Même pas morte ! – Anouk Langaney

chronique littéraire

4° de couverture

meme pas morte langaney

« Ils ne m’auront pas ! Ni moi, ni mon pognon. Qu’est-ce qu’ils croient ? ! Je ne suis pas encore morte ! Ce fric, c’est tout ce qui me reste de la grande époque. Et de mon homme. Alors j’ai beau commencer à sucrer les fraises, ce ne sont pas des morveux de cette espèce, sournois et lâches, qui vont plumer Minette Galandeau, même pas en rêve ! D’accord, je bats la campagne, parfois. Ça fait un bail que je m’en rends compte. Mais même diminuée, j’en vaux dix comme eux ! »

« Ils me croient déjà liquide, comme ce crétin de docteur ? Qu’ils viennent. Je les attends. Le premier qui fait un pas de travers, je le bute. »

Mon ressenti

C’est l’histoire de Minette Galandeau. Du moins une part de son histoire, du haut de ses 88 berges bien senties et tout au fond de son Alzheimer qui prend de plus en plus de place dans sa vie, en long, en large et en travers.

Alors Minette écrit un journal, jour après jour sur les conseils de son médecin. Et (ah oui petit détail), Minette a un long passé de délinquante, genre braqueuse de banque et tout et tout. Voilà pour le contexte.

Sous la plume d’Anouk Langaney, notre héroïne du quatrième âge est donc une mamie gâteuse mais pas du tout gâteau. Un sacré bout de bonne femme en tout cas, caractère en acier trempé et une forte personnalité !

On la suit au plus près de ses pensées, à travers son tissu cérébral neurodégénéré, le long d’un improbable polar qui tient bien davantage du roman noir. Un roman noir où on se fend la poire tout en se demandant si Minette va casser sa pipe avant la fin, où on se gondole devant les ondulations de sa mémoire, où on se bidonne avec cette histoire qui n’a rien de bidon.

Si vous pensez que l’écriture à la première personne est une facilité stylistique, c’est que vous n’avez pas lu Anouk Langaney. Si vous pensez que le principe d’un journal rend la prose médiocre, vous n’avez pas lu Anouk Langaney.

Bref, tout est dans le ton et dans l’étonnante, magnifique, expressive, facétieuse et impayable (et j’en passe…) écriture de l’auteure. Elle flingue les a priori dès les premières pages, explose toutes les conventions du genre, et vous mitraille de bons mots.

Un premier (court) roman totalement jouissif, avec des personnages hauts en couleur, (ça ne gâche rien) une vraie histoire et une belle progression dramatique (même si le mot n’est pas tout à fait adapté dans le cas présent).

Un récit en forme de bravade, dernier baroud d’honneur d’une vieille « d’âme » qui se bat contre son cerveau, mais qui fait preuve d’esprit à travers chacune de ses phrases.

Ce roman, plein de dérision, est un florilège de traits d’esprit, une anthologie de bons mots cruels ou touchants.

L’auteure a un talent fou pour transcender ses mots, et donner vie à cet étonnant personnage qui perd la boule mais pas son ironie.

Le roman a beau être court, il est parfait ainsi, tant on aime le lire lentement, dégustant chaque passage et s’étonnant à chaque page de ce qu’adviendra cette histoire atypique et assez inclassable.

Albiana, petit éditeur corse, tient là une petite pépite ! Ne vous arrêtez pas à la couverture franchement repoussante, dès que vous ouvrirez ce roman, il illuminera votre intérieur, chaque mot valant son pesant d’or. Pas pour rien qu’un auteur comme Hervé Sard parle avec tant d’enthousiasme de ce roman !

Anouk Langaney, nouvelle porte-flingue du polar drolatique, retenez bien ce nom et surlignez-le pour ne surtout pas l’oublier !

Sortie : 25 octobre 2013

Editions Albiana

Notes (sur 5) :

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥

Psychologie des personnages : ♥♥♥♥ 1/2

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥ 1/2

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

30 réponses

  1. A la manière dont tu en parles, impossible de ne pas être tenté !

  2. Une personne âgée comme héroïne, voilà qui est atypique!
    On rajoute ton avis magnifique et dithyrambique.
    Ma cb me pique 😊

  3. Super chronique Yvan! Faut absolument que je trouve ce livre, Hervé Sard l’avait déjà conseillé l’été dernier !

  4. Non mais tu exagères toi…pourquoi nous tenter de la sorte avec ton superbe article??? Je vais finir par porter plainte moi…je ne sais pas encore pourquoi mais je vais y réfléchir…hihihihi

  5. Très tenté je suis Yvan… J’aime beaucoup ce genre de récits, noirs et drôles à la fois. Encore une ligne à rajouter à ma longue, très longue liste…
    Et puis on va peut-être intenter une class action avec Foumette… 🙂

  6. Et meeeerde, un ajout de plus…

    Dis-moi, à force de jouir de tes lectures, tu n’as pas peur que les pages ne collent ?? 🙄 Oui, je sors, mais avant de prendre la porte, je te remercie pour cette chronique qui donne envie parce que oui, vu la cover, je ne me serais même pas arrêtée !!! Comme quoi, sans toi, on passerait à côté de tas de choses 😉

  7. Oh que voilà une chronique qui me ravit. De la balle ce petit roman noir que je vous dis. Et je suis super heureuse qu’il t’ait séduit toi aussi.
    Il faut défendre et faire découvrir cette petite pépite. Merci Yvan de m’avoir fait confiance et d’avoir eu la curiosité de lire ce titre. Et surtout merci à Anouk pour ce petit bijou qu’elle nous donne à lire.
    Et je suis fière d’être responsable de ça cher Yvan, surtout que je sais que ton avis va déclencher d’autres lectures et d’autres avis ,qui a leur tout, vont faire boule de neige.

  8. en surfant sur le oueb j’ai eu l’occasion de lire quelques avis sur ce bouquin qui m’a l’air bien barré. Et comme moi j’adore les trucs bien barrés il est clair qu’alors que j’étais passé à côté jusqu’ici je vais gentiment me dépêcher de le rajouter à ma liste des bouquins que je vais me faire offrir ! ( bientôt mon annif j’en profite ! 🙂 L’extrait que tu cites donne une bonne idée du style de l’auteur et il t’a visiblement convaincu !

  9. Aaaahhh pour une fois, je ne suis pas tentée du tout !!! Et non, c’est mon dernier mot !!! Mais belle chronique pour une lecture lointaine, lointaine… peut-être… 😉

  10. ben voilà ! je suis conquise ! tu avoueras franchement que ce livre est pour moi Yvan ! tu l’as fait exeupré toi didonc ! je note de suite !

Rétroliens

  1. Interview littéraire 2014 – Anouk Langaney | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Même pas morte ! de Anouk Langaney (Albiana) | blacknovel1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :