Laurent Scalese – La cicatrice du diable

scalese-diable4° de couverture  

Paris, de nos jours.

Un scénariste se défenestre du bureau de Cécilia Rhodes, une célèbre productrice. Chargé de l’enquête, le commissaire Milot ne croit pas à la thèse du suicide et établit un parallèle avec la mort de Lucie Drax, une autre jeune scénariste employée par Cécilia trente ans plus tôt.

L’affaire semble étrangement liée à l’histoire personnelle de Milot. Autour de cette femme prête à tout pour parvenir à ses fins gravitent un assistant fou amoureux, un mari richissime et un scénariste raté qu’elle exploite.

Des pantins qui ne tarderont pas à vouloir jouer leur propre rôle. Découvrant une femme impitoyable, le commissaire n’hésitera pas à faire saigner une ancienne et effroyable blessure : la cicatrice du diable

Mon avis

Bienvenue dans l’univers impitoyable de la création cinématographique et télévisuelle. Laurent Scalese nous propose un fondu au noir (très noir) sur ce monde, à la rencontre de ses pires travers.

Une histoire assez glauque, gros plan sur les perversions de ce microcosme, travelling sur l’amoralité d’un milieu où tout semble permis pour réussir (même si c’est une œuvre de fiction, bien évidemment…).

Usant d’une palette de couleurs sombres, Scalese échafaude un récit déstabilisant, éprouvant, troublant et parfois heurtant.

Parce que c’est avant tout un roman noir et l’auteur utilise à merveille les bons outils pour nous déboussoler, à coups de contre-champs, plongées et contre-plongées. On navigue d’un personnage à l’autre, différents angles de prise de vue (sans qu’il soit possible d’imaginer ce qui va bien pouvoir se passer par la suite), hallucinant devant leurs dérives, leurs failles et leurs dérangements. Des fondus-enchaînés, déchaînés parfois.

En effet, la profondeur de champ de cette histoire assez originale met assez mal à l’aise, sentiment accentué par le montage assez inventif de l’auteur.

Laurent Scalese travaillant dans ce milieu, le lecteur fantasmera sur la part de réel du propos.

Un auteur qui se fond dans son histoire, avec un style fluide et des dialogues qui sonnent juste. Et quelques messages assénés au passage sur la création et l’authenticité, avec un zoom sur le crédit que certains donnent à ces valeurs.

Un casting de personnages complexes, dont certains auraient mérité plus de développement à mon sens (quelques pages supplémentaires auraient été les bienvenues), une sorte de galerie des horreurs en Dolby Stéréo, mixée avec intelligence par Laurent Scalese.

Quant au fin mot de l’histoire, vous n’en n’aurez une vision panoramique qu’au clap de fin (jusqu’à l’importance des tous derniers mots), et ça aussi c’est la marque d’une intrigue qui fonctionne.

Alors qu’attendez-vous ? Action !

  Publication française : 2009

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥

Publicités


Catégories :Littérature

Tags:, , ,

19 réponses

  1. Superbe chronique! Cela me donne envie de le lire! Ah ben non, déjà fait! Pour une fois…

  2. Superbe chronique mon cher Yvan !!!! Je suis définitivement fan de tes écrits … Un auteur qu’il faut que je découvre … encore ! 😉 Amitiés …

  3. Formidable chronique, Yvan. En parfaite harmonie avec le métier de Laurent Scalese. Un roman qui m’a marqué, très dur parfois mais quel bouquin ! Amitiés. Jean.

  4. Ce que j’attends ? P’têt que ma PAL ait fondu un peu au soleil… Superbe critique, comme d’hab et qui donne envie de découvrir le livre, comme d’hab ! 🙂

    Tu m’énerves !!

  5. Il est grand temps que je me penche sur le cas Scalese, j’ai lu deux nouvelles fort alléchantes, il va falloir que j’attaque ses romans. La grande question éternelle est de savoir quelle place leur accorder dans une PàL qui déborde de tous les côtés…

    • au hasard, une place centrale ? 😉
      C’est ce qui est arrivé pour moi, il a poussé les autres sur le coté en arrivant 😉
      Il faut dire que l’auteur est tellement sympathique qu’on a envie de savoir ce que ses bouquins ont dans le ventre !

  6. Je suis en train de lire Fatale Lumière de Laurent Botti, policier qui se passe dans la nouvelle capitale du cinéma Navity, en Australie, après que le Big One ait détruit Hollywood… du coup je vais attendre un peu pour lire celui-ci, sinon je vais faire une overdose du milieu ^^

  7. On lisant ma chronique, la mémoire qui me faisait défaut m’est revenu.
    Effectivement je l’ai lu. Je me rappelle même l’avoir fait acheter à ma bibliothèque.
    Car entre 2009 et début 2010 il y a eu une vacance du groupe polar.
    Ce titre n’a donc pas été proposé sur liste. Malheureusement.
    Depuis Février 2010, nous avons repris les choses en main en créant le comité de lecture polar des bibliothèque de la ville de Paris.
    En tout les cas merci pour ta très belle chronique Yvan qui m’a fait retrouver toute ma tête.

  8. je ne peux pas résister à tes chroniques comme d’habitude….en celà je suis comme tes autres victimes 😉

  9. Héhé!!! Je ne suis pas tentée yyyesss!!!!! C’est une première!!! Pssttttt…je l’ai déjà lu, c’est pour ça!!! 😉 Ton article est de feu!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :