911 – Shannon Burke

chronique littéraire

Harlem dans les années 90. 911, emblème des ambulanciers.

« Écrire sur ce que l’on connaît ». Voilà souvent le conseil que l’on donne aux écrivains débutants. Avant d’être romancier, Shannon Burke a été, durant plusieurs années, ambulancier à New-York. Il sait donc de quoi il en retourne et nous savons dès le départ que ce roman va sentir le vrai, la douleur et le sang.

La vérité en plein figure

Shannon Burke 911200 pages en apnée, une véritable plongée dans l’horreur quotidienne de ce que vivent les ambulanciers dans un quartier en décrépitude.

Burke nous balance la vérité en pleine figure, à coup de paragraphes décrivant les interventions (parfois hallucinantes, toujours éprouvantes) d’une équipe d’ambulancier de Harlem.

911 est une œuvre de fiction, mais que l’on ne s’y trompe pas, Shannon Burke y a mis toute son expérience, ses anecdotes personnelles et ses tripes.

Réaliste tragédie

Il dépeint, par touches de scènes « ordinaires », le quotidien de ces intervenants de l’urgence. Mais là où l’auteur est très fort, c’est qu’il ne nous propose pas juste une banale accumulation d’événements. La description de la vie de cette équipe d’ambulanciers va se transformer en tragédie.

Les scènes d’interventions sur le terrain sont saisissantes de réalisme. C’est le cas aussi des relations entre ambulanciers, tous avec leurs caractères bien trempés, qui amèneront à cet enchaînement dramatique laissant le lecteur sur le carreau.

Laboratoire psychologique en accéléré

Avant de lire ce roman, on ne peut imaginer à quel point ce métier, dans un quartier aussi difficile, peut marquer à vie. Le personnage principal y passera onze mois, et se retrouvera changé à jamais.

Le « 911 » est un laboratoire psychologique en accéléré, qui démontre à quel point un homme peut se trouver transformé en quelques mois, passer tour à tour de l’altruisme à l’indifférence, du respect au mépris, ou à la folie.

Viscéral

911 est un récit brut, viscéral, où la détresse de cette population pauvre, tout comme celle de ces ambulanciers, vous touche au plus profond de votre être.

Ne croyez pas ressortir de ce récit de la même manière qu’après la lecture d’un banal roman noir. On est ici dans le vrai, l’authentique, et s’en est d’autant plus perturbant.

Pas étonnant que Darren Aronofsky, le metteur en scène de Black Swan, et le scénariste de la série Les Sopranos se soient lancés dans l’aventure de mettre en images ce récit.

Des images, vous en aurez plein la tête, une fois la dernière page tournée. 911 est un roman qu’on n’oublie pas.

Sortie : 22 mai 2014

Éditeur : Sonatine

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥ 1/2   

Psychologie : ♥♥ 

Qualité de l’écriture : ♥♥ 

Émotion : ♥♥♥ 1/2

Note générale : ♥♥ 

Shannon Burke

4° de couverture

Lorsqu’il devient ambulancier dans l’un des quartiers les plus difficiles de New York, Ollie Cross est loin d’imaginer qu’il vient d’entrer dans un monde fait d’horreur, de folie et de mort.

Scènes de crime, blessures par balles, crises de manque, violences et détresses, le combat est permanent, l’enfer quotidien. Alors que tous ses collègues semblent au mieux résignés, au pire cyniques face à cette misère omniprésente, Ollie commet une erreur fatale : succomber à l’empathie, à la compassion, faire preuve d’humanité dans un univers inhumain et essayer, dans la mesure de ses moyens, d’aider les victimes auxquelles il a affaire.

C’est le début d’une spirale infernale qui le conduira à un geste aux conséquences tragiques.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

35 réponses

  1. C’est toujours un plaisir de lire des réactions enthousiastes vis-à-vis d’un livre qui nous a plu.
    Une belle claque de plus grâce à Sonatine 🙂

  2. J’ai fait une quasi nuit blanche, je ne serai donc pas très inspirée à part pour dire qu’une fois de plus tu fais fort 🙂

  3. un magnifique roman en effet que j’ai particulièrement adoré ! Sombre, violent par ce qu’il révèle de nos sociétés,c’est pour moi en tout cas un des meilleurs romans de l’année. J’espère que l’auteur saura garder cette force évocatrice qui est la sienne dans ses prochains romans. Si c’est le cas, alors je crois que nous tenons là un auteur qui va compter dans les années à venir. Amitiés

  4. Comme mes petits camarades, j’ai aussi pris une sacré claque avec ce titre. Mais c’était pas la première que me mettait l’auteur. Son premier roman paru à la série noire en 2006/2007 n’avais déjà mis KO.
    Merci pour ta belle chronique. Il faut que je me bouge pour faire un petit article sur ce titre.
    A couper le souffle, d’une tel noirceur qu’il faut parfois s’accrocher, reprendre sa respiration, tellement cette lecture se fait en apnée. C’est aussi violent que bouleversant.
    Je peux juste, te conseiller de lire « Manhattan Grand-Angle », encore plus émouvant, je crois.

  5. eh bien après avoir lu cette chronique on ne peut qu’avoir envie de le noter ….et vu les coms , de s’ intéresser aussi à ses autres romans 😉

  6. Coucou ^^ déjà noté à cause de Lord Arsenik 😉
    200 pages, pas plus ? Autre chose, j’aime bien tes titres dans ta chronique, si on a pas beaucoup de temps, on peut lire en diagonale et avoir le minimum syndical ! Une brillante idée, mais j’avais oublié de te le signaler 😳

  7. j’ai un peu peur qu’il ne me rappelle des souvenirs j’étais dans le domaine médical (médecin psychiatre) donc je connais assez bien leur situation et je pense qu’elle n’a pas dû s’arranger depuis que je n’exerce plus (burn out sévère) mais je note quand même.
    grâce à toi je viens de m’acheter d’occasion (déjà) le livre de Meyerhoff dont je ne me rappelle jamais le titre…
    je suis d’accord avec belette 2911 tu mets l’eau à la bouche avec tes commentaires et on sait assez vite si on va lire le livre ou pas et surtout rapidement ou plus tard.

    • Avec ton commentaire tu peux difficilement me faire plus plaisir, si effectivement j’arrive correctement à orienter vos envie et faire passer mon message 😉
      Pour 911, c’est quand même dans un contexte bien particulier, Harlem, avec ce que ça représente de travailler dans ce genre de quartier.
      Concernant le Meyerhoff (déjà !), il devrait donc te parler encore bien plus qu’à moi !

  8. Je ne connaissais pas du tout ce roman, merci pour la découverte 🙂 C’est ma PAL qui va encore bouder 🙂

  9. Tiens ça me rappelle l’excellent série de John Wells « New York 911 » (Third watch) que j’aimais beaucoup.

  10. Comme toujours, chronique super bien léchée. Encore un livre à ajouter, comme dirait Grégoire, à « la liste de mes envies ». Bonne journée, l’ami… 🙂

  11. Voilà…mission accomplie…il est noté sur le haut de ma liste d’envies..c’est malin hein!!!!

Rétroliens

  1. Interview 2014 – Shannon Burke (English version) | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Interview littéraire 2014 – Shannon Burke | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Regards croisés sur mon Top 30 des romans parus en 2014 – De la 30ème à la 26ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :