Les hirondelles de Kaboul – Yasmina Khadra

chronique littéraire

Pour cette fois, je laisse la parole à ma tendre moitié, qui nous fait passer une énorme émotion suite à la lecture de ce roman. Une histoire datant de 2002, mais qui est toujours cruellement d’actualité.

Bouleversée…

Merci Monsieur Khadra d’avoir su me toucher à ce point…

Kaboul. Kaboul la poussiéreuse, l’écrasante, l’étouffante… Kaboul en ruine sous la coupe des Talibans. Haine, compassion, horreur, amour au sein même de l’indicible, montagnes russes d’émotions contradictoires. Des larmes…

Toute la difficulté de rester homme ou femme dans cette ville ravagée par des archaïsmes. Arriver à préserver son humanité face à la peur, au cœur d’un système aux valeurs corrompues, tout cela au travers de personnages si réalistes.
Défense de la condition des femmes bien sûr, mais aussi des hommes qui subissent cette vie sans plus trouver leur place.

Alors, à tous ceux qui pensent qu’un tachdri n’est pas si grave, que ce n’est qu’un bout de tissus et que les femmes n’ont qu’à dire non, à eux qui pensent que la liberté en France n’est plus qu’un vain mot, qui prétendent la quitter à chaque coup dur, rendez-vous avec ces hirondelles…

Merci Monsieur Khadra, une de ces hirondelles restera à jamais tatouée sur mon âme.

Dominique

Les hirondelles de Kaboul Yasmina KhadraLes hirondelles de Kaboul Yasmina Khadra 2

Sortie : 2002 (2004 pour la version poche)

Éditeur : Julliard / Pocket

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥♥

Psychologie : ♥♥♥♥♥  

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥ 

Émotion : ♥♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥♥

4° de couverture

Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là des exécutions publiques, les Taliban veillent.

La joie et le rire sont suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l’obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n’a plus d’autres histoires à offrir que des tragédies. Le printemps des hirondelles semble bien loin encore…

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:,

47 réponses

  1. Enfin une touche féminine ici !!! et une magnifique touche 🙂 Merci Dominique !!

  2. Très bel avis Domi 😉 l’ambiance me rappelle  » Mille soleils splendides » de Hosseini..

  3. Ouah……Et bien c’est sur que si je le vois je ne ferais pas l’impasse dessus….Merci pour la découverte 😉
    C’est un Monsieur l’auteur? je ne pensais pas….^^
    Et bien à vous deux vous formez un super duo/ couple de bloggueurs!!!!!Vos chroniques sont percutantes!!!!;)

    • Oui, ce sont les deux prénoms de sa femme, une façon de lui rendre hommage pour le soutien qu’elle lui a apporté durant de nombreuses années. Un musulman qui met ainsi une femme à l’honneur, c’est tout un symbole

  4. J’adore quand Domi prend la plume. C’est trop rare ma poulette 🙂
    En tout cas tu es convaincante 🙂

  5. Très belle chronique, Domi, qui pourrait m’inciter à sortir de mon univers plus « noir » d’habitude.

  6. Bon…autant le dire de suite…ce genre de lecture n’est du tout mon truc…mais bon…je ne me suis pas voilé les yeux…& j’ai lu avec plaisir cet avis…de lecture !

  7. Bon…autant le dire de suite…ce genre de lecture n’est pas du tout mon truc…mais bon…je ne me suis pas voilé les yeux…& j’ai lu avec plaisir cet avis…de lecture !

  8. Belle chronique, l’émotion passe par tes mots…

  9. Elle écrit bien ta tendre… Elle devrait le faire plus souvent. 🙂
    Pour le livre, c’est le seul que j’ai lu de cet auteur, il m’avait bouleversée aussi.
    J’ai été un peu étonnée de trouver l’auteur aux quais du polar. Cependant il est tellement sympathique qu’on a envie de tout lire de lui…

  10. Merci, oh merci Yvan de faire une belle place au mot de ta tendre moitié. Car elle seule sait aussi bien mettre des mots sur mes ressentis de lecture.
    J’ai lu ce titre à sa sortie et j’avoue que j’ai était plus révoltée que bouleversée.
    Mais le titre qui m’a le plus marquée, outres ses romans policiers algériens, c’est l’attentat.
    Un livre que je recommande souvent à mes lecteurs. 😉
    Alors merci, oh merci Domi pour ces mots que tu place si bien sur mes ressenti de lecture. 🙂

  11. Waouhhh mais quelle plume ma Tata!! Bravo!! Tu devrais écrire plus souvent! Ce n’est pas mon genre de lecture mais tu as réussi à me chambouler et à m’émouvoir donc je note!!!!

  12. Merci beaucoup Dominique! Ma soeur, dont c’est le livre préféré me pousse depuis longtemps à le lire, tu m’as encore plus convaincue 😉

  13. Bon, si avec ça je ne l’ajoute pas, je n’y comprend rien ! En voyant le titre de la chronique, je me suis dit « Tiens, Yvan qui va sur un sentier que je ne lui connaissais pas » et puis, j’ai compris, c’était la chronique de madame !! 😛 Bravo, faudrait qu’on te lise plus souvent 😉

  14. Un beau billet qui ma rappelle à quel point j’avais aimé L’Attentat, un vrai choc !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :