envoie se frotter à Daech.

On savait l’auteur capable de nous narrer des histoires improbables. Un fakir dans une armoire Ikea, une femme qui apprend à voler pour aller voir sa fille. Des récits décalés, si drôles ; poésie de l’absurde. On ne l’imaginait sans doute pas s’attaquer à un tel sujet d’actualité au travers de sa plume déjantée.

Oser

Il fallait oser. Oser parler d’un sujet grave et d’une actualité brûlante. Oser tourner en dérision le célèbre (petit) grand homme, son entourage, nos « grands » hommes actuels et notre société contemporaine, sans tomber dans le ridicule. Osez Joséphine, disait l’autre.

L’histoire est folle, délirante, jouissive… et instructive.

Imaginez Napoléon qui trouve un bon appart dans un Formule 1 pour préparer son plan de guerre, entouré d’une armée à sa taille et à celle de son attribut disparu (ce n’est pas moi qui l’affirme). Oh, et puis n’imaginez rien, et laissez vous emporter par cette vague continue de bons mots et de situations ubuesques.

Pétaradant

Romain Puértolas a une idée par phrase. Son humour a le débit d’une Kalachnikov, mais fait éminemment moins de dégâts. On se gausse, on s’esclaffe devant son talent unique et irrésistible, à brocarder, ridiculiser et parodier notre monde.

Mais pour que Re-vive l’empereur, accumuler juste des blagues au kilomètre ne pouvait pas tenir la distance tout au long d’un roman de 350 pages. L’auteur ne pouvait décemment pas faire n’importe quoi, même s’il se permet tout. Le récit est donc très documenté : j’en ai bien plus appris sur le Napo en quelques heures, qu’en plusieurs années d’école. Bref, il n’y a pas meilleur que l’école du rire. Et mine de rien, entre les blagues, certains passages sont d’une touchante profondeur.

Bicorne

La première pointe de son bicorne littéraire, Romain Puértolas l’avait ciselée de sa plume dans le cadre du recueil de nouvelles Nous sommes Charlie, où dans son histoire nos humoristes partaient en guerre, armés de leurs crayons de couleur. La seconde pointe est donc cet irrésistible roman, d’une réussite tout aussi improbable que son sujet.

Oui, je tire mon chapeau (phrygien) à l’auteur pour avoir réussi haut la (les) main(s) à me faire rire, sourire, pouffer sans jamais perdre le rythme soutenu qu’il impose à ses blagues. Il n’est pas là pour tenter de trouver une solution au grave problème actuel (l’aboutissement de la bataille de Napoléon contre les terroristes étant pour le moins… particulière). Non, il nous rappelle que l’humour est un blindage contre l’horreur, et une défense qui ne doit jamais tomber. Il défend la notion de tolérance aussi, c’est juste une évidence.

Cocarde

J’ai rarement jubilé à ce point au travers de la fantaisie d’un auteur, tout en me sentant connecté au monde. Je décerne donc la cocarde humoristique à Romain Puértolas.

Tiens, pour la peine, je vais aller relire un passage au hasard, juste pour me mettre de bonne humeur pour la journée.

Sortie : 30 septembre 2015

Éditeur Le dilettante

Genre : Humour

Lien vers mon interview réalisée avec Romain Puértolas au sujet de ce roman

Notes :

Profondeur : 8/10

Dimension de l’histoire : 8/10

Psychologie : 8/10

Qualité de l’écriture : 8/10

Émotions (le rire c’est la vie) : 9/10

Note générale : 8,5/10

8.5

4° de couverture

Maintenu en parfait état de conservation par les eaux glaciales de la mer du Nord, repêché par un chalutier, puis décongelé, Napoléon Bonaparte revient à la vie au moment des attentats djihadistes de Paris, juste à temps pour sauver le monde…

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, ,

30 réponses

  1. ça donne envie.. Merci pour cette découverte

  2. Ah tu vois que toi aussi tu te mets à la chansonnette!!!!Belette nous aura donc converti sur ce point!!!!mdr
    Bon et bien , je note encore une fois cet auteur, et j’apprécie cette chronique plein de lumière en ce lundi matin pluvieux!!!!Merci avec le café ca passe super bien!!!!;)

  3. J’ai beaucoup aimé le fakir et l’humour permanent qui entoure un sujet, somme toute aussi grave que celui des migrants. j’ai « la petite fille » dans ma Pal, et nul doute que ce dernier devrait y trouver rapidement une place.
    Amitiés…

  4. J’éviterai le chapeau frigide… phrygien et je verrai si je me laisse tenter par les cornes avec un bi. Pour le reste, parait qu’il était pas si petit que ça, l’homme, mais qu’il faisait dans les 1,75m, ce qui était grand pour les standards de l’époque. 😉

  5. Je me le note en pense-bête… même si mon incommensurable PàL n’a pas besoin de ça !

  6. Fraîche et lumineuse cette chronique. Il faudra bien qu’un jour je me laisse emporter dans l’univers de Puertolas

  7. Ha ha! Je regrette d’être autant à la bourre et de ne pas avoir lu ta chronique plus tôt! !
    Osez Josephine. ! Excellent!
    Ça me donne très envie. Plus que le fakir en tout cas 🙂

  8. Je sais pas le livre mais ta chronique me fait trop marrer.
    Merci mon ami pour ce sourire matinal 🙂
    C’est vrai aussi que l’idée de dépard de l’auteur est drôle.
    mais attention que l’on ne se retrouve pas tous à Sainte Hélène 😉

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Re-vive l’empereur – Romain Puértolas | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 25ème à la 21ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. 33e foire du livre de Saint-Louis – 23 avril 2016 | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. 33e foire du livre de Saint-Louis – 23 avril 2016 – Compte-rendu | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :