Thomas H. Cook – Au lieu-dit Noir-Étang…

97827578205514° de couverture

Août 1926.
Chatham, Nouvelle-Angleterre, à quelques encablures du cap Cod : son église, son port de pêche et son école de garçons, fondée par Arthur Griswald, qui la dirige avec droiture et vertu. L’arrivée de la belle Mlle Channing, venue d’Afrique pour enseigner les arts plastiques à Chatham School, paraît anodine en soi, mais un an plus tard, dans cette petite ville paisible, il y aura eu plusieurs morts.

Henry, le fils adolescent de M Griswald, est vite fasciné par celle qui va lui enseigner le dessin et lui faire découvrir qu’il faut  » vivre ses passions jusqu’au bout « .

Du coup, l’idéal de vie digne et conventionnelle que prône son père lui semble être un carcan. Henry assiste, complice muet et narrateur peu fiable, à la naissance d’un amour tragique entre Mlle Channing et M Reed, le professeur de lettres qui vit au bord du Noir-Etang avec sa femme et sa fille.

Mon avis

Thomas H. Cook est un écrivain à part dans l’univers du polar. D’abord parce que ses histoires sont avant tout des romans noirs (bien loin des stéréotypes du genre) et ensuite parce que sa plume est d’une qualité très au dessus de la moyenne.

« Au lieu-dit Noir-Étang… » en est une nouvelle preuve éblouissante. Le roman, auréolé du  prestigieux prix  « Edgar Allan Poe » est sorti en 1996, mais n’a eu droit à une publication française qu’en 2012. Vue sa qualité hors normes, il était grand temps !

Une oeuvre profondément mélancolique, se déroulant durant les années 20 où Cook distille tout son art, phrase après phrase, mot après mot.

Car son style est comme toujours profondément empathique, parfois emphatique, à la fois très travaillé et profondément touchant. Car chaque mot compte, est pesé et soupesé à l’aune des thèmes que sont la passion, la culpabilité, le doute…

L’auteur sait, comme personne, instiller des pistes enchevêtrées dans cette chronique d’une catastrophe annoncée, nous faire imaginer un dénouement qui pourtant nous cueillera en plein vol.

Un récit languide mais oh combien touchant, qui demande toute l’attention du lecteur, mais qui le récompensera au centuple lors de son final d’une rare émotion.

Cette tragédie, outre un beau portrait d’une époque révolue, véhicule de nombreux thèmes forts, que le conteur Cook nous livre de sa prose quasi hypnotique.

On y suivra un jeune homme emprunt de liberté dans un monde écrasé par ses conventions ; enfant découvrant le monde des adultes et l’amour qu’ils peuvent se porter. Cette dualité entre la rigueur de son éducation et le coté « artiste » auquel il aspire, aura des conséquences étonnantes, éprouvantes et profondément touchantes.

Au final, un drame humain qu’on doit apprivoiser, dont on doit accepter sa langueur, pour y plonger corps et âme et en sortir totalement bouleversé, la larme à l’œil.

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥
Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥
Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥♥
Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, ,

27 réponses

  1. Assurément un de mes écrivains préférés !!

  2. Mouhahahaha ! Non, je ne te tiendrait pas pour responsable de cet ajout dans ma wish list pour la bonne et simple raison que Black Novel me l’a déjà fait inscrire ! pour une fois, tu es innocent, mon cher Gruz !

  3. chaque roman de Thomas H. Cook me bouleverse et me transporte. celui là ne déroge pas à la « règle ». Nous savons dès le début de l’histoire, qu’elle va se terminer de façon dramatique, entraînant dans la mort certaines personnes dont nous ignorons l’identité, mais, tu le dis très bien, le lecteur est hypnotisé, emporté dans la découverte progressive des personnages de cette histoire. Finesse et subtilité dans l’analyse psychologique, et magnifique écriture : des outils que Thomas H. Cool manipule à merveille.
    Je ne saurais que trop te conseiller de persévérer dans la découverte de cette auteur ! 🙂 : tu seras comblé comme tu l’as été aujourd’hui ! 🙂

  4. Encore une fois… merci pour cet avis… auquel je succombe!!! Je note dans ma wislist!!!

  5. Un de mes romans préférés de Thomas H.Cook avec Les feuilles mortes et Mémoire assassine. C’est exceptionnel de trouver 3 romans géniaux dans la carrière d’un écrivain, c’est effectivement la marque d’un très grand ! Amitiés

  6. je l’ai adoré celui-là!!! c’est le premier livre que j’ai lu de Thomas H.Cook , merveilleusement bien conseillée par ma p’tite soeur Christine Roy. Par contre j’avais moins aimé « Les liens du sang », mais « Les feuilles mortes » attendent leur tour dans ma PAL….

  7. Thomas Cook est un maitre incontesté du polar américain. Il a un vrai style reconnaissable entre tous. Une vrai marque originale. J’ai le souvenir d’un titre qui m’avais marqué, en plus de ceux déjà énoncés. Je crois qu’il s’appelle simplement « interrogatoire ».
    Et merci pour cette nouvelle superbe chronique cher Yvan.

  8. Un titre qui est prévu dans mes achats depuis … un moment déjà ! Tu me confortes dans l’idée que j’ai bien fait de le noter !

  9. Une lecture que j’ai très fortement appréciée..je suis une adepte de cet auteur!!! Je peux remercier Pierre Faverolle qui me l’a fait découvrir!!! Depuis…je suis conquise par cet auteur qui a l’art de nous créer des atmosphères sombres comme je les aime!!!! Que dire de plus…ben…que je trouve ton article juste sublime!!!!

  10. Un auteur que je ne connaissais mais ton article me donne très envie d’aller à sa rencontre, ça tombe bien j’ai un passage prévu à la librairie demain soir 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :