François-Xavier Dillard – Fais-le pour maman

chronique littéraire

4° de couverture

9782265097599 (Copier)Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa mère et sa sœur adolescente, Valérie. Leur mère arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, malgré ses deux emplois qui lui prennent tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère accusant son petit garçon d’avoir blessé sa sœur. La mère prendra 5 ans de prison.

Des années plus tard, et grâce à ses parents adoptifs, Sébastien mène une vie « normale », alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue après sa sortie de prison. Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires. Jusqu’à de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients et avec eux, le retour funeste des voix du passé…

Mon ressenti

Enfant, ne nous dit-on pas qu’il faut toujours écouter ce que nous dit notre maman ? François-Xavier Dillard nous démontre peut-être bien le contraire…

Un nouveau roman qui prouve avec brio à quel point la violence psychologique peut être dévastatrice, à quel point les stigmates de l’enfance peuvent avoir des répercussions dramatiques sur l’adulte, et à quel point elles peuvent occasionner des cicatrices difficiles à refermer.

En se basant sur un fait divers réel, Dillard tire les conséquences d’un événement horrible et en présente les incidences possibles sur la vie et la psyché des personnages.

Même si ce roman utilise tous les codes et les ingrédients du thriller (prologue choc, chapitres courts, chute inattendue, rebondissements à foison) il s’éloigne toutefois complètement des sempiternelles enquêtes policières.

Ici, nous sommes davantage plongés à l’intérieur des personnages qu’à suivre leurs pérégrinations extérieures. On passe d’un esprit à l’autre, c’est la grande force de ce roman. L’atmosphère pesante et les émotions à fleur de peau nous permettent littéralement de briser le miroir et d’aller au-delà des apparences. Profond, très profond.

François-Xavier Dillard mène bien cette introspection sans que le rythme n’en pâtisse, aboutissant à ce genre de roman qu’il est difficile de lâcher, une fois commencé. Un récit court (280 pages) qui accentue cette sensation d’oppression, même s’il y avait matière à faire plus long. C’est un choix qui se défend parfaitement, le récit étant sans aucun temps mort.

En termes d’écriture, le tout est très efficace, fluide et tourné vers l’intrigue. Rien de révolutionnaire, mais l’auteur utilise à bon escient les outils biens connus des histoires actuelles : flashbacks, alternance de récits à la troisième et à la première personne…

L’idée de faire « parler » la jeune fille du protagoniste principal est l’une des bonnes pioches du livre. Une vraie qualité, mais aussi paradoxalement le petit bémol du roman, à mon sens. Les passages issus de la bouche d’une fille de 12 ans sonnent en effet un peu trop matures (même si cette maturité peut effectivement s’expliquer par son vécu). Un plus grand décalage de langage aurait sans doute accentué l’effet recherché.

Cette petite réserve ne gâche clairement pas le plaisir de cette lecture qui est un véritable voyage aux frontières de la folie (et au-delà…). François-Xavier Dillard : un autre très bon faiseur d’histoires comme Fleuve Éditions en a le secret.

Sortie : 13 mars 2014

Éditeur : Fleuve Editions

Notes (sur 5) :

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥ 

Psychologie des personnages : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

26 réponses

  1. misère que le temps sera long jusque pâques ….. 😉 merci pour cet article (ou pas c est selon) qui ne fait que renforcer mon envie de le lire

  2. Mon ami Yvan, voila qui me paraît fort intéressant. Ta chronique sur ce thriller psycholigique me tente beaucoup… Je sens déjà ma Carte Bleue qui frétille d’impatience dans mon portefeuille. Je ne sais pas si je dois te remercier, mais je le fais quand même… 🙂

  3. Tu vas à l’essentiel comme toujours et c’est ce que j’aime dans tes chroniques.
    A force je suis à court de compliments. …

  4. Il me tentait déjà avant … maintenant il devra passer entre mains c’est certain ! 😉

  5. Nous sommes d’accord d’un bout à l’autre : un roman très agréable à lire, bien ficelé avec des ingrédients qui fonctionnent bien, et puis le bémol de la petite fille de 12 ans, qui moi aussi m’a semblé trop mature 🙂
    Belle journée,
    Cajou

  6. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, mais grace à toi, cette erreur va bientot etre reparée ! Tu m’as vraiment donné envie de le lire !!

  7. Je l’achète le mois prochain, je n’en peux plus arggg ! Entre la pub de l’éditeur, et les chroniques dont celle-ci qui me font envie, je n’y tiens plus 🙂

  8. Je l’ai…il est là dans ma pal…il me parle en me disant: « Fais le pour ton bien »!ahahahha Inutile de te dire que ce week end…je me lance dans ce livre qui me fait fort fort envie!!!!

  9. Aaaaah… fais le pour Belette… arrête de nous parler de super livres qu’on a super envie de lire ! 😀 C’est vrai, quoi !!

    Moi, demain, post qui ne fera pas gonfler votre PAL… oui, je pense aux copains copines, moi ! 😉

    Merci pour la chronique et merde à mes finances ! 😆

Rétroliens

  1. Interview littéraire 2014 – François-Xavier Dillard | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Salon du livre de Nancy – Le livre sur la place 2014 – Compte-rendu | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :