James Patterson et Michael Ledwidge – Zoo

chronique littéraire

4° de couverture  

zoo_patterson

Des lions qui dévorent leur gardien, un éléphant qui piétine son cornac, un chimpanzé apprivoisé qui se mue en tueur sanguinaire…

Partout sur terre, les animaux – même les plus inoffensifs – se rebellent et attaquent l’homme.

Pour Jackson Oz, docteur en biologie à l’université de Californie, l’hostilité soudaine des animaux est la résultante d’un bouleversement écologique dont il est urgent de déterminer la cause.

Aidé par Chloé Tousignant, Oz tente de faire prendre conscience aux grands de ce monde que l’humanité court à sa perte. Mais les écoutera-t-on avant que la Terre ne devienne un vaste zoo, dont les animaux auront pris le contrôle ?

Mon avis

James Patterson est connu comme le loup blanc des romans de suspense. Le voilà qui délaisse ses intrigues policières traditionnelles pour nous proposer (en collaboration avec Michael Ledwidge) un thriller apocalyptique qui a du chien !

Imaginez le pitch : les animaux se soulèvent contre l’homme pour d’obscures raisons ; l’homo sapiens faisant l’autruche avant que tout le monde ne se vole dans les plumes.

Scénario improbable ? Et pourtant, les deux auteurs arrivent à retomber sur leurs pattes.

Chapitres courts, rythme haletant, mélange de récits à la première et à la troisième personne : c’est un véritable blockbuster littéraire qui nous est proposé.

Une première partie exotique (puisque se déroulant partiellement en Afrique), mais un peu convenue (si je cherche la petite bête) et une deuxième partie plus étonnante, à l’intrigue rusée comme un renard.

Le tout restant extrêmement accessible, une sorte de roman de Michael Crichton grand public, sans grand discours scientifique (mais avec une vraie explication de fin et un message écolo sous-jacent, mais chut je reste muet comme une carpe).

Un roman hyper efficace dans le genre, qui se boit comme du petit lait si on recherche un pur divertissement made in USA qui a tout de même le bon goût d’être malin comme un singe.

On pourrait craindre que ce genre d’idée batte de l’aile très vite, mais Patterson & Ledwidge arrivent (grâce à la deuxième partie) à nous happer dans leurs filets et à nous refiler la chair de poule par moment.

Le tout tient la route également grâce au style direct des auteurs, qui ont la bonne idée d’égrainer le récit de traits d’humour inattendus mais bienvenus.

Ce genre d’intrigue aurait sans doute mérité un traitement moins « à l’américaine » (avec ce formatage qui « impose » de ne pas dépasser 370 pages) et Patterson & Ledwidge tombent de temps en temps dans les facilités anthropomorphiques.

Maintenant, ce n’est pas moi qui vais leur chercher des poux pour si peu, moi qui me suis jeté dans la gueule du loup de cette intrigue avec un plaisir non dissimulé.

Quant à savoir si ce genre de scénario n’arrivera que quand les poules auront des dents, allez savoir… ;-)

 Publication française : 04 septembre 2013

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥

Émotion : ♥♥♥

Note générale : ♥♥♥

Editions L’archipel 

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

23 réponses

  1. Héhé présentation plus soignée ! Et boum un ovni pour commencer la rentrée ! Scénario improbable ? Vraiment ? On s’aperçoit aujourd’hui que les scénaristes du début du XXème siècle, nous transportant en leur temps, dans des histoires invraisemblables, se révèlent être des visionnaires de leur présent. Tu me donnes bien goût à aller faire un tour dans ton zoo ! Parce qu’au présent, je ne peux faire aucun achat, et que je ne sais pas de quoi sera fait le futur, … petit carnet, « Zoo » tu trouveras ta place. la PAL de l’avenir ….

    • Déjà merci pour ton mot sur la nouvelle présentation 🙂
      Oui qui sait, pas si improbable que ça, les auteurs donnent une explication à tout ça…
      J’espère que ton futur te permettra de te plonger dans tes envies littéraires
      Amitiés

  2. comme je l’expliquais sur un autre blog je ne suis pas un fana de Patterson. A vrai dire je n’aime pas trop sa vision de l’écriture conçue comme une pompe à fric plus qu’autre chose. QUand on édite autant de romans dans une seul année, j’ai un gros doute quant à la qualité des textes ( je parle de qualité d’écriture, pas de savoir si l’histoire est bien ou non). Pour autant, celui ci a un pitch qui m’accroche bien, et il se trouve que je l’ai reçu il y a peu donc je vais le lire. Au pire je l’abandonnerai en cour de route, au mieux ca me changera un peu les idées comme un torchon que l’on passe entre deux oreilles ! 🙂 bon, le bon point dans l’histoire c’est que tu l’as visiblement beaucoup aimé ! Si je l’aime aussi tu deviendras ma muse, si je le déteste je t’éplucherai comme une cacahuète quand je te verrai MOUARF !! ( bon je blague bien sûr ^^) Amitiés 🙂

    • Va t’occuper de ta haie au lieu de vouloir refiler tes épluchures aux autres 😉
      Qu’on soit clair en effet, ce roman a tout du blockbuster américain, y compris dans l’écriture, fluide et sans rugosité.
      Après, j’ai lu cette histoire quasiment d’une traite, c’est super bien fait dans le genre, très accessible et ça fait son boulot : divertir (et même faire un peu réfléchir, c’est pas beau ça !)
      Quand on sait où on met les pied, c’est nickel. Après si c’est ton genre de lecture ou pas, c’est une autre histoire 😉

  3. Nouveau bandeau titre pour les chroniques littéraires, et hop, un blockbuster d’attaque. Faut commencer à se méfier de Médor et Minou ou pas ? 😕
    Patterson, j’en ai dans ma biblio, mais je les ai lus. Des polars, tout simplement. Ici, je passerai mon tour.
    Toujours une présentation au top et bien soignée, mon cher Yvan. Je poursuis les teaser…

  4. Je reconnais la patte de Domi dans la déco 😉
    En tout cas, tu titilles mon côté Brigitte Bardot et j’adore ce genre de roman d’anticipation ( d’ailleurs, je t’ai fait acheter Demain les chiens il y’a peu ! 😉 ) Et puis quand tu aimes, j’aime, alors….

  5. Et je rajouterai qu’entre une Petite Souris, une belette et un chat-ex-chouette, ce roman ne peut que plaire à tes fans! 🙂

  6. Pas bête du tout cette histoire de révolution des animaux.
    J’aime bien l’idée.

  7. Encore une lacune à mon actif. Je n’ai jamais lu Patterson, va falloir que je m’y mette et celui-ci me semble une excellente mise en bouche.

  8. Impossible de rester muette comme une carpe après lecture de ta chronique mon cher Yvan ! ^_^ Bravo ! Te lire est toujours un délice …

  9. Bon… Patterson, je kiffe déjà énormément… alors forcée d’être tentée par ce roman… surtout que le postapocalyptique me poursuit en ce moment !!! Merci toi !!! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :