Ingrid Desjours – Sa vie dans les yeux d’une poupée

chronique littéraire

4° de couverture

Desjours - C (Copier)Deux écorchés vifs. Deux rêves de seconde chance. Un regard pour renaître…

Provocateur, cynique et misogyne, Marc est affecté à la brigade des mœurs après un grave accident.

Quand, dans le cadre d’une enquête, il croise la douce Barbara, le policier est troublé par son regard presque candide, touché par cette fragilité que partagent ceux qui reviennent de loin. Ému. Au point de croire de nouveau en l’avenir.

Mais il est aussi persuadé qu’elle est la pièce manquante, le pion à manipuler pour démasquer le psychopathe qu’il traque. Et s’il se trompait ?

Le pire des monstres est parfois celui qui s’ignore, quand bien même il rêve sa vie dans les yeux d’une poupée…

Mon avis

Prenez une grande inspiration. Gonflez vos poumons à fond. Bloquez !

Et plongez en apnée dans ce thriller d’Ingrid Desjours.

Car voilà typiquement le genre de lecture qui se traverse d’une traite, sans reprendre son souffle et qui va instiller son venin au fur et à mesure des mots. Une lecture bouche bée (ce qui est un comble, quand on est en apnée), mais yeux grands ouverts.

L’auteure va loin, très loin. Loin dans la violence, loin dans la crudité. Mais également (et surtout) loin dans l’analyse psychologique et loin dans la maîtrise de sa plume.

Oui c’est une lecture éprouvante et sordide, certaines scènes sont même à la limite du soutenable. Mais bien que cette violence puisse choquer, elle n’est pas gratuite et sert à nous plonger dans les méandres de l’âme tourmentée des protagonistes.

« Plonger » est le mot qui m’a accompagné sans cesse durant cette lecture, tant Ingrid Desjours s’insinue très profond dans la tête de ses personnages aux comportements déviants, excessifs, comme  si (au début) personne ne trouvait grâce aux yeux de l’auteure. Et pourtant…

On pourrait effectivement croire qu’un récit d’une telle violence rase tout sur son passage, ne laissant que terre brûlée. Il n’en est rien. L’auteure arrive (étonnamment) à faire passer des sentiments dans son histoire et à les exacerber à travers toute cette noirceur.

L’écriture est à la fois directe et imagée, incroyablement expressive, capable de nous ébranler d’un trait de plume ou de nous emporter dans des envolées exaltées.

Un récit enflammé, doté de personnages malades des douleurs de leurs passés et brisés de l’intérieur. Un récit aux confins de la folie, qui vous bringuebale par vagues successives sans qu’il vous soit possible de trouver de l’air.

Et même si on peut se douter du fin mot de l’histoire, l’important n’est pas là. Il est dans l’immersion totale dans le psychisme de personnages dévoyés par leurs souffrances.

Page 327, fin de la plongée, vous pouvez reprendre votre souffle (si vous y arrivez).

Sortie : mars 2013

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥

Émotion : ♥♥♥

Note générale : ♥♥♥

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

44 réponses

  1. J’ai moi aussi beaucoup aimé ce roman, ainsi que les 2 précédents d’Ingrid Desjours. Cette dame a une plume redoutable, et ta chronique lui rend un hommage bien mérité.

  2. Bon ben tout est dit. Du vrai bon thriller qui fait la part belle à la psychologie des personnages avec une trame violente et noire. Bon ben tu as tout dit. Comme d’had. Chronique parfaite qui donne envie de découvrir est le livre et l’auteur si cela n’était pas déjà fait. Car tu le sais je suis une fan de la première heure. 😉

  3. Je ne l’ai pas apprécié comme je l’aurai dû je pense … Nous aurons peut-être l’occasion d’en parler ! 😉

  4. Waouh Ta chronique est tout simplement épatante!!! J’adore!!! Je suis restée bouche bée à la fin de ce livre…un livre d’une puissance extrême que j’ai adoré!

  5. Salut !
    Rentrée trop tard hier, pas eu le temps de lire ta chronique, donc, c’est pour maintenant et je n’ajouterai pas ce titre à cause de ta chronique, j’avais déjà l’intention de le ffaire bien avant 😉

  6. Je ne partage pas ton avis, voici donc ce que j’en ai pensé:un roman truffé de clichés, des personnages caricaturaux (la fille mi -pute mi-vierge – Barbara-Barbie, c’est hilarant- le flic manchot -macho, mais pas tant que ça, la mère abusive, le sale type qui s’appelle Raoul -ben si, c’est possible-, j’en passe), un incipit et un exipit si racoleurs qu’on dirait un 50 nuances de grey version « bouh, je vais te faire peur!!! », des développements pseudo socio-philosophiques dignes d’un devoir de terminale, des « putain de merde  » à chaque coin de page, pour choquer le bon peuple (mouarf!pour ma part, je n’ai jamais été choquée, mais par contre, je me suis bien ennuyée)), et surtout, surtout, un style plat, sans talent, sans la moindre inventivité… « notre meilleure écrivaine du moment » selon Gérard Collard, grand manitou de la « chronique littéraire » cathodo- populiste… Mais Marc Lévy aussi, y a plein de monde qui le trouve extraordinaire…. vive la diversité des goûts et des avis!

    • Effectivement, nous avons un avis « légèrement » différent 😉
      Ce livre va dans l’excès, c’est même une de ces marques de fabrique. Ce n’était pas une surprise pour moi. Il n’empêche j’ai trouvé les caractères sacrément travaillés, et le tout bien glauque et bien mené.
      Mais pour un tel livre, je ne suis pas étonné de trouver des avis tranchés, le mien comme le tien.
      Je te trouve dure, mais ton avis est intéressant.

  7. Ingrid Desjours ne fait pas dans le roman à l’eau de rose… effectivement , elle a un style « trash » que beaucoup n’aime pas. Moi j’aime 🙂
    et j’aime tes chroniques amigo, mais ça tu le sais 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :