La faux soyeuse – Eric Maravélias

chronique littéraire

4° de couverture

CVT_La-faux-soyeuse_8149«Je suis couvert de sang mais je suis bien. Rien à foutre. Dans l’univers cotonneux et chaud de la défonce opiacée, le sang n’est rien. La mort n’est rien. Et moi-même je ne suis rien. Joies et chagrins se succèdent dans une espèce de brouillard confus, un ballet macabre, et rien ne subsiste de tout cela, sinon parfois, au détour du chemin, un sentiment de gâchis irréversible qui me prend à la gorge.

Nos vies de parias sont comme de frêles esquifs privés de gouvernail. Sans plus personne à bord. Elles sont ballottées au creux de flots tourmentés, secouées par des vents inconnus et changeants qui les mènent à leur gré vers des côtes plus ou moins hospitalières, incapables que nous sommes de changer ne serait-ce que la moindre virgule au récit chaotique de nos existences.»

Une fois n’est pas coutume, vous avez droit à deux avis pour le prix d’un. Un avis de couple concernant un livre qui a marqué nos deux esprits.

Le ressenti de Domi

Un livre comme un fix, un shoot… des mots violents, réalistes qui m’explosent dans la tête comme un flash. L’écriture de Maravélias me percute de plein fouet.

Une réalité que nous, petits bourgeois, pouvions soupçonner, entrapercevoir. Maravélias nous ouvre grand la porte sur ce monde que l’on côtoie parfois, en refusant souvent de le voir.

Là, plus d’ignorance, impossible de se voiler la face. Cette fureur, ce désespoir, cette douleur et cette solitude nous éclaboussent de la tête aux pieds. Des mots crus, des phrases courtes, des ambiances remarquablement rendues dans cette escalade vers l’enfer.

Et puis, le livre fermé… la descente, rude, angoissante, lancinante… Et si mes enfants croisaient un jour cette pute… ?

Maravélias, dealer de mots, attention, je crois bien que je suis accro…

Mon ressenti

Descente vertigineuse, la tête en plein dans la poudreuse. Tranches de vie, tronches de mort.

Ce roman est une vraie expérience de lecture qui vous plonge profond, très profond dans la tête d’un camé et de l’environnement ahurissant qui l’entoure.

Période des années 80 et 90, la drogue dure qui déferle sur Paris et le sida qui prend possession des corps sans que personne ne comprenne vraiment ce qui arrive.

Une histoire de déchéance, dans l’esprit même d’un drogué perdu pour la patrie. Same player, shoot again.

Éric Maravélias sait parfaitement de quoi il parle, il a vécu cette période de l’intérieur. Mais qu’on ne mélange pas les genres, c’est bien d’une fiction dont il est question.

Un roman noir, très noir, d’un réalisme sans égal. Immersion totale, vous dis-je, tant l’écriture de l’auteur sent le vrai, le tangible, le palpable. Détails sordides mais jamais gratuits, prose tantôt sèche tantôt poétique (poésie du désespoir).

Ce « héros » déchu et son héroïne décadente vont vous défoncer le cœur et les tripes par la vraisemblance du propos. Car on ne lit pas La faux soyeuse (quel titre magnifique et si adapté !) comme on va au cinéma. On le lit dans l’urgence, comme si une vie en dépendait.

Aucune complaisance et pas de morale à deux balles. C’est bien pourquoi ce roman fait tant réfléchir. L’intrigue n’est peut-être pas bien épaisse, mais ce n’est pas vraiment le propos. Quand on parle de vie et de mort, il suffit de sonner authentique et avec ce roman, Maravélias a des émotions véridiques à revendre, de celles qui vous collent de gros frissons.

Un vrai choc frontal.

Sortie : 27 mars 2014

Éditeur : Gallimard – Série noire

Notes (sur 5) :

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥ 1/2

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥ 1/2

Psychologie des personnages : ♥♥♥♥ 1/2

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥ 1/2

Émotion : ♥♥♥♥ 1/2

Note générale : ♥♥♥♥ 1/2

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

45 réponses

  1. 2 avis ! mais un seul aurait suffi, mon ami Yvan. Fichtre ! Achat prévu bientôt. Amitiés

  2. Je trouve ca très sympa cette idée des 2 avis d’un couple! J’aimerais bien que ca branche mon ari un peu……Je passe mon tour par contre pour celui ci…..

  3. Que voilà une idée géniale. Des avis qui se ressemblent tellement et une écriture si semblable que l’osmose n’est pas loin entre ces deux là 😊
    Comme je le disais à Domi, cette histoire me rappelle Requiem for a dream qui m’a choqué au delà de ce que je pensais. Un film que je serais incapable de revoir et un livre que je ne pense pas être capable de lire. ..Malgré vos chroniques magnifiques.
    Il va falloir faire ça plus souvent les amis 😉

  4. Si vous vous y mettez à deux….comment voulez-vous que je résiste??? J’adore le concept de vos deux avis…c’est une excellente initiative!! A refaire hein!!! Je note ce livre…car j’adore subir des chocs moi…dans mes lectures hein!!!

  5. Bon aller, je vous lis même si je n’ai pas tout à fait fini cette lecture.
    De toute façon mon avis est déjà fait et ce dès les première page.
    Et comme vous deux j’ai pris un grand coup derrière la tête tellement la puissance des mots c’est insinué en moi. J’attends tout de même de finir ce titre pour voir si la chute est aussi tendu que le laisse présager l’histoire.
    Et puis, de toute façon, ce sont les mots de Domi que je citerai mardi lors de la réunion du Comité Polar pour présenter  » la faux soyeuse » à mes petits camarades polardeux. Si avec cela ils ne sont pas convaincus, si cela ne leur donne pas envie de me le prendre des mains, alors j’y comprends plus rien.
    Alors merci à vous deux pour cette magnifique chronique à deux voix pour ce superbe roman noir urbain et contemporain.
    Un roman qu’il nous faut partager à tout va. 😉 🙂 😀

    • Tu ne seras pas déçue par la fin, crois moi.
      Oh oui, propageons la bonne parole 😉
      Au salon de Mulhouse, je n’avais pas prévu d’acheter ce livre et puis Ian Manook et sa femme ont insisté en me disant qu’il ne fallait pas que je passe à coté.
      Avec de tels avis, je n’ai pas pu résister et tant mieux, c’est une lecture marquante.
      Continuons la chaîne

    • Hihihi c’est bien la première fois que je vais être citée quelque part ! 😉 faudra me dire si ça les a convaincu ! 😉

      • Tu as convaincu tous mes camarades du comité de lecture chère Dominique, je pense que tu va aussi convaincre mes collègues acquéreurs dans leur bibliothèque respective. Je te donne les chiffres dès que je les récupère. Tes mots sont en parfaite symbiose et harmonie avec ceux d’Eric Maravélias. Ils résonnent de concert avec le flot cadencé de son phrasé. 🙂

  6. +++ « j’avais lu La Faux dans la nuit. Une claque, une leçon une magnifique écriture, une histoire de pote, de gamins, d’amour et d’amitié, de lose et de galère, de violence. Tu sais raconter ces scènes d’agression, comme ces scènes de fêtes, où ces conneries entre pote enfermés dans une voiture remplie a bloc de fumée de joint. On sent que cette période elle t’a marquée, sur ta sensibilité d’auteur, et tu as su la faire ressortir avec force et courage. T’as mis tes couilles d’écrivain sur ce texte, et un peu de toi, ça fait chaud au coeur, ça se sent. Bravo ! Un roman noir comme on les aime « . +++ C’est l’extrait d’un com que j’ai mis sur FB d’Eric que j’ai rencontré à Mulhouse aussi, c’était pour parler aussi de ce livre en tant que saga entre amis d’enfance, genre « Romanzo Criminale », mais bien sur, il y cette putain de dope au milieu qui les bouffe et les détruits.
    Magistrale roman noir !! JOB

    • oh merci pour ce partage JOB ! 😉
      Ce lieu est aussi (surtout ?) un lieu d’échange, et voir ainsi des lecteurs et des auteurs venir donner leur ressenti, c’est juste magnifique.
      Je ne suis pas étonné de lire que ce bouquin t’a marqué comme nous. Tout aussi content de Voir Eric Maravélias dire sincèrement du bien de ton Loupo 😉

  7. voilà le genre de bouquin qui en principe me plait beaucoup ! je me le note pour un prochain achat ! c’est que l’été approche, il faut mettre des noisettes de côté pour tenir cette saison estivale ! 🙂

  8. Merci beaucoup pour ce retour à tous les deux. Merci à toi, JOB et j’espère à bientôt. Merci aux lecteurs de se pencher sur ce bouquin.

  9. Il y a des conjonctions, comme ça, qui rendent les dimanches matin heureux. Être à l’origine de rencontres comme celle de Dominique et Yvan avec Eric par exemple. Servir de catalyseurs d’émotions, comme disait Aldous Huxley, entre la vérité d’une écriture et la sincérité d’une lecture. Participer à ce qui donne un sens à ces nouvelles communautés d’accros à l’émotion pure que sont le blogs dédiés à la littérature, qu’elle soit blanche comme la coke ou noire comme le polar. Les gens, comme les mots, ont toujours des sens cachés. Il faut savoir prendre le temps et le plaisir de les découvrir. On s’aperçoit alors de la belle personne qu’est Eric sous sa capuche « d’ass addict », et de la belle écriture de Dominique et d’Yvan qui n’ont, dans ce post, rien à envier au style de ceux qu’ils admirent.
    Contents de vous avoir rencontrés tous les trois.
    Françoise et Ian Manook

    • Ce blog se veut un lieu de partage d’émotions. C’est paradoxal, un message pareil me laisserait presque sans voix 😉
      Oui, c’est suite à l’insistance du couple Manook que je me suis penché sur le cas Maravélias. Et dire que j’ai failli passer à coté de cette lecture…
      Comme vous le dites tous les deux, quand on est accro à l’émotion pure il ne faut pas rater des livres comme La faux soyeuse ou Yeruldelgger (j’arrive à l’écrire sans pense-bête maintenant).
      Et quand, de plus, on se rend compte des belles personnes qui se cachent derrière leurs mots (durant un salon ou une dédicace), on ne peut que se sentir humainement plus riche.
      Par contre, je vais mettre un sérieux bémol quant à nos « qualités » littéraires à Domi et à moi. Oui ça me semble être la moindre des choses de travailler un minimum son ressenti, par respect pour l’auteur et les lecteurs. Mais nous blogueurs ne sommes pas des écrivains pour autant, loin loin de là ! J’ai beaucoup trop de considération pour les auteurs de talent comme vous pour laisser dire une chose pareille ;-).
      Merci à vous pour cette belle rencontre. Et vive les dimanches matin 😉

    • Merci pour ce très gentil commentaire 🙂 ce n’est que le deuxième ressenti que je publie sur ce blog. Le premier était d’ailleurs pour un certain… Manook 😉
      Au plaisir de vous revoir ! 🙂

  10. Si après ces commentaires élogieux des auteurs…vous ne remettez pas ça, Yvan et Domi, je n’y comprends plus rien!!! Et si on votait..hein!!! Moi je vote « pour » pour avoir encore et encore de belles chroniques à deux voix!

  11. Et bien, ma foutue migraine de $µù@&*£ m’ayant empêché de surfer sur le Net hier soir, me voici avec du retard mais en pleine forme ! Fais gaffe aux billets, je vais les faire pleuvoir ! 😉

    Bon, par où je commence ?? par ta putain de chronique qui va encore me faire baisser mon portefeuille et monter ma PAL ?? Par le petit mot de Domi qui pulse et frappe juste où il faut ? Par la suite avec le tien qui en rajoute une couche ?? Par le petit comm de monsieur Bosco qui parle d’écrire avec ses couilles (comment je peux écrire avec ce que je n’ai pas, moi ??), de Manook qui te l’avait conseillé ??

    Merde, avec une entrée en matière pareille, je l’ajoute sur les livres à hold-upper ces prochains jours… mamma mia, comment jé vais faire pour lire tout ça, moi ?????

    • ta gouaille et ta verve (j’ai dit verve) me manquait !
      Sans tes commentaires, ce blog ne sonne pas aussi bien ;-).
      Oui, cet échange entre auteurs de talent montre bien que le polar français est une vraie famille.
      Mam mamia tu te démerdes

      • Pffff, comment ça « tu te démerdes » ?? Ben mon colon, tu manques pas d’air, toi ! 😆 tu me tentes, tu dévoiles un super morceau et puis ensuite, une fois que le désir de lire est en nous, tu nous dis « démerdes toi ». 😀

        Je contacte de suite mon syndicat ! 😆

        J’ai pieuté toute la soirée d’hier et foutu la paix à mon homme ! Je n’ai recommencé à déconner que ce matin 😉 C’est fou, moi, dès que je ne suis pas bien, ça se voit direct !

Rétroliens

  1. La faux soyeuse – Eric Maravélias ...
  2. Interview littéraire 2014 – Eric Maravélias | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Regards croisés sur mon Top 30 des romans lus en 2014 – De la 15ème à la 11ème place | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  5. Concours de nouvelles : Trophée Anonym’us 2016 | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  6. Concours de nouvelles : Trophée Anonym’us 2016 – Top départ | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  7. Concours de nouvelles : Trophée Anonym’us 2016 – Lien vers les nouvelles | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  8. Salon Saint-Maur en poche 2016 : Compte-rendu | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :