Les hommes meurent les femmes vieillissent – Isabelle Desesquelles

chronique littéraire

Desesquelles Isabelle - Les hommes meurent les femmes vieillissentDix portraits de femmes, quatre générations, une famille.

A l’énoncé de ce rapide résumé, beaucoup voudraient cantonner ce roman à un lectorat purement féminin. Quelle erreur se serait !

Pour nous les hommes

Je voulais affirmer, en tant qu’homme, que ce récit devrait au contraire être mis entre les mains de l’ensemble de la gente masculine.

Parce qu’Isabelle Desesquelles, à travers ces quelques portraits, parle de toutes les femmes. Par la grâce de sa plume expressive et qui se marie au caractère de chacune, elle nous offre des moments rares, des moments de partage de l’intime. Un écriture belle et qui sait être directe.

Intime

Oui l’intime. Chaque femme y parle avec sa propre voix, sa propre sensibilité, son propre vécu. Matriarche ou jeunette, toutes avec leurs propres personnalités. De quoi en apprendre beaucoup sur le système de pensée des femmes, à mes chers congénères masculins.

Ces femmes sont belles, parce que vraies. Tour à tour émouvantes, étonnantes, agaçantes, mais toutes différentes. C’est bien pour ça que ce livre est si touchant. Nous y touchons l’intime, l’auteure parlant d’amour, de sexe, de mort, de vieillissement… bref de la vie.

Choral

Ce roman choral est aussi l’histoire d’une famille, contée à travers le vécu et les pensées de plusieurs de ses femmes. Une famille avec toutes ses individualités et son secret. Secret pesant, difficile, douloureux.

Et puis il y a cette belle idée d’envelopper le tout dans le cadre de cet institut de beauté. S’occuper de son corps n’est que le prétexte pour s’abandonner et livrer son âme. Rien de futile donc dans ce concept et sa manière de le traiter, loin de tout cliché. L’institut n’est que le véhicule qui permet de transporter l’émotion.

Et de l’émotion, le roman en est rempli jusqu’à ras bord. Toutes les émotions, même les négatives. Ce qui fait que cette histoire est une belle leçon de vie, justement parce qu’elle ne nous fait pas la leçon.

Les hommes meurent les femmes vieillissent, mais entre les deux ils vivent et ils ressentent.

Sortie : 14 août 2014

Éditeur : Belfond

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥

Psychologie : ♥♥♥ 

Qualité de l’écriture : ♥♥

Émotion : ♥♥

Note générale : ♥♥

4° de couverture

Elles sont dix. Mères, soeurs, cousines, petites et arrière-petites-filles, elles vont chercher un oubli à L’Éden, l’institut de beauté d’Alice. Certaines sont au bout de leur existence, d’autres au début.
Tour à tour, elles dévoilent leurs secrets, leur fragilité aussi. Sans rien dissimuler, elles disent la jouissance et la défaite, l’allégresse à aimer et les renoncements. Les rides et les bonheurs.

Toutes sont terriblement attachantes et font face à un silence qu’elles apprivoisent. Celui d’Ève, l’absente, sans laquelle elles ont appris à vivre.
Autour de son souvenir, elles réapprendront à être une famille.

Fantasques, mélancoliques et troublants, les hommes meurent, les femmes vieillissent.

 

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

26 réponses

  1. Quelle jolie chronique . C’est ta part féminine qui parle? 😉
    Merci pour cette sensibilité qui nous rend honneur 🙂

  2. Très jolie chronique, il m’intriguait ce livre, mais là je suis impatiente de voir ce que ca donne!!!;)

    • si je peux rendre service, moi 😉
      Merci pour tes commentaires toujours si sympa, et pour avoir un si joli éventail de goûts variés 😉

      • Oh, c’est gentil, j’essaye d’avoir un horizon large, comme ça exit les préjugés et les clichés….Tendance Carpe Diem…….;)
        Et puis tes chroniques sont excellentes, je ne vois pas pourquoi on se priverait de les lire….Les auteurs doivent etre super contents quand ils passent voir tes chroniques….

  3. bon encore un à trouver alors 😉 tu ne m’aide pas …vraiment pas !! Merci pour cette jolie découverte 🙂

  4. oups « tu ne m’aideS pas » !!! pas encore tout à fait réveillée

  5. Merci pour cette chronique qui me donne vraiment envie de découvrir cette lecture!

  6. je trouve que cette chronique a un côté poétique… je ne sais pas pourquoi..
    merci pour ton avis en tout cas, je le garde dans un coin de ma tête pour au cas où je croiserais ce livre 😀

  7. Des vies de femmes, plein d’émotions, je suis très tentée. Je le note pour une prochaine visite en bibliothèque.

  8. Je t’avais lu sur babelio mais je note ma note ici… Rien à dire si ce n’est que ça donne envie de le lire.

    Mais vu ma PAL… 🙄

  9. Que tu en parles bien ! On sent qu’il t’a touché…

  10. Décidément, j’aime ton coté féminin.
    Et je ne suis pas certaine que la gente masculine puisse faire preuve d’une aussi belle sensibilité.
    La tienne m’a touchée alors merci pour ce fort sensible ressenti, mon ami. 🙂

  11. J’ai mis ta chronique à l’honneur dans ma propre chronique car je trouve super ton approche masculine du livre 😉

Rétroliens

  1. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :