La patience du diable – Maxime Chattam

chronique littéraire

Mon ressenti

Chattam cuvée 2014, une récolte rouge sang, un goût prononcé de souffre et de senteurs animales.

La patience du diable - Maxime ChattamLe Mal, thématique privilégiée de l’auteur dans le cadre de ses thrillers, trouve une déclinaison corsée dans La patience du diable.

On ne peut pas parler véritablement d’une suite de La conjuration primitive, c’est un one-shot où s’y retrouvent toutefois quelques-uns des personnages importants de la précédente intrigue (dont les exhalaisons pourrissent encore leur quotidien).

Maxime Chattam nous plonge très vite la tête dans cette histoire rude au palais, dont les remugles fermentent tout le long d’un récit violent, envoyant ad patres son lot de protagonistes dans d’atroces souffrances.

L’auteur nous parle donc du diable. Mais de quel diable s’agit-il au juste ? Le diable, vil tentateur, succube des temps modernes. Chattam utilise ce thème pour rythmer son thriller tout en développant des réflexions intéressantes sur le monde actuel.

Car du rythme, ce roman n’en manque pas ! Sous sa plume, l’histoire ne cesse de rebondir avant le bouquet final qui vous prend à la gorge et vous prive d’oxygène. On sent que Chattam s’amuse comme un beau diable.

Le récit est particulièrement visuel, cinématographique. Certaines scènes sont à ce point visuelles, qu’elles restent imprimées sur vos rétines.

Il n’est pas question d’éventer cette intrigue aux arômes de fumé. Les amateurs de l’auteur ne seront pas déracinés avec ce roman qui porte la marque Chattam, la marque du Mal.

Comme souvent avec lui, lorsque l’on gratte le tanin du cuir de son histoire, on découvre une épaisseur qui va au-delà du simple récit horrifique.

L’auteur décrypte notre société de masse, ses dérives brutales et ses effets de meute. Il pousse ces thématiques au bout jusqu’à nous renvoyer une image déformée de notre société (mais pas tant que ça). Une image effrayante et alarmante. A mon sens, clairement le plus grand intérêt de ce roman.

Je trouve le tout toutefois moins surprenant que La conjuration primitive, dont l’ombre plane au-dessus de ce récit (l’auteur fait d’ailleurs dire plusieurs fois à ses personnages récurrents que cette précédente affaire était l’enquête du siècle).

Oui la thématique du diable n’est pas très neuve. On se croirait parfois dans un de ces romans des années 80-90 mâtinée à la sauce du XXI° siècle, Maxime Chattam jouant avec les codes du genre pour mieux les agrémenter. Un amalgame qui prend parfaitement, grâce à l’écriture vive et alerte de l’auteur.

Clairement, en matière de thriller, ce roman tient donc ses promesses. Une cuvée AOC Chattam typique et de bonne facture, dont les thématiques sur le Mal au sein de la collectivité vous restent longtemps en bouche.

Sortie : 28 mai 2014

Éditeur : Albin Michel

Notes (sur 5) :

Originalité de l’intrigue : ♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥

Psychologie des personnages : ♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥

Émotion : ♥♥

Note générale : ♥♥

4° de couverture

Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue… Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse… Des gens ordinaires découverts morts… de terreur.

Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ?

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

27 réponses

  1. tu as aimé, donc !!!!
    j’espère pouvoir le lire bientôt
    (j’ai survolé ton billet, si jamais il dévoilait trop l’histoire…)

  2. un diablement beau ressenti mon cher.. bientot entre mes mains 🙂

  3. Il y a longtemps que je n’ai pas lu de Chattam. Un peu comme Thilliez. ET tu le dis bien il y a une marque de fabrique CHATTAM. C’est toujours super efficace, on peut lui reconnaître ça. C’est aussi un des auteurs français qui a donné une vrai identité au thriller à la française. C’est pas que je ne veuille pas relire cet auteur surtout un de ces excellent titre. Mais… Il y a tant d’autres auteurs à découvrir. Alors merci Yvan, grâce à toi, je sais à quoi m’en tenir sur ce titre. 😉

    • eheh débordés nous sommes par toutes ces envies de lecture 😉
      Il faut faire des choix c’est certain. Pour ma part la question ne se posera jamais pour Thilliez ;-). Chattam, je redécouvre et ça me convient bien en ce moment

  4. Fichtre! je suis un tantinet déçue que ce ne soit pas une suite de La conjuration primitive. J’avais adoré le concept et la fin laissait présager une trilogie comme Chattam à l’habitude de faire.
    En même temps, ça ne m »empêchera pas de le lire vu que j’adore l’auteur.

  5. Encore un à ajouter à ma collection. Ce que j’apprécie avec cet auteur, c’est que même lorsque l’intrigue ou l’histoire sont moins bien que d’habitude, le style Chattam fait toujours mouche chez moi.

  6. Je suis impatiente de retrouver les personnages de La conjuration primitive, mais surtout l’écriture de Chattam (que je préfère dans ses thrillers). C’est l’auteur qui m’a vraiment donné envie de lire du roman policier, et je n’ai jamais été déçue 🙂 !

  7. Quelle magnifique chronique qui donne vachement envie en tout cas! J’avais prévu de le lire mais tu me confortes dans mon envie!!!

  8. Ah,ah, je l ‘attendais celui là. Ta chronique me donnes encore plus envie.. Et puis, Chattam cela ne peut qu ‘être du bon… enfin, moi, j adore. Alors je m y mets dès que j ai pu aller le chercher…. 😉

  9. Acheté ce matin, c’est le prochain à passer à la casserole (à vrai dire j’ai même failli renoncer au bouquin que je viens de commencer).
    Ludivine Vancker est appelée à revenir dans plusieurs romans (MC ne se prononce pas sur le nombre) et surtout sa route pourrait bien croiser celle de Joshua Brolin. Tout un programme !

  10. Tiens, donc, ça fait un bail que je n’ai plus lu de Chattam, moi ! L’occasion de le retrouver avec la conjuration primitive et de poursuivre avec le diable qui a de la patience… 😉

    Et meeeeeerde, deux ajouts pour le prix d’un ! Mais tu es terrible, toi !! 😀

  11. Je n’ai pas lu la conjuration primitive, c’est gênant tu penses? (j’ai un retard avec cet auteur moi ! ^^) Bravo pour ta chronique 😉

  12. Exactement le même ressenti que toi, La conjuration primitive m’avait filé une telle claque derrière les oreilles…!!

  13. Pour une fois nous ne serons pas du mm avis…
    Bises

  14. J’ai adoré ce bouquin ! J’avais craqué grâce au titre et à la couverture, voulant découvrir Chattam ce fut une magnifique découverte ! Si ça vous intéresse, je l’ai également chroniqué 🙂

    Bonne chronique !

Rétroliens

  1. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :