Julius Horwitz – Natural Enemies

chronique littéraire

4° de couverture

natural_enemiesPaul Steward, éditeur d’une revue scientifique et ex-journaliste du New York Times, est un mari raté, un père raté, il considère sa vie entière comme un échec.

Sa décision est prise, elle est radicale, une seule échappatoire : tuer sa famille et se suicider ensuite.

Horwitz nous décrit dans ce livre la journée de cet homme : entretiens professionnels, voyages dans les transports en commun, discussions avec des amis…

Mon avis

Tenir ce roman entre les mains, c’est comme tenir un morceau de glace. Le contact en est immédiatement froid, pour devenir vite glacial. Ce froid se propage insidieusement à l’intérieur de votre corps, le long de votre échine. Frissons. Tremblements.

Au fur et à mesure, cette sensation glaciale se transforme en brûlure, comme si on vous marquait au fer rouge de l’intérieur.

Mais de la glace, c’est également fascinant à regarder de très près. Structure complexe, sophistiquée. Enchevêtrement de différentes couches qui rend le tout mystérieux.

Regardez le monde à travers ce morceau de glace translucide, et vous le verrez de manière déformée et pourtant parfaitement reconnaissable.

C’est toutes ces sensations qui sont présentes dans ce roman étonnant, détonnant, éprouvant, prenant et vraiment glaçant.

Rien à voir avec un polar, c’est un roman noir, très noir sur un homme qui se lève le matin avec la ferme intention de flinguer femme et enfants durant la soirée, pour se tuer par la suite. Froidement. Je ne dévoile rien, c’est le pitch de départ.

L’auteur nous convie à suivre cet homme durant sa (dernière ?) journée et à plonger au plus profond de son esprit (et de celui des gens qu’il va côtoyer durant cette courte période).

Roman hors-norme par son sujet et par son traitement, roman intemporel (même s’il date de 1975), roman psychologique et analyse d’une société (déjà) en perte de repères : Natural Enemies (qui n’est étonnamment pas le titre original) est un iceberg sur lequel vont s’écraser nos valeurs en berne.

Un roman sur la peur surtout, une peur insidieuse qui se propage dans notre société et nos relations humaines et familiales.

Ces circonlocutions d’esprits malades de leurs valeurs, ces monologues de personnages perdus dans leur égoïsme, ces échanges de personnes qui ne se comprennent pas font froid dans le dos.

Un récit particulièrement hostile par son propos qui appuie là où ça fait mal et dont les aspérités ne permettent pas de s’accrocher à un semblant de lueur. Et pourtant, à la lecture, on est fasciné.

Sexuellement très explicite, psychologiquement violemment dérangeant, c’est une aventure humaine extrêmement douloureuse et qui nous pique au cœur, aux tripes, au sexe et à l’âme.

Un roman sans aucune concession, sans compromission. Un roman difficile à lâcher, une lecture rude, un propos d’une rare intelligence, une plume recherchée. Même s’il m’a semblé quelquefois un peu trop bavard, ce roman est une expérience unique et une gifle magistrale.

(La couverture Folio de l’édition 2013 est parlante et bien trouvée)

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥

Un autre avis ? Allez chez Black novel

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

42 réponses

  1. Ce qui est fort dommage vois tu c’est que je suis allée me faire mon cadeau de Noël hier à la librairie. Je suis resortie de là avec une dizaine de bouquin mais pas celui là! Et pourquoi? Je te le demande? Mmmmm?
    Parce que Mossieur Yvan publie sa super chronique un jour trop tard!
    Rien ne va plus messieurs dames. ….

  2. Je suis persuadée que tu as lu ce livre…et fait une chronique juste pour moi!!! Ohhhh c’est trop mimi….ahahahah!!!! Pas besoin de l’écrire…tu le sais déjà….je suis……très….

  3. Tout d’abord merci pour le lien, mais surtout merci de remettre au gout du jour, de sortir de l’ombre ce roman comme tu le dis dérangeant et fascinant. Amitiés

  4. Bon ben je sais, je ne vais pas être très original, je dois me faire une raison, mais tu donnes, une fois de plus, sacrément envie. Merci !
    Et puis non finalement, je ne te remercie pas ! ^^

  5. En lisant les premiers mots de ta critique, je me suis dit que c’était un super cadeau pour mon homme. Heureusement que je t’ai lu jusqu’au bout !!!

  6. Pas mari raté !!!! Juste lecteur de revues scientifiques 😀😀😀

  7. Et bien, il en fait de l’effet, ce petit roman ! Tout ça la dedans ? Et ça pique au sexe en plus… Bon, je pense que je vais te laisser avec tes éroticos-lectures… 🙄 Sinon, tu fais comme Yves Duteil « j’ai la guitare qui me démange, alors j’me gratte un p’tit peu ».

    Heu, sinon, Foumette, comment se portent la touche « point d’exclamation » de ton PC ? Pas trop enfoncée à force d’appuyer dessus ?

    Ok, Yvan, je vais le dire « super chronique » qui me donne, une fois de plus, envie de lire le livre, donc, faudrait te calmer un peu… 😉 Parce que mes dépenses vont atteindre le budget national de la défense américaine… 😀

  8. Nnaaann… je lis la 4ème de couv’ et je me dis « non, non, non! » et je lis, je lis ta chronique et à la fin, je dis « oui, oui, oui! »… Pfff… faut que tu cesses… cela ne va plus… non?… ok, je vais de ce pas le commander… Grrr… 😉

  9. !!!!!!!!!!!!!! Je viens de casser ma tablette à force d’en taper… père Noël au secours ! Tu peux aller t’approvisionner en Belgique, ils ont du matériel qu’on ne trouve pas ailleurs 🙂

  10. En lisant le résumé, je me dirais que ce livre ne me plairait pas. Mais finalement je suis happée, et maintenant j’ai une folle envie de le lire ! Merci !

  11. Il laisse des traces indélébiles celui là!!!!;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :