Un vent de cendres – Sandrine Collette

chronique littéraire

4° de couverture

product_9782207117361_195x320Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa sœur Camille d’un œil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l’endroit au plus vite, partir loin de cette angoisse qui ne le lâche plus.

Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais Malo n’en démord pas. L’étrange fascination d’Octave pour Camille, pour ses cheveux d’un blond presque blanc, le met mal à l’aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme autrefois séduisant, au visage lacéré par une vieille blessure.

Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n’est plus là. Personne ne semble s’en soucier, hormis Camille qui veut retrouver son frère à tout prix.

Mais leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce domaine, ou le piège est-il déjà refermé ?

Mon ressenti

On dit que le cap du deuxième roman n’est pas évident à passer. Après un éprouvant et impressionnant premier roman « Des nœuds d’acier », qui a rencontré un vaste consensus et qui m’a enthousiasmé, Sandrine Collette revient avec un second opus d’une toute autre veine.

L’auteure aurait pu tomber dans le piège de la redite, mais elle a su prendre des distances avec le premier récit, pour proposer un roman noir différent du précédent. Très bon point de départ.

Las, autant j’avais plongé tête la première dans le précédent roman, autant j’en ai été incapable avec celui-ci…

Le roman est court, et pourtant j’ai eu l’impression que l’intrigue tirait en longueur. Passé la scène d’introduction assez violente, je n’ai que rarement senti une tension qui pourtant devrait être omniprésente dans ce genre de roman.

Les pages ont défilé, sans que je ne m’approprie cette intrigue, sans que les personnages prennent corps dans mon esprit. Pire, j’ai deviné les principaux tenants et aboutissants très en amont du récit, ce qui n’aide évidemment pas à s’adapter au rythme de l’auteur.

J’ai l’impression d’être devenu incollable en ce qui concerne la récolte des vignes, mais d’être passé complètement au-dessus de cette languissante lecture. Cette version moderne de la belle et la bête m’a malheureusement laissé de glace.

Quant à l’écriture, Sandrine Collette a une vraie plume c’est indéniable, capable de fulgurances magnifiques, mais également de paragraphes qui m’ont semblé très lourds. Chaud et froid…

Je le dis souvent, un roman est une rencontre entre son histoire, son style et son lecteur. Cette rencontre n’a pas du tout eu lieu entre ce roman et moi. C’est un sentiment personnel et je reste convaincu que Sandrine Collette est un auteur d’avenir. 

Sortie : 13 février 2014

Editions Denoël (Collection Sueurs Froides)

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

36 réponses

  1. Ca c’est fait…:)
    Ca ne m’empêchera pas de lire « Des nœuds d’acier » qui est dans ma liste depuis un bon moment. Un auteur ne peut pas systématiquement séduire les mêmes personnes, la preuve avec le grand maître King…
    Bravo pour ta franchise!

  2. MERDE !!!!! 😦 Quelle déception que te lire ton ressenti … Moi qui suis tellement impatiente de replonger avec cette auteure qui m’a littéralement transportée avec son premier opus ! J’espère de tout cœur avoir un retour de lecture totalement différent du tien … Je n’ai pas lu cette chronique … Je n’ai pas lu cette chronique … Je n’ai pas lu cette chronique … Je n’ai pas lu cette chronique … Je n’ai pas lu cette chronique … ^_^ Amitiés …

  3. j’ai aussi eu un peu la même impression, j’ai bien aimé mais pas autant que Des noeuds d’acier et si j’ai bien ressenti l’angoisse je ne suis pas rentrée pleinement dans cette histoire qui reste tout de même plaisante à lire 😉

  4. Salutations les meilleures ^_^

    Bon, pour une fois, ta chronique est moins enthousiaste que les autres 😉 Malgré tout, cela ne m’empêchera pas d’acheter et de lire ce roman. J’ai profité de la foire du livre pour prendre « des noeuds d’acier » et me le faire dédicacer par l’auteur. Je n’ai pas su parler beaucoup avec elle, puisque je n’avais pas encore lu le roman et que Foumette et toute la troupe m’attendais au stand 122 et que je ne voulais pas que notre Foumette m’attende trop longtemps ! 😀

    Les avis négatifs ne le sont pas toujours pour un livre, ici, rien à voir avec une mauvaise plume, c’était peut-être toi dans un mauvais jour… (les ragnagnas ? 😀 )

    Je sors direct !!!

  5. un peu déçue aussi mais moins que toi !

  6. je n’ai encore pas découvert cette auteure que j’ai eu par contre la chance de croiser à Frontignan. Comme je viens de recevoir ce livre , je pense que je me ferai les deux coups sur coups ! j’espère simplement ne pas ressortir moins satisfait du second bouquin comme cela semble être le cas pour toi. Nous verrons bien et je ne manquerai pas de te dire ca 😉 Amitiés

  7. Et bien, visiblement tu n’as pas adhéré à l’histoire. Moi j’ai été totalement captivé. J’ai vécu cette semaine de vendange au rythme de cette saison. J’y est retrouvé toute mon adolescence, et je ne te parlerais même pas des fêtes que dis-je des beuveries que cela engendrait.
    Oui j’ai été captivée par les personnages, j’ai complètement accroché à l’écriture, j’ai adorée ce livre.
    Je m’y suis totalement plongée comme envoutée. Comme quoi.

  8. Mon cher Yvan, on ne peut pas percevoir toutes les lectures de la même façon… J’avais été, moi aussi emballé par « Des noeuds d’acier », et je suis curieux de découvrir une autre facette de cette auteure. Je te ferai bien sûr part de mon ressenti quand j’aurai lu son ouvrage.
    A bientôt…

  9. Malgré…le fait que tu n’aies pas accroché à ce livre..ben…tu me donnes envie de le lire tiens!!! T’es trop fort toi!!!!

  10. Je vais le lire très très bientot.

  11. Salut Yvan, ce deuxième roman est très différent, et en même temps très semblable dans la façon de décrire les psychologies. Ceux qui ont adoré le premier pour l’angoisse vont être pris à rebourd. Il s’agit d’un roman psychologique, noir, stressant et vivieux. J’ai pour ma part beaucoup aimé. Amitiés

    • oui il est très différent (ce qui est une vraie qualité pour moi).
      Ce n’est pas du tout ce qui m’a gêné dans ce roman.
      Et effectivement il partagera les lecteurs et ne laissera pas indifférent

  12. Comme Yvan, j’ai un peu trainé la patte pendant les 235 pages de ce livre et puis… J’ai pris ma claque. Je n’ai rien vu venir et en plus, cela m’a forcé à revoir certains faits sous un œil neuf. C’est évident que certains vont peut être avoir du mal à retourner la situation initiale. Mais je pense que le retournement en vaut la peine.

  13. Je viens de le refermer. Et nos avis se recoupent Yvan. Une fois de plus. Je n’avais pas lu le premier que j’ai toutefois dans ma bibliothèque mais quelle déception pour « un vent de cendres ». Je sors la chronique si je le peux ce soir.
    Bises

Rétroliens

  1. Un vent de cendres, de Sandrine Collette | Cannibales Lecteurs
  2. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :