Mr Mercedes – Stephen King

chronique littéraire

Stephen King - Mr MercedesAvec ce Mr Mercedes, Stephen King s’est t-il lancé un défi ludique à lui-même ? Écrire un polar tout ce qu’il y a de plus classique tout en prouvant que, même dans un style littéraire qui n’est pas habituellement le sien, il sait tirer son épingle du jeu ?

Esprit joueur

Le King a passé l’âge de devoir prouver quoi que ce soit, et j’ai traversé cet exercice de style avec le même esprit « joueur » que lui. Je peux même dire (moi qui suis un grand habitué des polars et des thrillers) que j’ai très vite (volontairement) gommé le poids du passé de l’écrivain pour entrer à fond dans son récit.

Parce que Stephen King est, quelque que soit l’histoire racontée, un conteur hors pair. Il a su mélanger les ingrédients du polar traditionnel et y saupoudrer ceux du thriller moderne. La trame de base est très bien trouvée et le traitement de l’intrigue maîtrisée de bout en bout.

L’idée de cette sorte de combat de coqs à distance, entre un flic désœuvré face à sa retraite et un criminel névrosé qui n’est pas si caricatural qu’il n’y paraît, est formidable. Rien que l’analyse de l’écrivain King, sur la relation épistolaire entre les deux personnages, vaut son pesant de cacahuètes.

Retournements

Classique peut être, mais l’auteur ne s’interdit rien, ose faire mal à ses personnages, ose « désacraliser » une certaine violence bien mieux que certains de ses compères américains. Je peux même vous assurer que plusieurs retournements de situation sont totalement imprévisibles et qu’ils vous secoueront (alors que vous sembliez vous complaire dans une certaine zone de confort quelques lignes avant).

Là où l’on retrouve l’incomparable patte de Stephen King, c’est dans cette propension à soigner l’aspect psychologique de ses personnages. Une fois de plus, très vite, ils sortent de leur forme de papier pour prendre littéralement vie. Que ce soit avec cet ex-flic, avec ses acolytes pour le moins atypiques (quelle « équipe » singulière, qui n’arrête pas de nous surprendre page après page) ou avec ce psychopathe qui est loin du traditionnel tueur en série de beaucoup de romans actuels.

Parce que mine de rien, même si ce roman reste avant tout un divertissement, l’écrivain fait passer quelques messages. Des messages sous forme d’instantanés d’une époque actuelle où la menace se transforme en terrorisme au quotidien, dans une société gangrenée par le chômage, la crise ou encore la malbouffe. L’Amérique (le monde) dans toute sa décadence.

Violence et Humanisme

Mais à l’image de ses derniers romans, le King transperce cette histoire de fulgurances humanistes, de moments de fraternité et d’amour absolument magnifiques. Pas dans le cadre de relations entre ados comme dans ses romans des années 80-90, mais entre adultes. Nous sommes beaucoup de lecteurs à avoir développé notre vie en parallèle des livres du romancier et lui-même a profondément évolué ces dernières années (moins dans l’horreur et davantage dans les sentiments).

Il y a donc un vrai aspect ludique du récit aussi : ces clins d’œils habituels à ses romans passés (ce n’est pas la première fois qu’une voiture tient un rôle important), la volonté de proposer une structuration familière mais résolument moderne (les nouvelles technologies sont une des bases de l’intrigue) ou encore la référence à de nombreuses séries TV.

Et puis il y a ce que j’appelle les amorces « à la King », une phrase qu’il vous jette en pleine face et qui claque comme un coup de fusil, vous déstabilisant et vous plongeant dans mille questionnements. Pour ça aussi, c’est un maître.

Classicisme assumé

Le classicisme assumé de ce nouveau Stephen King risque de perturber certains de ses fans, voir leur déplaire s’il ne cherchent pas à se détacher de son illustre passé. Pour ma part, j’ai pris un plaisir énorme avec ce roman.

Cette histoire m’a passionné, je me suis attaché aux personnages au point de littéralement trembler pour eux, j’ai vécu à fond ce suspens haletant et j’ai pris un plaisir immense avec cette écriture si expressive. Même dans un genre un peu atypique pour lui, je trouve qu’il éclate une bonne partie de la concurrence (et ce sur leur propre terrain).

Pour les habitués de ce genre littéraire, qui ne connaîtraient pas le King, ce roman peut être une intéressante et captivante porte d’entrée. Mr Mercedes est un excellent roman de genre, King ou pas King.

Sortie : 28 janvier 2015

Éditeur : Albin Michel

Traduction : Océane Bies et Nadine Gassie

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥

Psychologie : ♥♥♥♥ 1/2 

Qualité de l’écriture : ♥♥♥ 1/2

Émotion : ♥♥♥♥ 1/2

Note générale : ♥♥♥ 1/2

4° de couverture

Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l aube glacée, des centaines de chômeurs en quête d un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces.

Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

40 réponses

  1. Je me doutais bien qu’elle n’allait pas tarder à venir cette petite chronique. Bien vu, bien pensé, bien écrite…..com’ d’hab ! Merci , Yvan

  2. Bon, j’étais curieux de ce King polardesque, qui inaugure apparemment un cycle de trois romans du genre, me voilà harponné. A lire donc ! Merci Yvan 🙂

  3. Je le veux!!!!!!!!!!!!!!Il me le faut de toute urgence!!!!!J’avais meme pas vu la date de sortie…………:(
    Une future trilogie qu’il me faudra acquérir et faire troner a coté de tous les autres de ma bibliotheque…..Ahhhhhhhhhhhh King…………….

  4. Argh, mais vous le faites exprès, les mecs ? Oui, toi et Lord, vous publiez en même temps alors que moi je suis encore assise sur le siège passager !

    Non, je ne veux rien savoir des retournements bruts alors que j’étais dans le confort… mince, j’aurais pas du te lire, là, j’angoisse déjà 😛

  5. Moi non plus je n’aurai pas dû lire cet article, comment ne pas avoir envie de livre ce bouquin après avoir lu ça ?? Impossible.

  6. Ce fut un plaisir de lire ta chronique, mais je ne le lirai pas quand même, pourtant tu m’as convaincu.
    Et maintenant il va falloir que je trouve quelqu’un qui m’en raconte un peu plus 😉

  7. J’ai hâte de le sortir de ma pal ^^

  8. Je sors de ma librairie favorite (sans livre…un truc de dingue…va neiger…) je l’ai vu, j’ai hésité et l’ai laissé. Finalement, mes vacances seront littérature blanche !

  9. De la balle ce bouquin ! Et nos posts synchro à l’insu de notre plein gré, trop bon !!!

  10. Je vous lis régulièrement et j’apprécie cet article sur King. Je reviendrai le plus souvent possible. C’est superbement écrit, Quel plaisir de vous lire 😉

  11. C’est pas possible ça!!!! Deux superbes chroniques tentantes….vous le faites exprès ou quoi???? Monsieur Fred et monsieur Yvan…vous n’avez donc aucune pitié ou quoi!!!!!

  12. Super article bravo. Ça donne envie de le lire 🙂

  13. superbe billet ! Je viens de finir l’excellent « Mr Mercedes » et je fais mention de votre chronique, parfaite 🙂

Rétroliens

  1. « Mr Mercedes est quelqu’un de très intelligent qui se trouve être fou.  | «Cunéipage
  2. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2015 – De la 15ème à la 11ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Romans – Ma sélection des sorties en poche 2016 | EmOtionS – Blog littéraire et musical – Chroniques, avis, comptes-rendus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :