Les réponses – Elizabeth Little

chronique littéraire

Les réponses Elizabeth LittleQuand on sort de prison pour vice de procédure, après 10 ans d’emprisonnement pour meurtre, la seule chose qui compte c’est de trouver Les réponses (surtout lorsque l’on se croit innocent).

Psychologie à l’anglo-saxonne

Bienvenue à Elizabeth Little et son premier roman qui nous plonge dans cet univers du thriller psychologique que les auteurs anglo-saxons maîtrisent si bien. La quatrième de couverture cite Gillian Flynn et S.J. Watson, mais ne vous fiez pas aux apparences, on n’est pas dans une pâle resucée de ces deux romans, et vous allez avoir du mal à lâcher le livre avant d’aller dormir.

Un bon thriller psychologique, c’est : une bonne histoire, de vraies surprises et surtout (oui surtout) des personnages mémorables. Ce roman met en avant le personnage de Janie Jenkins, sorte de Paris Hilton (avec l’option cerveau en plus) qui se retrouve propulsée de sa « belle » vie de fashion victim et d’ado insupportable à celle d’ex-détenue à la recherche de la vérité (sur les traces de son passé).

Personnage attachant

La première grande réussite du bouquin est d’arriver à ce que l’on s’attache presque immédiatement à ce personnage qui a pourtant tout pour qu’on le déteste. Parce que Jenkins en a dans la caboche et n’est pas qu’une tête à claques, parce qu’elle montre immédiatement ses failles intérieures après son long enfermement (le roman est écrit à la première personne). Oui, c’est une « héroïne » des temps modernes, totalement en phase avec cette société actuelle qui met tant en avant le coté futile ; un personnage qui tombe de haut et essaye de se raccrocher aux branches.

La seconde réussite du roman tient à l’écriture d’Elizabeth Little, résolument moderne et d’une maîtrise étonnante pour un premier roman. Elle use (sans abuser) de trouvailles (chapitres entrecoupés d’articles de presse ou encore de conversations SMS qui apportent un autre éclairage au personnage principal). Et surtout, elle fait montre d’une formidable verve, enfilant les traits d’esprit comme autant de perles, avec un ton mordant et sarcastique assez jouissif.

Accumulation de qualités

Si l’on rajoute que l’intrigue est suffisamment originale pour qu’on n’ait pas l’impression de relire un énième roman du genre ; si on insiste sur le fait que les personnages secondaires sont assez atypiques et que l’environnement général nous plonge dans une Amérique profonde bien loin de Beverly Hills ;

si l’on souligne que le tout est brodé sans violence ni rebondissements inutiles, avec pour autant de vraie surprises au fil des pages, et que l’on termine par relever l’intéressante peinture au vitriol de notre société, ça fait beaucoup de qualités accumulées.

Vous recherchez un divertissement intelligent, un récit tout en psychologie et le genre de plume qui vous fait vous pâmer de contentement ? Les réponses à vos recherches sont dans le premier roman épatant d’Elizabeth Little.

Sortie : 12 mars 2015

Éditeur : Sonatine

Traduction : Julie Sibony

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥

Psychologie : ♥♥♥♥  

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥

4° de couverture

Après un procès qui a passionné l’Amérique, la jeune Janie Jenkins est reconnue coupable de l’assassinat de sa mère, la très fortunée et très mystérieuse Marion Elsinger. Dix ans plus tard, suite à une enquête sur la manipulation de preuves par le laboratoire de police scientifique de L.A, Jenkis sort de prison, sa libération scandalise le pays, convaincu de la culpabilité de la riche héritière.

Janie est-elle coupable ou innocente ? Elle-même n’en a pas la moindre idée. Trop ivre la nuit du meurtre, elle n’a plus aucun souvenir de ses faits et gestes. Ne lui reste en mémoire que les deux derniers mots prononcés par sa mère, deux mots mystérieux qui vont la conduire à aller chercher les réponses à toutes les questions qu’elle se pose dans une petite ville du Middle West.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

39 réponses

  1. Ah, et bien , tu nous l’as bien vendu celui-là…
    C’est malin, tiens, maintenant, je n’ai plus qu’une envie : courir l’acheter ..
    Si tu la dépeins avec autant de qualités, cette fashionista ne peut que nous attirer…. ( bien que d’habitude ce n’est pas vraiment ma tasse de thé ; mais pour une fois qu’une bimbo a un cerveau 😉 ) ça donne envie d’aller la rencontrer… 🙂

  2. Ca a l’air pas mal 🙂

  3. Il va vite falloir que je le sorte de ma PAL, j’espère qu’il me plaira autant qu’à toi ^^

  4. Ouah….J’allais le commencer aujourd’hui, là je meurs d’envie de m’y mettre et je me frotte les mains de ce plaisir de lecture à l’avance!!!!!;)

  5. ah et au fait (ben oui c’est le matin et j’ai pas bu mon café…)………Bravo les jeux de mots/titres, je suis fan, c’est bien inséré!!!!;)

  6. Je prévois de le lire ce mois-ci, j’ai un bon pressentiment !

  7. Et bien moi j’ai trouvé ce titre un peu mou…

  8. « avec l’option cerveau en plus » et là je me marre !! mdr. Ok, je note ce titre.

  9. Tu en parles joliment bien.
    C’est vrai que c’est un roman psychologique parfaitement maitrisé.
    Merci pour ce retour de lecture, sire Yvan.

  10. Tu le sais déjà mais je te le dis quand même: Je craaaaaaaaaaaque!!!!!

  11. Sonatine je fonce, Sonatine + éloge du Gruz je fonce tête baissée… Et voilà, il vient d’entrer dans ma PàL

  12. Un chouette billet .. ça donne envie .. il est sur la liste 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :