Jeudi noir – Michaël Mention

chronique littéraire

Jeudi noir Michael Mention8 juillet 1982, demi-finale de la coupe du monde de football, France-RFA.

Une date et un événement qui ont marqué des millions de français, et sont entrés dans l’inconscient collectif de tout un pays. Un match qui a dépassé son simple statut de manifestation sportive pour s’inscrire dans l’Histoire.

Bien davantage qu’un match de foot

Oui bien davantage qu’un match de foot, c’est ce que Michaël Mention veut faire passer à travers ce (très) étonnant roman, totalement inclassable.

A la croisée des chemins, l’auteur en invente carrément sa propre route avec ce récit. Il nous fait vivre minute par minute ce match de légende à travers les yeux et les pensées d’un joueur fictif, sorte de douzième homme sur le terrain.

Il a beau être fictif, ce joueur est totalement intégré dans l’action, et nous, totalement plongés dans sa tête. Ce qui pourrait n’être qu’un simple documentaire, en devient un récit brûlant. Un brûlot même parfois.

Pamphlet, tribune, voire tribunal

Mention utilise cette rencontre sportive de manière si étonnante et si créative ! Il la modèle, la tord dans tous les sens. Au fur et à mesure, ce qui n’était qu’une description en temps réel se transforme tour à tour en pamphlet, en tribune, voire en tribunal.

A travers le match, c’est aussi du contexte politique ou économique de l’époque dont il est question, mais également du passé si compliqué entre les deux nations. Au fur et à mesure de l’avancée de la partie et de la fatigue du joueur fictif, les relents d’un passé difficile remontent à la surface, tout comme de sombres et nauséabondes idées nationalistes et racistes. Et ces idées résonnent bien au delà du passé…

Et c’est là où explose tout l’incroyable talent de Michaël Mention. Ce Jeudi noir se fait subitement polémique et l’auteur va loin, très loin (trop pour certains ?). C’est une belle idée que d’utiliser le ton de la controverse pour au contraire condamner les débordements et laisser chacun se faire sa propre opinion. 

Oui, l’auteur frappe fort, tacle parfois au niveau du genou pour mieux dénoncer et pour rétablir certains faits (concernant le match, mais pas seulement).

Mal de bide, trente ans après

Ce livre est un OVNI qui dépasse largement le cadre footballistique tout en restant le récit d’un passionné du jeu. A l’image de son style d’écriture nerveux et si expressif, au point qu’il nous recolle mal au bide plus de trente ans après. Sacrée performance ! 

Et puis ce roman est une nouvelle fois toujours rythmé par le rock, comme Mention aime si bien le faire, et toujours avec un bel à-propos.

En 1982, j’avais 14 ans, j’ai vécu ce match avec mes yeux d’enfant, en toute naïveté, sans en comprendre tout le contexte, et je me souviens encore parfaitement de cette expérience. Michaël Mention vient de me la faire vivre d’une toute autre manière, brutale mais salutaire.

Mon interview de l’auteur au sujet de ce roman

Sortie : 05 novembre 2014

Éditeur : Ombres noires

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥

Psychologie : ♥♥♥ 

Qualité de l’écriture : ♥♥♥ 1/2

Émotion : ♥♥♥ 

Note générale : ♥♥♥ 

4° de couverture

8 juillet 1982, Séville. Coupe du monde de football, demi-finale France-R.F.A.

L’ambition contre l’expérience. L’espoir porté par Mitterrand contre le fatalisme du mur de Berlin. Et pour les deux équipes, une même obsession : gagner sa place en finale.

Face aux puissants Allemands, Platini, Rocheteau, Giresse… une équipe de France redoutable. Mais le pire s’invite : les coups pleuvent, le sport devient guerre, et la mort arbitre.

Pour la première fois, le match mythique vécu en direct, sur le terrain. Une expérience radicale, entre exaltation et violence.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, ,

24 réponses

  1. J’ai une grosse lacune dans ma culture générale. ..Le foot … et je ne sais pas du tout ce qu’il s’est passé lors de ce fameux match. … et je l’avoue sans honte 🙂
    Quelqu’un m’a dit il y’a peu que tu manquais d’inspiration?? C’est qui cet hurluberlu ? 🙂

  2. J’étais en Afrique à cette date là, et nous étions une dizaine d’expatriés Français à suivre ce match. J’en suis resté groggy et dégouté du football pendant de longs mois. Comment l’arbitre, à deux pas de l’action, n’a t-il rien vu de la tentative de meurtre d’un Schumacher sous influence?
    Il avouera lui même, quelques années après, qu’il était « chargé » lors de ce match.
    Je lirai ce livre avec intérêt quand viendra son tour…
    Amitiés. 🙂

    • Oh que de souvenirs pour toi aussi alors, mon ami 😉
      Si tu lis le livre tu verras comment Mention replace chacun devant ses responsabilités. Pourquoi ne parle t-on jamais du juge de touche ?
      Et puis arriver à faire un roman aussi étonnant sur ce sujet relève du génie 😉

  3. Je n’étais pas née mais appréciant le foot, j’en ai très vite entendu parler. Chaque fois que je vois les images, j’en ai des frissons ! je peux imaginer ce que les supporters ont du ressentir, je pense notamment à mon père et mon grand-père. Du coup, tu peux imaginer combien ce livre m’intéresse et j’en note précieusement le nom ! 🙂
    Merci pour cette nouvelle découverte.

  4. Très beau compte rendu du match cher ami.
    J’ai plongé dans ce livre comme on plonge des le temps. Et ma remonter fut surprenante.
    Tu le sais j’ai adoré ce livre, pas pour le match en lui m^me, mais bien pour toute la palette de sentiments qu’il a su susciter en moi.
    Je voudrais, aussi, dire merci, à l’auteur pour ce récit.

    • Il avait tellement peur Michaël mention de l’accueil de ce livre, peur de s’en prendre plein la tête.
      Il a tort, c’est vraiment un bouquin étonnant

      • C’est vrai, comme tu le dis si bien, que ce titre est aussi un pamplet, et la contreverse n’est pas loin, on pourrait chercher à polémiquer. Mais ces sentiments exprimés ont tellement d’échos plus de 30 ans plus tard qu’il n’y a rien à rajouter.
        Et oui, ce roman est un livre étonnant.

  5. Tiens pour un peu nous aurions pu faire une lecture commune, car je viens de finir la lecture ce court mais prodigieux roman !! c’est cocasse quand même que les deux meilleurs livres que j’aurai lu cette année soient consacrés tout deux au football ! Il y avait « Rouge ou Mort » de David Peace, il y a maintenant  » Jeudi noir » de Mickaël Mention ! Pour la petite histoire, ce jour là, où j’ai sauté de joie et hurlé de douleur, j’avais suivi ce match en compagnie de ma correspondante allemande que j’hébergeais !!! On se chambrait au point qu’on avait parié une gifle pour le perdant (jeu con d’ado). On a perdu mais je n’ai pas voulu tendre la joue. Résultat quelques minutes plus tard, la donzelle est arrivée par derrière et ma décollé une baffe magistrale par surprise ! J’ai donc été marqué par la défaite, et l’humiliation suprême de prendre une gifle par une allemande (bon on en a bien ri ensuite). Pour en revenir au bouquin, j’ai adoré, d’autant que je découvrais enfin l’auteur ( Promesse tenue Madame Mention, j’ai enfin lu le fiston! ). Assurément voilà un auteur que je vais suivre de près ! En commençant par lire un autre de ses bouquins dès que j’en aurai l’occasion !

    • ahah, merci merci pour ces anecdotes !! Comme quoi le foot même à tout, y compris à l’échauffement joufflue 😉
      Tu as commencé Mention, te voilà bien obligé de continuer Mention et le pire c’est que tu vas y prendre goût !
      Super commentaire de ta part, vraiment merci 😉

  6. Le foot… j’ai toujours pas compris le truc du hors-jeu parce que ma mémoire back à chaque fois les explications de mon homme (qui n’est pas un malade du foot mais suit les match mondiaux et européens). Mais pour Michaël, j’achète les yeux fermés ! Mais je dois d’abord lire son sale temps pour le pays pour me faire un shoot de l’auteur.

    PS : mon anniversaire est pour bientôt, je passe le titre à mon chouchou 😛

    Merci pour la chronique, Yvan le terrible !

  7. J’étais beaucoup trop jeune pour me rappeler ce match….. Ce livre ne me disait rien au départ mais à l’arrivée….il me fait envie!! La faute à qui hein?????

  8. Nous étions en vacances au camping de Monflanquin ,tous agglutinés sous un auvent chez un voisin qui avit une télé..la rage ce soir là

  9. Un roman assez étonnant pour une non fan de foot qui n’a jamais entendu parlé de cet évènement. J’ai dévoré ce roman.
    Une belle performance d’écriture, tu as tout a fait raison 🙂

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Jeudi noir de Michaël Mention | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Jeudi noir - Michaël Mention | Veille poli...
  3. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :