Jusqu’ici et pas au-delà – Joachim Meyerhoff

chronique littéraire

Joachim_Meyerhoff - Jusqu'ici et pas au-delàL’homme se construit sur les bases de son enfance. Lorsque l’on vit une enfance atypique, en découle inévitablement un cheminement personnel hors-norme.

Autobiographique

C’est ce que nous raconte Joachim Meyerhoff dans ce roman autobiographique, autour d’autant de scènes en forme de souvenirs (forcément un peu romancés lorsque l’on commence le récit du haut de ses 8 ans).

Jusqu’ici et pas au-delà est donc un roman assez inhabituel, touchant et drôle à la fois, et qui a connu un succès retentissant dans l’Allemagne natale de l’auteur (100 000 exemplaires vendus !).

Imaginez le topo : grandir entre les murs d’un hôpital psychiatrique, avec un père pédopsychiatre qui dirige l’établissement, ça ne peut que marquer une enfance.

Au milieu des « fous »

Meyerhoff a évolué au milieu des « fous », certains de son âge. Il en parle avec une belle sincérité et sans tomber dans un quelconque pathos. Il faut dire que sa propre famille est plutôt particulière, et le regard qu’il jette sur son enfance est autant émouvante et dure du point de vue familial que de l’environnement en général.

C’est une succession de scènes fortes que nous propose l’auteur, d’une belle plume empathique, pleine de tendresse et d’humour. Je ne suis pas un grand habitué des récits autobiographiques, mais j’ai été passionné par ces tranches de vie qui nous en apprennent beaucoup sur notre manière d’évoluer selon le monde qui nous entoure.

Beauté humaine

Joachim_MeyerhoffCar le jeune Meyerhoff est perturbé par son environnement, colérique et sujet à des problèmes de concentration. Perturbé aussi par son père atypique, personnage obsessionnel.

Mais j’insiste, pas de pathos et certaines scènes vécues avec des pensionnaires de l’hôpital sont d’une beauté humaine à couper le souffle. Car l’humain est là, toujours, avec ses failles, qu’il soit du coté des « normaux » ou des autres et l’auteur aime vraiment certains pensionnaires de cet hôpital.

Une chronique subtile et touchante, assez inclassable et qui se lit souvent avec le sourire au lèvre, jusqu’à ce que le tragique vous percute de plein fouet. 

Lumineux, captivant et poignant.

Sortie : 21 août 2014

Éditeur : Anne Carrière

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥   

Psychologie : ♥♥♥ 

Qualité de l’écriture : ♥♥♥ 

Émotion : ♥♥♥ 1/2

Note générale : ♥♥♥ 

4° de couverture

Benjamin de trois frères, Joachim doit lutter pour retenir l’attention de ses parents. Il voue un véritable culte à son père, un homme obèse et obsessionnel, lecteur compulsif, bienveillant, mais totalement accaparé par son métier. La famille habite une maison située dans la grande propriété qui accueille les divers bâtiments de la clinique, entourés d’un parc.

Dans cette chronique drôle, subtile et émouvante, Meyerhoff évoque un certain nombre d’épisodes marquants de son enfance : sa découverte d’un cadavre dans les jardins ouvriers de sa petite ville ; ses rapports avec les jeunes patients de son père ; ses relations difficiles avec ses deux aînés ; ses accès de rage ; les lubies de son père… En soi, des moments presque ordinaires, si l’on excepte le fait de grandir au milieu de pensionnaires internés en psychiatrie… C’est là que l’autre aspect du texte se révèle : c’est un semblant de comédie pris dans l’étau du tragique. Et Meyerhoff en serre rigoureusement les vis.

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, ,

36 réponses

  1. Très tentant, merci pour cette découverte 😉

  2. A la première phrase de ta chronique, j’étais conquise .
    A la dernière j’étais définitivement séduite. 🙂

    • eheh merci toi 😉
      ça change des thrillers, tu ne trouves pas ? 😉
      J’ai été profondément touché par ce petit bonhomme qui grandit dans un environnement si perturbant. Etonnant

  3. Voilà une lecture « différente » que tu nous proposes là. Je vais noter le titre de cette pépite, pour faire une prochaine parenthèse dans mon univers littéraire habituel…

    • c’est bien ça oui, une lecture différente de nos styles habituels.
      J’ose à peine dire que ça a fait du bien, tant le sujet est difficile (mais traité avec légèreté et sérieux selon les moments)

  4. Super chronique, mais je crois que je fais l’impasse sur celui ci…Trop sensible ….

    • je peux comprendre oui. Moi-même j’ai hésité.
      Ce qui m’a intéressé dans ce récit, c’est l’histoire de ce garçon et la manière dont il a développé sa psychologie pour devenir l’homme qui est aujourd’hui (c’est un acteur en Allemagne).
      C’est ce coté très enrichissant qui m’a attiré et je ne le regrette pas une seconde

  5. Et bien…je sens que je vais me laisser séduire…
    Faut dire qu’avec une chronique pareille…tu me tentes fort!!!

  6. Bon et bien me voilà tout à fait séduite et convaincue par ton billet !
    Merci pour la découverte !

  7. Ah mais… voilà qui me parle beaucoup !!!
    Merci Yvan ! ^^

  8. coucou!
    j’adore d’avance grâce à ta superbe critique. c’est un thème que j’aime.
    merci pour cette belle découverte je le rajoute immédiatement à ma sélection pour challenge rentrée littéraire 2014.

  9. Bon, pas su te lire hier, même pas allumé le PC, j’avais totalement zappé le fait que mon homme organisait une mini fête à son boulot et qu’il fallait préparer la salade, le gâteau, les légumes 😆 et faire la vaisselle (on a bossé tous les deux, que les chiennes de garde rentre à la niche mdr).

    Donc, je profite du boulot pour… ajouter ce livre ma grande liste !!! grrrrrr, Yvan, tu me tues ! 😀

  10. Pffff… Encore une fois, tu donnes envie, c’est terrible !! 🙂

Rétroliens

  1. Les jolies sirènes de la rentrée littéraire (2014) | Carnet de lectures (et autres futilités)
  2. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :