La fille du train – Paula Hawkins

chronique littéraire

-Hawkins-Train-Exe

La fille du train est présenté comme la nouvelle sensation du thriller psychologique, à embarquer dans le même wagon que Les apparences de Gillian Flynn.

Feutré et étouffant

Il n’est pas faux de lui trouver une filiation avec sa manière de brouiller les pistes. Mais nous sommes ici bien loin de l’ambiance américaine. Paula Hawkins est anglaise, et son style à la fois feutré et étouffant le rappelle bien.

Amateurs d’action et de rythme effréné, changez de quai et montez dans un TGV classique. Pourtant vous prendrez ici aussi un TGV : un Thriller de Grande Valeur, il prend son temps pour arriver à destination.

A la dérive

Une fois ferré, le lecteur devient vite obsédé par cette histoire  qui le plonge dans une ambiance pesante et lui fait côtoyer des âmes à la dérive.

Obsessionnelle même, à l’image de ces personnages de femmes déboussolées, perdues dans le vide de leurs propres existences. Un train-train quotidien qui déraille pour un rien, comme la dépression et l’alcoolisme de la principale protagoniste qui rend son récit peu fiable (l’histoire est contée à la première personne, alternativement entre plusieurs personnages).

Mécano

Une bonne accroche, mais un récit qui semble démarrer de manière un peu banale. Mais  attention, un récit peut en cacher un autre ! L’auteure l’aiguille avec maestria, entre amour, folie, rapport à la maternité et excès des sentiments. Tel un bon mécano huile les engrenages à la perfection.

Voyeur

Très vite, le lecteur devient voyeur. Cette intelligente construction narrative sépare le matin du soir, jour après jour ; sorte de compte-rendu entre espérances et réalité.

Et quand il est difficile de faire confiance aux narrateurs, très vite la suspicion et les questions s’installent.

Paula Hawkins fait preuve d’une maîtrise hors-norme dans ce premier roman d’une justesse psychologique et d’une profondeur étonnantes. La mise en train peut sembler lente, mais elle mène son convoi sans jamais dévier de son objectif ; un faux train de sénateur qui s’emballera lors d’un final de toute beauté. Le genre de ligne d’arrivée qui vous laisse sans voix (voie ?).

Avec sa lenteur assumée, La fille du train est un roman psychologique de première classe. A coup sûr, une destination qui laissera des traces dans les souvenirs des lecteurs qui iront au bout du voyage.

Sortie : 07 mai 2015

Éditeur : Sonatine

Genre : Thriller

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥

Dimension de l’intrigue : ♥♥♥♥

Psychologie : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥

4° de couverture

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée.

Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ?

Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

44 réponses

  1. Whoua, tu l’as déjà lu, moi je l’attends encore. peut-être dans 1( jours pour le prochain comité polar ;).
    Une nouvelle fois, pourrais-je utiliser tes mots pour le présenter sur notre liste d’achats ? 😉

  2. J’aime bien ta nouvelle définition de TGV… Encore un que j’ai envie de lire (vous ne seriez pas embauché par les éditeurs Mr Gruznamur ? Si ce n’est pas le cas, ils devraient !!)

  3. Intéressante, ta chronique ferroviaire, mon cher Yvan. J’espère avoir l’occasion d’embarquer prochainement sur cette ligne, que j’avais déjà repérée pour un futur voyage.
    Un petit post-it de plus sur mon écran! 😉
    Amitiés.

  4. c’est effectivement un premier roman très réussi ! Je me garde le nom de l’auteure sous le code et attends au tournant son prochain titre (en espérant qu’il soit si bon).

  5. J’adore ce TGV et cette chronique qui déchire 🙂 merci Yvan 🙂

  6. Monsieur Yvan, vous êtes un virtuose 🙂
    Bon, encore une chouette chronique, qui aiguille (je me permets de filer un peu la métaphore, moi aussi !) la curiosité sans trop en dire.
    Prévu dans mon programme de lecture la semaine prochaine, j’ai hâte de pouvoir m’y plonger.

  7. Effectivement le jour J ;), ce train là n’a pas eu de retard à ce que je vois;)….Une lecture pleine de Grande Lignes d’Emotions….Jolie chronique 😉

  8. Un truc de voyeur dans le train ?? Mais c’est déjà noté, mon grand !! Stelphique, ma diabolique binôme de LC m’a déjà pervertie pour l’achat de ce livre… Bien ri avec ton TGV…

    Bon, et la suite ?? On l’appellera comment ?? La fille du métro ?? mdr

  9. c’est bon Yvan, tu m’as convaincu, je composte mon billet !!!!

  10. Je guettais des avis pertinents avant de me laisser tenter, bin voila c’est fait 🙂

  11. J’ai bien envie d embarquer moi aussi!!

  12. Oh yeahhhh…je l’ai…mon billet de train…je le prends dès que j’ai un long moment devant moi car je n’aime pas devoir changer de quai!!!

  13. Wouah ! Voilà un certain temps que je n’avais pas fait un tour sur ton blog. Et bien ça fait du bien de lire de nouveau une superbe chronique. Tu as incroyablement progressé, et en plus tu sais toujours susciter le désir de lire l’oeuvre que tu proposes. A lire d’une traite je suppose !

  14. A lire le temps d’un voyage en TGV ?

  15. Je viens de le lire et de le chroniquer : je pense que j’ai un poil moins aimé que toi (même si nous accordons la même « note ») mais j’ai passé un excellent moment de lecture, et j’ai adoré ressentir l’angoisse de Rachel !
    Des bisous Yavn ❤

  16. Prise d’une crise de boulimie incoercible, je suis allée à la librairie (avant ma séance de ciné bouleversante: « la tête haute ») et suis ressortie avec ce bouquin (entre autre !). Entre ton avis et celui de mon magasine fétiche- ELLE- oui;.. je sais…, je ne pouvais pas y échapper !

  17. Il est dans ma PAL depuis Noël, je n’en entends que du bien; j’ai hâte de m’y plonger !

Rétroliens

  1. La fille du train – Participation à la chronique RTL | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Livre : La chronique d'Yvan Fauth - The british Touch - Les déblogueurs
  3. Au fond de l’eau – Paula Hawkins – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :